Le CHRU de Besançon se dote d'un mammographe haute précision

Publié le 28/09/2020 - 16:48
Mis à jour le 01/10/2020 - 16:25

Le CHRU de Besançon vient de se doter d’un nouveau mammographe haute précision, améliorant le confort d’examen des patientes et apportant une précision de diagnostic inégalée, a-t-on appris au mois de septembre 2020.

urgences CHRU minjoz hopital besancon
©mCi

À l’aube d’Octobre Rose, campagne nationale de sensibilisation au dépistage du cancer du sein, le pôle imagerie du CHU de Besançon vient de mettre en service son tout nouveau mammographe 3D dernière génération : un confort d’examen accru pour les patientes et une précision de diagnostic inégalée.

Un examen plus confortable pour les patientes

Cet équipement, développé et fabriqué en France, répond aux objectifs du centre de sénologie du CHU de Besançon et démontre son engagement à améliorer la qualité des soins apportés aux patientes, en prenant en compte leurs appréhensions. Les spécificités de cet appareil modifient considérablement le déroulement d’une mammographie « standard 2D », avec des innovations majeures pour le bien-être des patientes : 

  • une technologie d’auto-compression permettant à la patiente d’être actrice de son examen à l’aide d’une télécommande et pouvant améliorer la tolérance de la compression ;
  • une nouvelle ergonomie aux formes douces conçue pour réduire l’anxiété et améliorer le positionnement des patientes ;
  • des supports - repose mains - à la place des poignées, pour éviter à la patiente d’agripper les poignées et de contracter le bras et les muscles pectoraux (ce qui a un impact négatif sur la qualité d’image) ;
  • un système de macrobiopsie robotisé qui facilite l’examen au profit du confort de la patiente. Une précision de diagnostic inégalée

Association à une plateforme intelligente

Ce nouveau mammographe 3D est associé à une plateforme d’intelligence artificielle précise et puissante, qui vient en appui du radiologue pour la lecture et l’interprétation des examens.

Les outils hautement performants de détection analysent rapidement chaque image et détectent les lésions malignes (masses, distorsions et calcifications) avec une précision inégalée par rapport à la 2D, permettant : 

  • d’améliorer le taux de détection d’un cancer grâce à une excellente qualité d’image ;
  • de réduire les faux positifs et les rappels inutiles auprès des patientes ;
  • de diminuer le temps de lecture des clichés.
  • Le CHU : acteur de référence pour le diagnostic du cancer du sein et le dépistage organisé

En 2019, le pôle imagerie du CHU a pratiqué plus de 2 000 actes de mammographie. Ce nouvel équipement, qui va permettre de prendre en charge plus de patientes, s’inscrit dans la volonté de l’établissement de devenir un acteur de référence dans la région pour le diagnostic du cancer du sein et le dépistage organisé, le CHU de Besançon étant à ce jour le seul à être équipé de ce type de mammographe 3D.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, détaillera la feuille de route.

Covid : tous les établissements de Bourgogne-Franche-Comté appelés à déprogrammer les opérations non urgentes

La situation épidémiologique continue à s’aggraver considérablement en Bourgogne Franche-Comté selon un communiqué de l'ARS ce jeudi 29 octobre. Après avoir mobilisé dès ce mardi les établissements du Jura et de Saône-et-Loire, le directeur général de l’ARS a demandé hier soir, mercredi 28 octobre, aux directions des établissements de santé publics et privés de toute la région, d’activer sans délai le niveau 3 des plans de mobilisation des capacités hospitalières, préparés pour faire face à une 2ème vague épidémique. Par conséquent, il est demandé à tous ces établissements de procéder à la déprogrammation des activités non urgentes.

Situation « extrêmement difficile » dans les hôpitaux pendant 2 à 3 semaines, selon Delfraissy

La situation va être "extrêmement difficile" pour le système hospitalier durant deux à trois semaines en raison de la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, a prévenu ce jeudi 29 octobre 2020 le président du conseil scientifique, l'instance qui guide le gouvernement, Jean-François Delfraissy.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Territoire de Belfort : l’association qui gérait l’Ehpad de Valdoie dessaisie

L'association qui gérait l'Ehpad de Valdoie (Territoire de Belfort), sous administration provisoire depuis avril après une trentaine de décès pendant la crise du coronavirus, va être dessaisie en  raison de "manquements d'une particulière gravité" dans sa gestion, a indiqué mercredi 28 octobre 2020 le conseil départemental.

Vers un reconfinement ? Suivez l’allocution en direct de l’Elysée du Président de la République à 20h…

Le président de la République Emmanuel Macron s'exprimera en direct de l'Elysée ce mercredi 28 octobre 2020 à 20 heures sur les prochaines mesures sanitaires qui seront mises en application en France d'ici la fin de la semaine alors que  la situation épidémiologique s’aggrave considérablement dans la région Bourgogne franche-Comté comme dans plusieurs régions.

Assurance Maladie du Doubs : 21.663 appels en lien avec la Covid-19 depuis le 13 mai dernier…

"Il faut briser les chaines de contamination" (directeur) • Alors que l'épidémie atteint son pic et que les Français(es) attendent non sans impatience les annonces du gouvernement ce mercredi 28 octobre 2020, nous nous sommes rendus à l'Assurance Maladie du Doubs pour voir comment elle affronte cette deuxième vague...

Covid-19 : pas de dépistage pour les personnes sans ordonnance

Face à la reprise marquée de l'épidémie SARS-CoV2 dans le département du Doubs, et notamment sur Besançon, la préfecture du Doubs, l'ARS Bourgogne-Franche-Comté et la ville de Besançon en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 ont convenu de prioriser les tests aux personnes de priorité 1 à l'exception des personnes symptomatiques sans prescription afin d'apporter la réponse la plus efficace possible face à la progression du virus, apprend-on dans un communiqué ce mois d'octobre 2020.

Aggravation de la situation épidémiologique : déprogrammation des opérations non-urgentes des hôpitaux en Saône-et-Loire et dans le Jura

Dans un message envoyé ce mardi 27 octobre aux directions des établissements de santé publics et privés de ces deux départements, le directeur général de l’ARS leur demande d’activer dès ce mardi, et en avance de phase sur l’ensemble des établissements de la région, le niveau 3 des plans de mobilisation des capacités hospitalières, préparés pour faire face à une 2ème vague épidémique. Par conséquent, il est demandé à ces établissements de procéder à la déprogrammation des activités non urgentes.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.2
couvert
le 30/10 à 3h00
Vent
3.02 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
95 %

Sondage