Le présence de trois loups confirmée autour de Jougne

Publié le 09/06/2023 - 15:13
Mis à jour le 09/06/2023 - 15:22

Le travail du réseau loup-lynx coordonné par l’Office français de la biodiversité (OFB) a permis de confirmer la présence, dans le secteur de Jougne, de trois individus (deux mâles et une femelle) pendant l’hiver 2022/2023, a-ton appris dans un communiqué de la préfecture du Doubs ce vendredi 9 juin.

Photo d'illustration © Libre de droit/Pixabay
Photo d'illustration © Libre de droit/Pixabay

En absence d’indices durant l’hiver 2021/2022, cette zone ne bascule toutefois pas immédiatement en zone de présence permanente mais est classée dans les secteurs à surveiller.

Le suivi de l’expansion géographique et démographique de la population de loup en France repose sur le recueil d’indices (témoignages, photos, attaques, recueil de traces ADN…) tout au long de l’année et également sur :

  • un suivi hivernal qui renseigne sur la taille des groupes de loups et la présence de meute. Ce suivi permet de caractériser un territoire de "zone de présence permanente" lorsque la présence du loup est confirmée sur deux hivers consécutifs ;
  • un suivi estival qui permet de confirmer la reproduction sur les territoires où la présence du loup est confirmée ou à surveiller. La confirmation de reproduction permet de caractériser la présence d’une meute et d’une « zone de présence permanente » sans attendre les résultats du suivi hivernal.

Le Doubs était concerné à l’issue de l’hiver 2021/2022 par deux zones de présence permanente avec des meutes constituées sur les zones dites du Marchairuz et du Risoux.

Le suivi estival 2022, qui s’appuyait sur 186 observations dont 162 avec images de juin à fin octobre, avait identifié au moins deux individus plus au nord que la zone de présence permanente du Risoux.

Le réseau loup-lynx suivra donc particulièrement cette zone durant l’été 2023 pour rechercher des éventuels indices de reproduction.

Zoom sur le réseau loup-lynx

Le réseau Loup-lynx a pour objectif la surveillance de la population de loups et de lynx en France. Il vise à obtenir des informations fiables et robustes sur le plan scientifique, afin de suivre l’évolution de l'aire de répartition et de la démographie (dans un objectif de mesurer l’état de conservation de ces deux espèces). Ces données permettent d’éclairer la décision publique en matière de conservation et de gestion.

Le réseau comprend une large diversité d’agents de structures différentes (Parcs naturels, Gendarmerie, Office National des Forêts, Fédération de Chasse, Louveterie, Associations de Protection de la Nature, DDT(M), Chambre d’Agriculture...) et de particuliers (éleveurs, chasseurs, naturalistes...).

Chaque indice de présence remonté au réseau est analysé par l’OFB. Une synthèse est publiée deux fois par an, à laquelle est jointe la liste de tous les indices transmis.

Des réunions départementales sont également organisées chaque année par l’OFB avec les correspondants du réseau. Un bilan des indices y est présenté et les actualités de l'année, les derniers bilans et les objectifs du suivi hivernal sont abordés. Des formations sont dispensées chaque année par les animateurs régionaux de l’OFB. Elles portent sur la biologie du loup et lynx, les méthodes de suivi, ainsi que la reconnaissance des indices de présence et les procédures de transmission.

Dans le Doubs, ce sont ainsi en 2022 126 personnes formées qui composent le réseau dont 107 ont été actifs. Des formations ont été organisées en juin pour les correspondants du Jura et du Doubs et en octobre pour les correspondants de toute la région Bourgogne-Franche-Comté. Deux formations inter-départementales sont prévues en 2023.

Le suivi par l’OFB fait l’objet d’échanges très réguliers avec les services du canton de Vaud pour partager en transfrontalier les informations et coordonner les suivis.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Les 10 conseils du Codever pour randonner sereinement

Cet été, un randonneur averti en vaut deux. À l’approche des grands départs en vacances, le Collectif de défense des loisirs verts (CODEVER) souhaite informer les touristes pour qu’ils profitent sereinement de leurs balades, à pied, à vélo, à VTT, à cheval, à moto, en quad etc… Que l’on crapahute en montagne, le long des côtes, en forêt, sur les sentiers ou les chemins, voici la charte de bonne conduite soumise par le CODEVER.

Météo : un week-end ensoleillé mais sous les normales de saison en Franche-Comté

Ce premier week-end de grandes vacances ne se déroulera pas partout en Franche-Comté sous les meilleures hospices. Samedi 12 juillet le soleil sera de la partie mais les températures ne sernt pas très élevées pour un mois de juillet. Le dimanche 14 juillet ce sera un peu mieux et au moins la pluie ne devrait pas s'inviter pour le feu d'artifice selon les prévisions de Météo France…

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.09
partiellement nuageux
le 16/07 à 06h00
Vent
2.99 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
95 %