Soins: de la maltraitance à la bientraitance, il y a encore plusieurs pas...

Publié le 14/10/2011 - 15:25
Mis à jour le 14/10/2011 - 15:25

Beaucoup de monde ce vendredi à Besançon-Micropolis pour participer aux états généraux de la bientraitance en Franche-Comté. Fil conducteur de la journée : « cultiver le prendre soin » dans les établissements de santé.

photo_macommune_1318594348.JPG
Véronique Ghadi a dressé un tableau très réaliste de la maltraitance au quotidien dans les établissements de santé ©carvy
PUBLICITÉ

On ne dit plus mobilisation contre la maltraitance, mais mobilisation pour la bientraitance… il faut positiver. La journée de travail organisée par le Réseau qualité des établissements de santé de Franche-Comté (REQUA) a toutefois été l’occasion de mettre à plat devant quelque 500 professionnels de la santé ce que peut recouvrir  au quotidien « la maltraitance ordinaire » dans les établissements de santé.

La sociologue Véronique Ghadi, chef de projet développement de la certification à la Haute autorité de la santé, a travaillé sur le sujet avec comme objectif de « renforcer la question des droits des patients ». « La maltraitance ordinaire, c’est celle que l’on ne retrouve pas devant les tribunaux », a précisé l’intervenante qui a établi son constat à partir de témoignages de patients, de proches, mais aussi de professionnels.

Sentiment de soumission du malade

Un constat qui sépare la maltraitance du fait des professionnels de santé et celle qui incombe aux hôpitaux. Le respect de la dignité des malades, la prise en charge de la douleur sont des thèmes qui reviennent souvent dans un contexte d’attentes fort au niveau disponibilité du personnel et au niveau de la personnalisation de la prise en charge. Véronique Ghadi a par exemple évoqué « les discussions d’ordre privées entre professionnels devant le patient » ou « les professionnels qui n’entendent pas ce que disent les malades sur les effets des traitements ». « Tout cela renforce le sentiment de soumission du malade ».

La sociologue a également décrit la culpabilisation que les professionnels de santé font parfois peser sur les proches en terme de responsabilité, certains allant jusqu’à des représailles par des interdictions de visite d’une mère à son fils pendant une semaine.

Autre aspect de la maltraitance, « le rythme de l’hôpital qui s’impose au malade ». « C’est Versailles à 4h du matin. Plein feux, on réveille tout le monde en claquant des talons». Qui n’a pas vécu cette situation lors d’une hospitalisation ? Ou les attentes aux urgences ? « Vous avez de la chance vous n’avez attendu qu’une heure… ». Et que dire des changements de programmation des examens médicaux sans prévenir les proches qui s’étaient organisés en fonction du planning initial…

« La question économique est également très présente, notamment au niveau de la sortie décidée parfois sur des arguments économiques », a poursuivi Véronique Ghadi pointant aussi la tardicité du rendu des examens, l’absence de réponse au courrier, voire des réponses inadaptées ».

La qualité de vie au travail des soignants

Le fait d’évoquer cette maltraitance ordinaire sans tabous est plutôt rassurant. On n’est plus dans le déni et malades et proches, qui sont des « acteurs incontournables », le valent bien.

Sylvie Mansion, directrice de l’Agence régionale de santé (ARS), a salué « l’engagement de la Franche-Comté pour la qualité ». « Nous devons travailler à la prévenance, c’est un engagement qui nous honore ». La question qui se pose est simple a estimé de son côté le professeur Régis Aubry : « Comment dans un contexte économiquement contraint on peut maintenir la qualité des soins ? ». Une préoccupation qui en recoupe une autre, celle de la qualité de vie au travail pour les soignants eux-mêmes. Mieux ils seront traités, mieux ils pourront traiter.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Color Life, ce dimanche à Besançon

La Color Life, ce dimanche à Besançon

Organisée conjointement depuis 2014 par les étudiants de l’école de commerce Imea et le Comité du Doubs de la ligue contre le cancer, la Color life revient pour une sixième édition le dimanche 26 mai 2019 dès 13 h au parc de la Gare d’eau de Besançon.  

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.53
ciel dégagé
le 26/05 à 15h00
Vent
3.07 m/s
Pression
1015.17 hPa
Humidité
62 %

Sondage