Surcoût de la sécurité des festivals : un contentieux contre la "circulaire Collomb"

Publié le 27/11/2018 - 14:32
Mis à jour le 27/11/2018 - 14:32

La facturation des coûts de sécurité supplémentaires dans les festivals de France y compris en Franche-Comté, met en péril la pérennité et l'indépendance de ces événements. C'est pourquoi le Syndicat des Musiques Actuelles (SMA) et le Prodiss demandent l'annulation de l'instruction ministérielle du 15 mai 2018 relative à l'indemnisation des services d'ordre.

© MS Studio -SABA
© MS Studio -SABA
PUBLICITÉ

En exemple en Franche-Comté, le festival No Logo, s’est vu imposé par la préfecture du Jura depuis 2014 une convention de gendarmerie faisant peser sur la manifestation des coûts sécuritaires s’ajoutant aux imposants moyens déjà mis en place par le festival pour assurer sa propre sécurité. « Au fil des éditions, et à mesure des augmentations de cette convention, le budget du festival s’est vu durement impacté et fragilisé », est-il expliqué dans un communiqué du No logo.

Le festival s’est donc engagé depuis fin 2017 aux côtés de son syndicat le SMA pour observer et comprendre l’application de la convention de gendarmerie (régie par la désormais connue « Circulaire Collomb ») d’un festival à un autre.

Une menace pour la Culture

La facturation de ces coûts de sécurité supplémentaires, prévue par cette circulaire, « met en péril la pérennité et l’indépendance des festivals concernés, et menace ainsi directement le secteur de la culture. C’est pourquoi des discussions avec le ministère de la Culture avaient été mises en place plus tôt dans l’année par l’intermédiaire du SMA » expliquent les organisateurs du No Logo.

Par la suite, le SMA et le Prodiss ont décidé d’engager un recours gracieux contre l’instruction ministérielle du 15 mai 2018 relative à la facturation des coûts de sécurité, dite « circulaire Collomb ».

Aujourd’hui, en l’absence de réponse du ministère de l’Intérieur à ce premier recours, le SMA, toujours en lien avec le Prodiss, a donc décidé d’engager cette fois un contentieux contre cette instruction ministérielle. Le syndicat demande explicitement dans un courrier en date du 26 novembre 2018, « l’annulation de cette instruction ministérielle ».

Infos +

  • Le No Logo Festival, directement concerné par cette démarche « apporte tout son soutien au Syndicat des Musiques Actuelles dans ce recours et demande l’abrogation de la « circulaire Collomb » pour l’ensemble des festivals touchés. »

 

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Une des provinces du Rococo. La Chine rêvée de François Boucher », une exposition au Musée des Beaux-Arts

« Une des provinces du Rococo. La Chine rêvée de François Boucher », une exposition au Musée des Beaux-Arts

Du 9 novembre 2019 au 2 mars 2020, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon présente "Une des provinces du Rococo. La Chine rêvée de François Boucher", une exposition qui invite à la rêverie. L'occasion de célébrer le premier anniversaire de la réouverture du musée...

Les sorties ciné d’octobre aux Mégarama de Besançon

Les sorties ciné d’octobre aux Mégarama de Besançon

Beaucoup de sorties ciné sont prévues pour ce mois d'octobre 2019 dans les Mégarama Beaux-Arts et Ecole-Valentin ! Avec évidemment, comme de ce mois d'Halloween, le "Joker", qui met en scène Joaquin Phoenix et que beaucoup attendent ! Mais aussi de l'animation avec Abominable ou Shaun le Mouton, des films français comme Hors-Norme ou Les Municipaux, et plein d'autres !

PUBLI INFO
Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt