Tchernobyl : le massif du Jura radioactif

Publié le 26/04/2016 - 16:44
Mis à jour le 27/04/2016 - 08:43

Trente ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le massif du Jura garde des séquelles. Selon l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, qui a publié ce mardi 26 avril 2016 un état des lieux, le site jurassien présente toujours des niveaux de radioactivité huit fois supérieur à la moyenne.

 ©
©

Trente ans après Tchernobyl, les sols des massifs des Vosges, du Jura, des Alpes du Sud et de Corse, les activités en césium 137 sont supérieures à 10.000 becquerels par mètre carré, soit 8 fois la moyenne des sols français selon un état des lieux publié mardi 26 avril 2016 par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Mais cette radioactivité ne peut pas avoir d'impact sur la santé. "Le Césium 137 n'est responsable d'aucune conséquence sanitaire", explique Philippe Renaud, spécialiste de la radioactivité dans l'environnement à l'IRSN. Le césium 137 n'est pas présent dans la nature et, sans Tchernobyl et les essais nucléaires atmosphériques des années 60, son niveau serait de zéro. Il est en revanche présent dans les déchets des réacteurs nucléaires mais, sous cette forme, il ne peut pas contaminer l'environnement. Selon les données de l'IRSN, en 2015, un habitant des zones les plus touchées par les retombées de Tchernobyl, comme l'Est de la France est presque sept fois plus exposé au rayonnement émis par le césium présent dans les sols, qu'une personne résidant ailleurs en France. Cette radioactivité persistante de certaines zones du territoire français se retrouve dans des aliments. "C'est le cas du lait", précise Philippe Renaud. "Le lait produit sur ces zones est de l'ordre de huit fois plus contaminé que le lait du reste de la France". Et selon l'IRSN, les différences sont encore plus importantes pour les denrées issues des forêts comme les baies, les champignons et même le gibier. "Si on consommait deux plats copieux par semaine de gibiers et de champignons au niveau de radioactivité le plus élevé qu'on ait mesuré, la dose ne serait pas négligeable", explique Philippe Renaud. "Mais si on compare cela à l'exposition due à la radioactivité naturelle (de certains aliments), ça ne fait pas beaucoup", précise l'expert. "Il suffit de consommer régulièrement des fruits de mer pour recevoir une dose 1 à 3 fois supérieure".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Un collectif régional de médecins volontaires pour réduire le temps d’attente d’un certificat de décès

Le collectif porté par l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) médecin Libéral en Bourgogne-Franche-Comté est opérationnel depuis le début de l’année 2024. Il permet une voie de recours en cas d’absence de solution pour établir un certificat de décès. 

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.55
légère pluie
le 22/06 à 12h00
Vent
1.85 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %