Onze personnes décédées dans un incendie à Wintzenheim, 13 Francs-Comtois rescapés  

Publié le 10/08/2023 - 08:23
Mis à jour le 10/08/2023 - 14:06

Mercredi 9 août, un incendie s’est déclaré vers 6h30 à Wintzenheim dans un gîte accueillant des personnes handicapées venues de Nancy, Moselle et de Besançon. Onze personnes sont décédées. Les causes du départ de feu ne sont pas encore connue, une enquête est en cours pour tenter de les déterminer. 

Photo d'archives. © Amélie FUSIS / SDIS25
Photo d'archives. © Amélie FUSIS / SDIS25

Onze morts et deux étages qui partent en fumée. L'enquête qui démarre sur les causes de l'incendie de Wintzenheim va devoir expliquer comment les flammes ont pu prendre au piège les personnes en situation de handicap hébergées dans ce gîte de vacances.

"Un embrasement généralisé". Les pompiers, arrivés en moins d'un quart d'heure, n'ont rien pu faire pour venir en aide aux vacanciers installés pour la nuit dans les étages du bâtiment. Les occupants ont été "surpris en plein sommeil, tout le monde dormait", a observé le maire adjoint de la commune de 8.000 habitants de la banlieue de Colmar, Daniel Leroy.

Le lieutenant colonel Philippe Hauwiller, commandant de l'opération de secours, a estimé que compte tenu de l'état du bâtiment, les victimes étaient déjà mortes quand les pompiers sont arrivés au lieu-dit La Forge mercredi à 6h45. Dans ce genre de sinistre, les victimes succombent aux gaz toxiques, a-t-il relevé.

"Une enquête permettra de faire toute la lumière", a promis la Première ministre Elisabeth Borne venue sur place mercredi après-midi.

Les 13 pensionnaires francs-comtois rapatriés

Le bâtiment éventré par l'incendie était une ancienne grange de 500 m2, avec deux étages et des combles, qui avait été rénové il y a quelques années. Au total, 28 personnes se trouvaient dans le bâtiment dont 17 ont pu sortir à temps, selon la préfecture du Haut-Rhin. Les 13 pensionnaires logés au rez-de-chaussée par Idoine, une association de Besançon, ont été rapatriés indemnes en Franche-Comté.

En revanche, 11 personnes, dont 10 adultes souffrant de handicaps mentaux légers, ont péri parmi les résidents logés dans les étages. Plusieurs d'entre elles dormaient dans une mezzanine qui s'est effondrée, ce qui a compliqué la récupération des corps, selon le lieutenant colonel Hauwiller.

L'association AIEM, qui prend en charge des personnes handicapées intellectuelles en Meurthe-et-Moselle, a précisé à l'AFP que cinq de ses membres s'étaient inscrits de manière individuelle à ce séjour. Seul l'un d'entre eux a été rescapé.

Mercredi soir, une cérémonie oecuménique a rassemblé environ 70 personnes. Onze bougies avaient été placées devant l'autel en hommage aux victimes.

Un "feu couvant" à l'origine de l'incendie ?

La justice a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort, a annoncé la vice-procureure de la République de Colmar, Nathalie Kielwasser. "On ne sait pas pourquoi ils ont été piégés" par les flammes, a-t-elle dit devant la presse. "L'origine serait vraisemblablement pour le moment un feu qui a couvé", a-t-elle précisé, sans qu'il soit possible "à ce stade" de déterminer "les causes de ce feu couvant". Selon les toutes premières constatations et compte-tenu de la structure du bâtiment, "le bois a dû mettre quelques heures avant de s'embraser", a-t-elle indiqué.

Très choquée, la propriétaire du gîte, qui vit "juste en face" et avait donné l'alerte, était entendue en tant que témoin, a précisé Mme Kielwasser mercredi après-midi.

Questionnée sur la présence d'alarmes incendie dans le bâtiment, la magistrate n'a pas pu répondre, l'état de la structure ne permettant pas de le déterminer à ce stade. Les investigations chercheront à déterminer si la structure répondait "à toutes les normes de sécurité".

Des résultats attendus sous 48h

Le gîte, qui se trouve sur un terrain fermé avec plusieurs bâtiments, "fonctionne depuis plusieurs années sans problème", a assuré le maire adjoint Daniel Leroy. La propriétaire avait signé un contrat pour 16 personnes correspondant au gîte installé dans les étages, a-t-il rapporté.

Les corps des victimes doivent être passés au scanner, avec des résultats attendus sous 48 heures. "Les familles sont en attente de connaître la réelle identité" des victimes, a souligné Mme Kielwasser. Des prélèvements ADN seront également réalisés auprès des familles dans le but d'identifier les victimes.

Le sinistre est le plus meurtrier enregistré en France depuis l'incendie d'un bar à Rouen en 2016.

La maire de Besançon affiche son soutien

À l'annonce de l'incendie, la maire de Besançon a réagi dans un communiqué. Avec l'ensemble de l'équipe municipale, elle s'est dit "profondément affectée par ce drame effroyable, qui touche des personnes fragiles". Elle adresse également son soutien et ses condoléances aux familles des victimes "ainsi qu’aux associations qui oeuvrent pour accompagner les personnes handicapées, et notamment l'association bisontine Idoine, qui était présente avec 13 personnes, aujourd'hui indemnes". La maire réitère sa confiance, et a précisé restée "aux côtés de l’association Idoine et des familles bisontines autant que de besoin".

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.87
forte pluie
le 15/06 à 3h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
95 %