L'intersyndicale alerte sur la précarité des femmes et appelle à la mobilisation le 8 mars à Besançon

Publié le 06/03/2024 - 17:30
Mis à jour le 06/03/2024 - 17:41

Dans le cadre de la journée du droits des femmes le 8 mars 2024, l’intersyndicale lance un appel à mobilisation place des Droits de l’Homme à Besançon à 15h00. Une prise de parole se fera dès 15h40, heure où les femmes sont appelées à arrêter de travailler afin de marquer l’écart de salaire avec les hommes. Lors de cette mobilisation, la place sera symboliquement rebaptisée "Place des droits des Femmes"…

L’intersyndical a souhaité aborder quatre points clés lors de la conférence de presse concernant la condition des femmes : les salaires, les retraites, la carrière et la précarité…

Les salaires

"Les inégalités au travail perdurent. Selon l’Insee, l’écart moyen entre les salaires des hommes et des femmes est de 24 % (soit un quart de salaire en moins)", explique Denis Cerveaux, secrétaire régional CFDT Bourgogne-Franche-Comté qui poursuit : "C’est pourquoi, nous appelons à la mobilisation le 8 mars à 15h40. À partir de cette heure-là, les femmes travaillent bénévolement chaque jour…"

Autre point relevé par le secrétaire : le niveau d’étude des femmes qui est "très souvent" plus élevé que celui des hommes… "Seulement 39 % d’entre elles occupent un emploi de cadre", précise-t-il en ajoutant que les métiers à prédominance féminine sont "mal rémunérés".

Les retraites

Danielle Gouffon, secrétaire générale CGT des Territoriaux de Besançon, dresse un triste constat (tiré du rapport 2024 du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes) : "Les retraites des femmes sont inférieures de 40 % à celle des hommes" même si ces dernières la prennent plus tard qu’eux… Nombreuses sont celles à "subir une décote du fait de carrière plus courte ou incomplète" et ont donc des pensions plus faibles. En moyenne, elles touchent "909 euros nets"…

La carrière

Amélie Lapprand, co-secrétaire départemental FSU-Snipp (pour le 1er degré), tient à préciser que "70 % des emplois non-titularisés sont occupés par des femmes" dans la fonction publique. C’est pourquoi le syndicat demande une titularisation des femmes afin de leur permettre une possibilité d’évolution de carrière. La co-secrétaire demande également une "revalorisation des métiers dits féminins" tels que "l’aide à la personne, la santé para-médicale, l’enseignement…" Ainsi que "le dégel du point d’indice" (À noter : lorsqu’une prime est accordée, elle n’est pas prise en compte sur le calcul des retraites…).

Le FSU indique que "les hommes touchent 33% de primes en plus que les femmes pour le premier degré". Comment expliquer cela ? "Davantage de famille monoparentale" et "un manque de temps et de moyens" pour effectuer ces heures supplémentaires.

La précarité

Les femmes sont davantage impactées par la précarité suite à une multitude de facteurs, précise Laurence Mathioly, de l'Union syndicale Solidaires 25. On note un écart de 15 % entre la rémunération des femmes et des hommes dans le privé. "Deux fois plus de femmes que d’hommes qui sont au SMIC", précise Laurence.

Le rôle social semblerait également avoir une forte incidence sur la précarité des femmes avec des temps partiels pour "répondre aux besoins de la famille", nous précise le syndicat qui précise que la situation peut également s’aggraver en cas de séparation avec le conjoint. Une précarité "monoparentale" concerne donc "9 fois sur 10" les femmes.

Tous ces éléments combinés ont un "impact sur la santé des femmes", indique le syndicat qui déplore "une mauvaise alimentation" ou encore "des pathologies diagnostiquées parfois trop tard"…

La parole des femmes et le rôle des syndicats

Si le 8 mars est un jour de lutte pour l’intersyndicale, elle rappelle que les femmes et les minorités de genre doivent se faire entendre notamment lors de harcèlement. "Rappelons que l’inspection du travail et la médecine du travail peuvent être saisies". L’employeur qui a vent de tels agissements peut également "sanctionner sans jugement de justice", souligne l’intersyndicale qui déplore peu d’actions.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.57
légère pluie
le 23/06 à 15h00
Vent
4.43 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
66 %