Le summerbody, on adhère ou on s’en libère ? Deux diététiciennes bisontines nous répondent...

Publié le 04/07/2023 - 11:02
Mis à jour le 04/07/2023 - 11:44

A l’approche des vacances d’été, une question lancinante infuse inexorablement l’esprit des femmes : faire ou ne pas faire le summerbody ? Telle est la question estivale. Chloé Vuillemin et Valentine Caput, diététiciennes à Besançon, nous donnent des éléments de réflexion pour prendre du recul sur une injonction qui continue de modeler les corps et les consciences. Ou pas.

Mais au fait, c’est quoi exactement, le "summerbody" ?

A cette question, Chloé Vuillemin et Valentine Caput parlent de concert : "faire le summerbody, c’est préparer son corps pour l’été, avec l’idée de perdre du poids, jusqu’à atteindre le corps qu’on juge acceptable pour se montrer en maillot de bain à la plage", explique Chloé. "C’est la recherche du corps parfait", résume Valentine, "la norme morphologique dictée par les injonctions de notre société, c’est-à-dire la taille 36", continue Chloé. Et de préciser : "En fait ces diktats autour du corps sont là toute l’année, mais ils sont d’autant plus forts à l’approche de l’été. Dès que le corps est plus visible revient ce -problème- du poids à perdre".

Le summerbody ne serait-il réservé qu’aux femmes ?

"Non bien sûr. Tout le monde est touché puisque tout le monde subit le regard des autres. Mais les femmes sont davantage influencées, car le rapport au corps est différent entre les hommes et les femmes. Derrière le summerbody, il y a un enjeu de conformité à la norme et in fine d’intégration au groupe très fort pour les femmes", explique Valentine Caput. Cette pression sur le corps des femmes est d’autant plus ancrée qu’elle apparaît très tôt : "Dès 3 ans, les petites filles ont déjà intégré les idéaux de minceurs en tête", abonde Chloé Vuillemin.

A l’heure du mouvement bodypositive (mouvement pour l'acceptation et la reconnaissance de l'ensemble des corps, à rebours des injonctions à la minceur, ndlr), le summerbody est-il toujours d’actualité en 2023 ?

A cette question, les deux diététiciennes sont plus partagées. Si pour Valentine Caput faire le summerbody serait aujourd’hui une pratique "désuète", de son côté Chloé Vuillemin affirme que "faire le summerbody est une injonction qui reste très prégnante. Il n’y a qu’à regarder les couvertures de magazines féminins les plus vendus, l’idée plus ou moins sous-entendue c’est toujours comment perdre du poids avant l’été".

Valentine Caput, diététicienne à Besançon © VC

Néanmoins, "c’est vrai que les représentations sont en train en changer. Je vois plus de morphologies différentes, plus de poils, plus de diversité", reconnait-elle. Chloé est tout de même mitigée au sujet du mouvement bodypositive : "si le mouvement body positive était chouette au début, je trouve qu’il a été malheureusement repris par des femmes blanches, minces, jeunes. In fine on retombe dans les valeurs portées par la norme", conclut-elle.

Que répondez-vous aux patient(e)s qui déclarent vouloir le faire ?

"C’est leur choix bien sûr, mais avant de s’engager il faut se demander pourquoi on le fait. (…) Il ne faut pas que ça devienne un fardeau individuel à porter. Bien sûr on ne peut pas se libérer du jour au lendemain des injonctions, mais on peut se documenter pour comprendre comment elles fonctionnent. C’est pourquoi j’échange beaucoup avec mes patientes sur les raisons de leur décision et je leur donne des conseils de lecture : Beauté fatale de Mona Chollet, ou encore Un corps à soi de Camille Froidevaux-Metterie sont deux exemples d’œuvres qui nous font comprendre une chose, c’est que l’industrie de la mode et du luxe ont tout intérêt à ce que les femmes soient toujours insatisfaites. Cela permet de prendre du recul pour comprendre qu’il s’agit avant tout d’un diktat venant de l’extérieur, d’un environnement culturel et social qui nous dépasse, nous inculquant qu’on peut toujours faire mieux", analyse Chloé Vuillemin.

"Le problème, c’est que ça perpétue l’idée d’un contrôle total sur son corps, ce qui est une illusion. Le corps n’est pas modelable à l’envie.", précise Valentine Caput.

A partir de quand cela devient-il un problème ?

"C’est d’abord un problème pour l’estime de soi en renvoyant l’idée que le corps n’est jamais assez bien, on l’a dit. Là où ça peut devenir dangereux c’est lorsque la volonté de perdre du poids déséquilibre l’alimentation jusqu’à se mettre physiquement en danger. (…) Contrôler sa glycémie toute la journée ou supprimer tous les féculents peut devenir problématique si l’on n’a pas de raisons médicales de le faire. Faire du sport de manière compulsive aussi (…)  Les régimes restrictifs sont la porte d’entrée des troubles des conduites alimentaires", affirme Chloé.

Chloé Vuillemin © Alexane Alfaro

Que dire à un lecteur / une lectrice qui lira l’article et qui aimerait faire le body positive ?

"Je lui répondrais que c’est son choix, il n’y a pas de mauvaise raison de perdre du poids tant que ça ne nous met pas en danger, mais je lui recommanderais de questionner ses motivations réelles, de prendre du recul sur ce qui le/la pousse à faire le summerbody. Plusieurs semaines ou mois de frustrations valent-ils le coup pour se sentir bien à la plage ?", questionne ouvertement Chloé Vuillemin. Pour elle, la réponse est toute trouvée : "Les congés d’été sont censés être synonymes de moments de relâche et de plaisir, ce serait dommage de passer son temps à compter les calories ou à vérifier en permanence qu’on ne voit pas trop son corps", déclare-t-elle.

Valentine Caput rappelle que "le corps parfait n’existe pas ". Et Chloé de conclure : "Et dans tout ça qu’est-ce qu’on fait du plaisir de manger ?".

Deux arguments de poids pour pencher dans la balance de notre réflexion cet été.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

CHU : un site internet dédié aux futurs internes pour les convaincre de choisir Besançon

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.84
légère pluie
le 21/05 à 3h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
98 %