Rassemblement en mémoire de Razia à Besançon : "Pourquoi n'a-t-elle pas été entendue ?"

Publié le 03/11/2018 - 09:11
Mis à jour le 11/05/2021 - 12:34

Quelque 150 personnes se sont rassemblées vendredi 2 novembre à 18 heures place Pasteur au centre-ville de Besançon pour "honorer la mémoire" de Razia, une mère de famille afghane de 34 ans poignardée à mort en pleine rue mardi et dont le mari, assassin présumé, a été retrouvé vendredi après-midi.

"C'est un rassemblement pour les gens qui souhaitent manifester leur amitié à Razia ainsi que leur soutien aux femmes victimes de violences et à celles et ceux qui s'en occupent", a déclaré Christine Perrot, présidente de l'association Solidarité Femme, à l'origine de ce rassemblement. "Pourquoi Razia n'a-t-elle pas été entendue", "Violences conjugales, ce n'est pas un crime passionnel", ont écrit les manifestants sur des pancartes.

Logée depuis un an dans un appartement de l'association qui accompagne les femmes victimes de violences conjugales, Razia a été tuée de plusieurs coups de couteau au torse et au cou alors qu'elle revenait de ses courses. Les coups ont entraîné la mort de la victime par rupture de l'aorte, selon une source judiciaire.

Cette mère de trois enfants de 9, 12 et 16 ans - les deux plus jeunes font désormais l'objet d'un placement provisoire décidé par la justice - avait déposé sept plaintes contre son mari, trois à Marseille puis quatre à Besançon.

Après avoir demandé le divorce, Razia avait obtenu en juillet une ordonnance de protection délivrée par un juge des affaires familiales, interdisant à son mari de l'approcher. Mais celui-ci est donc vraisemblablement parvenu à retrouver sa trace et à la rejoindre.

Infos +

Le parquet de Besançon a lancé mercredi un appel à témoins pour retrouver cet Afghan de 38 ans, considéré comme le suspect Numéro un après son identification sur les images de caméras de vidéo surveillance. Il a été retrouvé vendredi après-midi a-t-on appris cette nuit.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.28
légère pluie
le 19/09 à 21h00
Vent
1.76 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
100 %

Sondage