Leucémie : les équipes bisontines de l’institut RIGHT sollicitées pour faire avancer la recherche

Publié le 18/02/2020 - 12:06
Mis à jour le 18/02/2020 - 12:06

"Transformer le pronostic des leucémies dans les 10 ans à venir", tel est le défi lancé aux chercheurs. Les équipes bisontines de l’institut RIGHT (UMR1098) participeront au tout nouvel institut national de recherche partenariale OPALE que l’État vient de créer à cet effet, apprend-on ce mardi 18 février 2020.

© damien poirer ©
© damien poirer ©

Un appel à labellisation a été lancé le 5 juin 2019 par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. 37 instituts ont été labellisés dont l'institut OPALE au sein duquel l'institut RIGHT de recherche en santé de Besançon occupera un rôle essentiel en réseau avec les centres de Paris, Lyon, Lille, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nice et Tours.

Cette première labellisation vient récompenser les activités de recherche d’un consortium sans équivalent international dans le domaine des leucémies et maladies apparentées, qui représentent ensemble le cancer du sang le plus mortel. "Leur incidence est en forte augmentation et elles affectent aujourd’hui 2,3 millions de patients dans le monde, elles sont aussi le premier cancer de l’enfant", est-il précisé.

"L’objectif ultime est de définir de nouveaux traitements curatifs, moins toxiques", Professeur Dombret

Pour le Professeur Hervé Dombret, chef du service d'hématologie adulte de l'hôpital Saint- Louis et futur président d’OPALE, « le label et le financement Carnot vont permettre à OPALE de renforcer son continuum R&D pour les partenaires du monde socio-économique, de renforcer son professionnalisme ainsi que la visibilité et l’attractivité de ses recherches. L’objectif ultime est de définir de nouveaux traitements curatifs, moins toxiques, administrables en ambulatoire et financièrement viables pour l’ensemble des patients atteints de leucémies dans les dix ans à venir, avec des retombées sociales, économiques et industrielles majeures ».

Au sujet de l’Institut RIGHT/UMR1098 :

L'institut RIGHT de Besançon est une unité mixte de recherche associant INSERM, Établissement français du Sang Bourgogne Franche-Comté (EFS BFC) et Université de Bourgogne Franche-Comté. Il développe des travaux prometteurs en matière de biomédicaments et d'immunothérapies contre les cancers et les maladies inflammatoires au sein du consortium MiMédI.

Fort de ses 150 personnes, il est un acteur central du centre de développement BIO INNOVATION que Grand Besançon Métropole mettra en service cet été sur la technopole TEMIS Santé avec comme vocation d'accompagner et d'accélérer l'innovation pour la médecine de demain.

Infos +

Le rôle des instituts Canot :

Les instituts Carnot (crées en 2006) favorisent le rapprochement des acteurs de la recherche publique et du monde socio-économique, afin d'accélérer le passage de la recherche à l'innovation et d'accroître le transfert de technologies vers les acteurs économiques.

Ils facilitent l’accès des entreprises à leurs compétences et plateformes technologiques ainsi qu’aux financements européens et nationaux pour la conduite de leur démarche d’innovation.

Soyez le premier à commenter...

2 commentaires

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Covid-19 : les hôpitaux de Bourgogne Franche-Comté déclenchent l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités

La troisième vague de l’épidémie qui touche la Bourgogne-Franche-Comté entraîne un afflux de patients nécessitant une hospitalisation. A la veille des congés de printemps, l’ARS appelle chaque habitant de la région à maintenir encore son effort, pour permettre au système de soins de faire face.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.22
nuageux
le 15/04 à 18h00
Vent
4.52 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
44 %

Sondage