Besançon : le spectacle de Malik Bentalha est annulé...

Publié le 29/11/2019 - 08:34
Mis à jour le 29/11/2019 - 09:22

L’humoriste star Malik Bentalha devait se rendre à Micropolis Besançon le 5 décembre 2019 pour son 2e spectacle, « Encore ». A cette occasion, il avait accordé à maCommune.info un interview. Sa tournée, son succès, ses projets… Suite aux grève nationale des transports qui débute le 05 décembre 2019 et des fortes perturbations annoncées, la Production se voit contrainte d’annuler la représentation.
 

 ©
©

Le remboursement des places est possible dans le point de vente où la place a été achetée jusqu'au 5 janvier inclus.  Pour les grands fans, NG Productions produira Malik Bentalha au Zénith de Dijon le jeudi 30 janvier 2020 (en vente ici : https://bit.ly/2DovGsV).

"Veuillez accepter toutes nos excuses pour ce désagrément qui n’est pas de notre fait. Vous remerciant de votre compréhension", indique la Production

---

Interview de maCommune.info :

maCommune.info : "Vous étiez déjà passé par Besançon, vous en gardez quel souvenir? "

Malik Bentalha : "Franchement, je m'en rappellerai toujours, j’avais fait la 1ere partie de Jamel à l’époque, et c’est un super souvenir. Je suis très fier de revenir pour mon propre spectacle, c’est un gros kiff de retourner à Besançon."

MC : "Votre deuxième tournée dure depuis environ un an, vous avez des bons retours jusque-là ?"

MB : "Je touche du bois, jusque-là j’ai surtout des retours très positifs. Alors que c’est toujours compliqué un 2e spectacle, les gens sont beaucoup plus critiques.

Et aussi, j’ai la liberté de pouvoir mettre beaucoup d’impros, ça donne une vraie sensation d’avoir un spectacle unique à chaque date."

MC : "Votre spectacle s’appelle « Encore », c’est parce que vous parlez encore des petits sujets de la vie courante ?"

MB : "Pas du tout. C’est surtout que quand on aime quelque chose, on en reprend encore. Et c’est aussi le titre d’un album de DJ Snake, « Encore », que j’avais dans les oreilles en écrivant le spectacle… Et aussi d’autres morceaux, ceux d’Eminem, de Jay Z…"

MC : "A vos débuts, vous abordiez vos expériences : l’école, la famille, les filles… Aujourd’hui, vous avez des nouveaux sujets ? Vos films, votre succès ?"

MB : "C’est totalement ce genre de nouveaux sujets. Parfois, c’est aussi des sujets un peu plus sérieux qu’avant, un peu plus graves. Comme pour exorciser des événements, par exemple le 13 novembre à Paris.

Il y a aussi mon nouveau rapport à la notoriété, avec les succès de Taxi, Pataya… Des sujets plus adultes. Et c’est normal : quand j’ai commencé, j’étais un « jeune adulte », mais maintenant j’ai trente ans."

MC : "Vous avez encore des choses à dire après deux spectacles ? On peut en attendre un troisième ?"

MB : "Je m’autorise le droit de faire une pause. Un spectacle prend beaucoup d’énergie, tout le monde donne son avis… Je veux déjà bien terminer celui là – j’ai d’ailleurs ma dernière date fin février.

Après oui, j’ai encore des choses à dire et j’en aurai… Mais avant ça, je veux vivre d’autres choses pour avoir de nouvelles expériences à raconter."

MC : "Justement, une de ces nouvelles expériences, c’est la réalisation de votre propre film, « Jack Mimoun » ?"

MB : "Oui, Jack Mimoun, « l’aventurier nul », qu’on devrait tourner en 2020. Je suis justement en pleine écriture. Là, je suis en spectacle à la Réunion et je profite des journées pour repérer des lieux de tournage.

C’est un gros projet qui me tient à cœur, c’est quand même mon premier film en tant que réalisateur. Ce sera une comédie d’aventure familiale, et je veux que lorsque les familles iront le voir au cinéma, elles en aient pour leur argent, parce qu’aujourd’hui, le cinéma est très cher."

MC : "Dans vos premiers spectacles, vous vous moquiez souvent de vous-mêmes. Aujourd’hui, avec vos succès, vous arrivez encore à vous moquer comme ça ?"

MB : "C’est plus un état d’esprit que de la confiance en soi ou en son physique. Partout où je vais, je sais que je peux toujours me chopper la honte.

Par exemple, lorsque je préparais un spectacle à la Ciotat. J’étais en rodage dans une petite salle, juste à côté d’une grande, où jouais un musicien de Jazz - Kyle Eastwood, le fils de Clint Eastwood.

Au bout de quinze minutes de mon spectacle, une femme au premier rang s’est levée et a demandé : « mais vous n’êtes pas le fils de Clint Eastwood ? » J’ai répondu que non et elle est partie. Je n’oublie pas que ce genre de choses peut toujours arriver."

MC : "Dans vos premiers spectacles, on vous sentait très proches des gens. Vous arrivez encore à être modeste, à être vous-même, alors que vous êtes une célébrité ?

MB : "C’est quelque chose qui vient de l’éducation, j’ai été vacciné à ce genre de problèmes. Aussi, je rappelle que je suis venu dans ce métier par le biais de Jamel Debbouze, qui rassemble tous les milieux et univers. Aujourd’hui ce qui m’intéresse, c’est de mettre à profit ma notoriété pour des causes importantes.

Et puis il ne faut pas oublier : on fait tous caca, la star elle va aux toilettes, comme tout le monde. C’est sûr, ça fait plaisir de rencontrer des gens connus. Mais ils ne sont pas tous fabuleux. Même si certains sont géniaux, comme DJ Snake. C'est un vrai ami, que j’ai connu quand on montait tous les deux, c’est un mec en or.  Maintenant, je m’intéresse bien plus à l’humain qu’à la célébrité."

MC : Vous avez un humour très spontané, vous êtes extrêmement doué pour l’improvisation, c’est quelque chose qui s’apprend ou c’est inné ?

MB : "Franchement, j’ai toujours eu cette spontanéité, ça a toujours été mon arme. J’ai de la chance de l’avoir eu tôt et ça me sert encore aujourd’hui. Et je me dis qu’avec les mots, on peut tout dire, on peut tout exprimer. "

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Loisirs

Une « Green Fashion Week » à Besançon pour le Festival des solutions écologiques

Dans le cadre du Festival des solutions écologiques, qui se déroulera du 24 septembre au 2 octobre à Besançon, l’artiste plasticienne et designer textile Séréna Moglia organisera une "Green Fashion Week", une série d’événements gratuits autour de de la mode responsable et de "l’upcycling".

C’est le moment de s’inscrire dans une école de musique du Grand Besançon !

PUBLI-INFO • L’orgue, l’accordéon, la harpe, la guitare électrique, la batterie, le ukulélé, le violon, le chant ? L’heure des inscriptions a sonné ! Quelle que soit votre envie d’apprendre la musique, de vous initier à l’improvisation ou de vous perfectionner dans la pratique d’un instrument, et quel que soit votre lieu de résidence, vous pouvez vous inscrire dans l’une des écoles de musique du réseau de Grand Besançon Métropole dès maintenant !

Prévoyez-vous de pratiquer une activité sportive en cette rentrée ?

Qui dit rentrée dit aussi bonnes résolutions ! Le mois de septembre est l’occasion de reprendre un rythme, une activité en s’inscrivant dans les clubs et les associations proposant des activités qui font bouger ! Et vous, prévoyez-vous de pratiquer une activité sportive cette année ? C'est notre sondage de la semaine...

À vélo, à pied ou en roller : rendez-vous le dimanche 11 septembre pour le slowUp Vallée de l’Ognon

Les Département de la Haute-Saône et du Doubs organisent le dimanche 11 septembre 2022  de 10h à 17h la seconde édition du slowUp Vallée de l’Ognon, une fête populaire, sportive, familiale, festive et gratuite autour de trois boucles entre Voray-sur-l'Ogon et Moncley sur un linéaire global de 35 km.

Natation, aquabike, aquagym, séances « hypnautiques », aquaphobie… Rendez-vous au centre Kavannéo !

PUBLI-INFO • Ouvert depuis 2015 dans la commune d’Avanne-Aveney, à 2 minutes de la zone Chateaufarine et du parc Lafayette, Kavannéo propose des activités pour tous : cours de natation, séances « hypnautiques », aquagym, aquabike, aquaphobie… Les inscriptions pour la rentrée 2022-2023 sont ouvertes ! 
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.32
ciel dégagé
le 05/10 à 15h00
Vent
4.79 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
62 %

Sondage