Nièvre : huit personnes mises en examen pour viols et agressions sexuelles  de 4 enfants

Publié le 13/11/2018 - 14:08
Mis à jour le 13/11/2018 - 14:08

Cinq hommes et trois femmes ont été mis en examen vendredi dans une affaire de viols et agressions sexuelles répétés sur quatre garçons aujourd'hui âgés de 4 à 9 ans dans la Nièvre, a-t-on appris ce mardi 13 novembre 2018 auprès du parquet de Nevers

PUBLICITÉ

Parmi les suspects figurent les parents des victimes et des membres de leur entourage. Les cinq hommes ont été placés en détention provisoire, a indiqué à l’AFP le vice-procureur de Nevers Paul-Édouard Lallois, confirmant une information du Journal du Centre.

Le vice-procureur a précisé avoir retenu pour l’enquête la période située entre 2009, année de naissance du garçon le plus âgé, et 2017, date du placement des enfants motivés par des signalements des services éducatifs.

« Les premiers signalements ont fait état de carences éducatives, combinées à des soupçons de maltraitance », a précisé le magistrat. « Une fois que les  enfants se sont trouvés dans un milieu protégé, la parole s’est libérée progressivement ».

Les faits auraient été commis « à domicile »

Selon des éléments de l’enquête, menée depuis janvier 2018 par les gendarmes de la brigade de recherches de Château-Chinon, les faits auraient été commis « à domicile » dans de petites communes du centre de la Nièvre, par des personnes « se connaissant dans un cadre amical », selon le parquet.

Les auteurs présumés, âgés de 25 à 48 ans, sont un couple et deux anciens couples, parmi lesquels les parents des victimes, deux frères de 8 et 4 ans, et deux autres frères de 9 et 4 ans. Deux autres hommes mis en examen étaient déjà en détention provisoire dans le cadre d’une affaire similaire, ajoute la même source.

Suspectés de faits de « viols aggravés sur mineurs »

Mis en examen pour près de 70 infractions, les agresseurs présumés sont notamment suspectés de faits de « viols aggravés sur mineurs (de moins) de 15 ans, pour certains avec un caractère incestueux », de « faits d’agressions sexuelles avec les mêmes circonstances aggravantes », de « corruption de mineurs », de « violences aggravées » ou encore de « privation d’aliments », a précisé M. Lallois.

A l’issue d’une garde à vue débutée mercredi, les hommes ont été écroués tandis que les femmes, soupçonnées d’avoir commis « moins d’infractions et de moindre gravité », ont été placées sous contrôle judiciaire. L’information judiciaire a été ouverte auprès du pôle de l’instruction de Bourges.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.94
peu nuageux
le 24/07 à 6h00
Vent
0.72 m/s
Pression
1016.58 hPa
Humidité
71 %

Sondage