Plantes comestibles ou toxiques ? Attention à ne pas confondre

Publié le 18/08/2020 - 14:28
Mis à jour le 17/08/2020 - 17:56

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) met en garde contre les intoxications dues à la confusion entre plante comestible et plante toxique. En cas de doute, il faut appeler le centre anti-poison ou le 15 en cas d’urgence vitale

La belladone n'est pas une baise comestible ! © CC0 Pxhere  ©
La belladone n'est pas une baise comestible ! © CC0 Pxhere ©

Non ce n'est pas une groseille ou une myrtille, mais de la belladone. Ce n'est pas de l'ail des ours, mais du colchique. Certaines plantes toxiques ressemblent à des plantes comestibles et peuvent être confondues dans la nature ou dans le jardin. "Les confusions entre plante toxique et plante comestible se produisent régulièrement" prévient l'Anses. "Des courges amères confondues avec des courges comestibles, de l’œnanthe safranée confondue avec des carottes sauvages, des feuilles de datura confondues avec des feuilles de tétragone cornue..." les exemples sont nombreuses.

Les conseils pour éviter les accidents

Même à faible dose, la consommation de certaines plantes toxiques peut provoquer des intoxications graves, voire mortelles. "Que vous ramassiez des plantes dans la nature ou dans votre jardin potager, il convient donc d’être extrêmement vigilant et de suivre quelques conseils pour éviter les accidents"

Dans la nature  :

  • Ne pas consommer la plante ramassée en cas de doute
  • Cesser immédiatement de manger si la plante a un goût inhabituel ou désagréable ;
  • Ne pas cueillir par brassées, pour éviter de cueillir plusieurs espèces et de mélanger des espèces toxiques avec des espèces comestibles ;
  • Photographiez votre cueillette pour en faciliter l’identification en cas d’intoxication.

Si vous ramassez des plantes dans votre jardin potager :

  • En cas de doute sur son identification, ne consommez pas la plante récoltée
  • N’improvisez pas : assurez-vous de bien savoir à quoi ressemble la plante qui va pousser. Aidez-vous de photographies de la plante disponibles sur le sachet de graines achetées ou sur d’autres supports (livres, sites internet) ;
  • Restez vigilant : ce n’est pas parce qu’une plantule émerge là où elle a été semée qu’elle est issue du lot semé ;
  • Soyez attentif au risque de confusion en récoltant des plantes issues d’un repiquage d’une année sur l’autre.
  • Photographiez votre cueillette pour en faciliter l’identification en cas d’intoxication.

Au moindre doute après ingestion ou en présence de symptômes, digestifs ou autres, dans les heures suivant la consommation de plantes ramassées dans un potager domestique ou dans la nature, contactez sans délai un Centre antipoison.

Les centres antipoison donnent des téléconsultations médicales gratuites, en urgence, 24h/24. Pour toute situation liée à un toxique, prenez avis et conseil auprès d’un centre antipoison avant de consulter un médecin ou de vous rendre aux urgences. -

N’appelez le SAMU en faisant le 15 qu’en cas de détresse vitale

Centres Antipoison et de Toxicovigilance

  • NANCY : 03 83 22 50 50
  • LYON : 04 72 11 69 11
  • ANGERS : 02 41 48 21 21
  • BORDEAUX : 05 56 96 40 80
  • LILLE : 0800 59 59 59
  • MARSEILLE : 04 91 75 25 25
  • PARIS : 01 40 05 48 48
  • TOULOUSE : 05 61 77 74 47

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.06
peu nuageux
le 22/04 à 0h00
Vent
1.42 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %