Saône-et-Loire : le parc historique "Éclat" ouvrira ses portes en 2023

Publié le 10/09/2019 - 18:01
Mis à jour le 10/09/2019 - 18:01

Le département de Saône-et-Loire a dévoilé mardi 10 septembre 2019 un projet de parc de loisirs baptisé "Éclat", lieu d'histoire et de spectacles qui doit ouvrir ses portes à Tournus en 2023.

eclat tournus saone et loire
©

Ce parc "racontera les grandes heures de l'histoire de la Saône-et-Loire à travers des personnages célèbres, des légendes fabuleuses, des paysages typiques, des architectures remarquables et un bâti inspiré de l'architecture bois du Moyen-Age", souligne le département dans son dossier de presse.

La ville de Tournus, carrefour départemental accessible à la fois par l'A6 - qui draine chaque jour 60.000 voyageurs en moyenne - et la nationale 6, a été choisie pour abriter ce parc.

Le département a calculé que 11 millions de clients potentiels vivent à moins de trois heures du futur site, complémentaire aux offres déjà existantes, comme le Touroparc Zoo de Romanèche-Thorins (plus de 233.000 visiteurs annuels) ou le parc touristique des Combes du Creusot (242.000 visiteurs en 2016).

Les partenaires tablent sur une prévision "pragmatique et prudente" de 150.000 visiteurs la première année, avec dans le viseur un objectif de 450.000 visiteurs annuels, a indiqué à l'AFP le président du conseil départemental André Accary.

Le financement du projet, estimé dans une première phase à 40 millions d'euros, proviendra majoritairement d'investisseurs privés, le reste étant assumé par l'exploitant du parc, complété par une participation publique. Une convention de financement doit être signée en décembre entre tous les  partenaires, pour un début des travaux envisagé en 2022.

Ce budget devrait être progressivement augmenté de 20 millions d'euros après l'ouverture "pour réinvestir et donner une attractivité supplémentaire au site", a expliqué M. Accary. Selon lui, le projet doit permettre de créer au minimum une centaine d'emplois, en grande majorité locaux. Le président n'a pas en revanche détaillé le nombre d'attractions envisagé, par souci de protection face à la concurrence.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Loisirs

Ski : le président de la station de Métabief préfère penser aux soignants qu’aux loisirs

Jean Castex, le Premier ministre avait confirmé l'ouverture des stations de ski, mais la fermeture des remontées mécaniques après l'allocution du chef de l'État le 24 novembre dernier. Après l'arrivée des premiers flocons dans le Doubs le 1er décembre 2020, nous avons contacté Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d'Or, vice-président du département et maire de Frasne pour connaître son avis sur le sujet...

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.62
couvert
le 05/12 à 0h00
Vent
1.8 m/s
Pression
993 hPa
Humidité
97 %

Sondage