Soins: de la maltraitance à la bientraitance, il y a encore plusieurs pas...

Publié le 14/10/2011 - 15:25
Mis à jour le 14/10/2011 - 15:25

Beaucoup de monde ce vendredi à Besançon-Micropolis pour participer aux états généraux de la bientraitance en Franche-Comté. Fil conducteur de la journée : « cultiver le prendre soin » dans les établissements de santé.

 ©
©

On ne dit plus mobilisation contre la maltraitance, mais mobilisation pour la bientraitance… il faut positiver. La journée de travail organisée par le Réseau qualité des établissements de santé de Franche-Comté (REQUA) a toutefois été l’occasion de mettre à plat devant quelque 500 professionnels de la santé ce que peut recouvrir  au quotidien « la maltraitance ordinaire » dans les établissements de santé.

La sociologue Véronique Ghadi, chef de projet développement de la certification à la Haute autorité de la santé, a travaillé sur le sujet avec comme objectif de « renforcer la question des droits des patients ». « La maltraitance ordinaire, c’est celle que l’on ne retrouve pas devant les tribunaux », a précisé l’intervenante qui a établi son constat à partir de témoignages de patients, de proches, mais aussi de professionnels.

Sentiment de soumission du malade

Un constat qui sépare la maltraitance du fait des professionnels de santé et celle qui incombe aux hôpitaux. Le respect de la dignité des malades, la prise en charge de la douleur sont des thèmes qui reviennent souvent dans un contexte d’attentes fort au niveau disponibilité du personnel et au niveau de la personnalisation de la prise en charge. Véronique Ghadi a par exemple évoqué « les discussions d’ordre privées entre professionnels devant le patient » ou « les professionnels qui n’entendent pas ce que disent les malades sur les effets des traitements ». « Tout cela renforce le sentiment de soumission du malade ».

La sociologue a également décrit la culpabilisation que les professionnels de santé font parfois peser sur les proches en terme de responsabilité, certains allant jusqu’à des représailles par des interdictions de visite d’une mère à son fils pendant une semaine.

Autre aspect de la maltraitance, « le rythme de l’hôpital qui s’impose au malade ». « C’est Versailles à 4h du matin. Plein feux, on réveille tout le monde en claquant des talons». Qui n’a pas vécu cette situation lors d’une hospitalisation ? Ou les attentes aux urgences ? « Vous avez de la chance vous n’avez attendu qu’une heure… ». Et que dire des changements de programmation des examens médicaux sans prévenir les proches qui s’étaient organisés en fonction du planning initial…

« La question économique est également très présente, notamment au niveau de la sortie décidée parfois sur des arguments économiques », a poursuivi Véronique Ghadi pointant aussi la tardicité du rendu des examens, l’absence de réponse au courrier, voire des réponses inadaptées ».

La qualité de vie au travail des soignants

Le fait d’évoquer cette maltraitance ordinaire sans tabous est plutôt rassurant. On n’est plus dans le déni et malades et proches, qui sont des « acteurs incontournables », le valent bien.

Sylvie Mansion, directrice de l’Agence régionale de santé (ARS), a salué « l’engagement de la Franche-Comté pour la qualité ». « Nous devons travailler à la prévenance, c’est un engagement qui nous honore ». La question qui se pose est simple a estimé de son côté le professeur Régis Aubry : « Comment dans un contexte économiquement contraint on peut maintenir la qualité des soins ? ». Une préoccupation qui en recoupe une autre, celle de la qualité de vie au travail pour les soignants eux-mêmes. Mieux ils seront traités, mieux ils pourront traiter.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.53
peu nuageux
le 29/02 à 18h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
86 %