Pollution atmosphérique : procédure d’alerte déclenchée dans le Doubs

Publié le 10/12/2016 - 12:19
Mis à jour le 10/12/2016 - 12:21

Concerné par un épisode de pollution atmosphérique persistant, le Doubs fait l’objet ce jour, 10 décembre 2016, d’un arrêté de la Préfecture, qui déclenche les mesures d’urgence complémentaires aux mesures automatiques prévues dans l’aire urbaine de Belfort-Montbéliard.

atmo_10_decembre.jpg
©ATMO Franche-Comté
PUBLICITÉ

En raison de l’accumulation importante de particules en suspension (PM10) dans l’atmosphère depuis le 8 décembre, le préfet du Doubs a pris un arrêté aujourd’hui, 10 décembre 2016, afin de déclencher les mesures d’urgence complémentaires aux mesures automatiques prévues dans l’aire urbaine de Belfort-Montbéliard-Héricourt-Delle.

Mesures automatiques prévues dans l’aire urbaine

  • La réduction obligatoire de 20 km/h des vitesses sur l’A36, pour toutes les catégories d’usager (Mesure applicable le lendemain du déclenchement de l’alerte à 7h)
  • Sur le réseau routier, la vitesse maximale autorisée est limitée à 70 km/h (Mesure applicable le lendemain du déclenchement de l’alerte à 7h)
  • Interdiction d’utilisation du bois et de ses dérivés comme chauffage d’appoint ou d’agrément dans tous les logements, dès lors qu’il n’est pas une source indispensable de chauffage

Mesures complémentaires prises sur l’ensemble du Département 

  • Interdiction totale du brûlage des déchets verts à l’air libre : suspension des éventuelles dérogations pour raisons phytosanitaires ou agronomiques.
  • L’écobuage et le brûlage à l’air libre de sous-produits agricoles (chaume, paille, etc.) sont interdits.
  • Interdiction d’utilisation du bois et de ses dérivés comme chauffage d’appoint ou d’agrément dans tous les logements, dès lors qu’il n’est pas une source indispensable de chauffage.
  • Pour les installations classées pour la protection de l’environnement, contrôle du bon fonctionnement des installations de filtration et report des opérations de maintenance émettrices de particules

En complément des mesures spécifiques du Plan de Protection de l’Atmosphère de limitation de vitesses sur l’Aire Urbaine, la vitesse maximale autorisée est réduite de 20 km/h pour toutes les catégories d’usager sur le réseau routier et autoroutier du reste du Département dès lors que limitation de vitesse en vigueur est supérieure ou égale à 90 km/h. La mesure est applicable à compter de dimanche 11 décembre à 7h.

Par ailleurs, le préfet du Doubs recommande aux usagers de la route de pratiquer le covoiturage et de favoriser les déplacements en transports en commun.

Pour plus d’informations sur cet épisode de pollution : site internet de l’ATMO Franche-Comté

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.41
nuageux
le 24/05 à 0h00
Vent
1.08 m/s
Pression
1016.31 hPa
Humidité
92 %

Sondage