Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Publié le 23/02/2021 - 17:51
Mis à jour le 23/02/2021 - 17:51

Après la visite d’Emmanuel Macron d’une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à « agir enfin » sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

 ©
©

Participer à la "ferme France" en consommant local. Emmanuel Macron était dans une exploitation à Étaules au nord de Dijon en Côte d'Or pour notamment faire la promotion des circuits courts

La présidente de Bourgogne-Franche-Comté a profité du déplacement du président de la République en Côte d'Or pour interpeller Emmanuel Macron sur plusieurs dossiers de la région notamment sur le thème de la journée puisque plus de la moitié de la superficie de Bourgogne Franche-Comté est en surface agricole utile, au second rang des régions françaises.

Marie-Guite Dufay a insisté sur son attachement à l’agriculture biologique et à la valorisation des circuits courts au sein de la restauration collective des lycées de la région. Elle a fixé un rendez-vous avec Julien Denormandie pour le sensibiliser sur les enjeux de la future PAC

et évoquer l’accompagnement du ministère de l’Agriculture en faveur des zones intermédiaires. "Il faut garantir une activité agricole durable et résiliente afin d’assurer un revenu à l’ensemble des acteurs des filières. C’est d’ailleurs l’objectif de la marque juste et locale que nous souhaitons commercialiser prochainement aux côtés de la Chambre régionale d’agriculture."

Les enjeux agricoles et industriels...

La Présidente de Région a également pu évoquer avec lé président de la République les dossiers de General Electric et Jacob Delafon.

"La Bourgogne-Franche-Comté ne peut se résoudre à voir disparaître des compétences clés et assister passivement au démantèlement d’une filière stratégique" Marie-Guite-Dufay

La présidente de région a rappelé au Président de la République son engagement du 8 décembre dernier auprès des salariés de General Electric lors de sa venue au Creusot. "Une prise de position ferme de l’État devait intervenir pour stopper cette spirale infernale. Près de quatre mois plus tard, les salariés de GE Belfort attendent toujours un signe fort de la part d’Emmanuel Macron" déplore-t-elle.

Dans un courrier adressé à Emmanuel, elle fait part de son incompréhension. "General Electric poursuit la destruction de la filière gaz alors même que le marché repart à la hausse. Le chiffre d’affaires et la production de turbines sont en augmentation constante alors que l’on prédisait tout l’inverse en raison du retournement du marché" martèle Marie-Guite Dufay. "Aujourd’hui les commandes sont là, la situation économique est positive, mais General Electric refuse toujours d’investir et de recruter. Le rachat de l’ensemble de la branche énergie de GE devient capital afin que la France reste maîtresse de son approvisionnement énergétique"

Dans le dossier Jacob Delafon et le risque de fermeture du site historique de Damparis dans le Jura avec un plan de 151 suppressions de postes, la présidente de Région demande l'intervention du gouvernement. "Le risque de voir disparaître le dernier fabricant de sanitaires en céramique de France est grand. Il serait incompréhensible à l’heure où l’État plaide pour le « made in France » qu’aucun soutien financier ne soit pour l’heure débloqué pour stopper cette délocalisation".

Marie-Guite Dufay précise que la Région soutiendrait le groupe Kramer dans le cadre du Fonds régional pour de Relocalisation et de Transition vers une Économie Décarbonée (FRTED) qui a pour objectif d’accompagner la reprise de sites menacés de fermeture.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.88
légère pluie
le 12/07 à 15h00
Vent
4.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
87 %