TGV Rhin-Rhône: François Fillon boucle les 140 premiers kilomètres

Publié le 31/01/2011 - 19:36
Mis à jour le 31/01/2011 - 19:36

Lors d’une visite éclair sur la ligne à grande vitesse en Côte d’Or , le Premier ministre ne s’est engagé sur aucun agenda pour les 280 km restants.

Pas d'annonce spectaculaire ce lundi 31 janvier à Villers-les-Pots en Côte d'Or où le Premier ministre a assisté à la pose du dernier rail des 140 km de ligne à grande vitesse que le TGV Rhin-Rhône va emprunter à partir du 11 décembre 2011 à 320 km/h entre la Bourgogne et Petit-Croix dans le Territoire de Belfort. Il était accompagné d'une noria de ministres dont Nathalie Kosciusko-Morizet (Transports) et l'Alsacien Philippe Richert (Collectivités territoriales).

140 km sur 420: un tiers du projet global

Une initiative très symbolique de Matignon, mais qui a laissé sur leur faim les collectivités alsaciennes, bourguignonnes et franc-comtoises dans l'attente d'un coup de pouce de l'Etat vers l'aboutissement de la totalité de cette branche-est vers Dijon (15 km) et vers Mulhouse (35km). Les 140 km ouverts à la grande vitesse à la fin de l'année ne constituent en fait que le tiers de la totalité du projet TGV Rhin-Rhône qui compte trois branches -est, sud et ouest - pour un total de 420 km (*).

François Fillon s'est toutefois voulu rassurant, mais sans rentrer dans le dur du sujet comme l'avait fait Nicolas Sarkozy en 2008 à Ornans (Doubs) lorsqu'il a débloqué les fonds nécessaires aux financement des études et aux acquisitions foncières de la deuxième tranche de la branche-est pour finir les deux bouts dont le coût est évalué à un milliard d'euros. « Une mission sur le financement des travaux a été confiée à Claude Liebermann, avec l'appui de Marie-Anne-Bacot. Je suis sûr que, comme il l'a fait avec succès sur d'autres lignes, il saura réunir efficacement les partenaires pour réaliser ce projet », a précisé le Premier ministre.

Une réunion de cette mission, qui devait avoir lieu en octobre 2010 est régulièrement repoussée de mois en mois. Dernière date évoquée: le mois d'avril. Les présidents de collectivités, comme Marie-Guite Dufay (Région Franche-Comté) et Philippe Richert (Région Alsace), poussent à la roue, mais personne n'ose parler chiffre. Il est vrai qu'un milliard d'euros ne se trouve pas sous le sabot d'un cheval.

Les collectivités au cœur du financement

De plus, le tour de table financier s'inscrit dans la foulée de la première tranche qui avait coûté 2,3 milliards d'euros répartis entre l'Etat (32,5%), Réseau ferré de France (27,8%), la Franche-Comté (13,7%), l'Alsace (9%), la Bourgogne (5,5%), l'Union européenne (8,5%) et la Suisse 3%). Pour la seconde tranche, il est prévu que l'Alsace verse quelque 180 M€, la Franche-Comté 108 M€, la Bourgogne 72 M€. de quoi faire réfléchir...

Le Premier ministre se doutait qu'il était également attendu sur les autres tronçons. « Je sais combien vous tenez au développement des branches ouest et sud. Elles sont dans des phases moins avancées et certains ont cru pouvoir en tirer un argument pour dire qu'elle ne se feraient pas. Ces deux lois sont inscrites dans la loi Grenelle 1 et je vous le dis clairement: nous restons bien déterminés à faire avancer ces projets ». Là non plus François Fillon n'est pas rentré dans le détail. Il s'est tout de même fendu d'un message qu'on peut résumer ainsi: il en faut pour toutes les régions avec en corollaire cet avertissement: « l'Etat ne palliera pas les défauts de financement ».

Fini le temps où les collectivités n'étaient pas mises à contribution. TGV Est et TGV Rhin Rhône ont ouvert la voie... « Il n'est pas question de se lancer dans une politique inconsidérée de dépenses que nos finances ne nous permettent pas d'assumer. Nous devons hiérarchiser les projets ». Difficile à partir de cette mise en garde de savoir à quelle date les travaux vont commencer entre Petit-Croix et Mulhouse. Vraisemblablement pas dans la foulée de la première tranche comme cela était logiquement prévu.

(*) Totalité de la branche-est: 190 km; branche-sud: 170 km entre Dijon et Lyon; branche-ouest: 60 km de Dijon vers Montbard où le TGV Rhin Rhône rejoint la ligne à grande vitesse entre Parie-Lyon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

Accès immédiat à la formation ”boîte manuelle” pour un titulaire du permis ”boîte automatique” à partir du 1er mars 2024 

L’arrêté du 15 février 2024 publié au Journal officiel du 18 février 2024, supprime le délai de trois mois jusque-là nécessaire aux conducteurs titulaires du permis de conduire boîte automatique (code B78) pour des raisons non médicales, pour pouvoir suivre la formation de 7 heures permettant de conduire un véhicule équipé en boîte manuelle. Cette mesure annoncée le 17 juillet 2023 dans la mesure n°3 du Comité interministériel de la Sécurité routière, ajoute une nouvelle brique à l’évolution du permis de conduire.

Sondage – Êtes-vous pour ou contre une visite médicale tous les 15 ans pour garder votre permis de conduire ?

L’eurodéputée des Verts Karima Delli a présenté une proposition de loi en décembre dernier afin de mettre en place une visite médicale obligatoire permettant de renouveler son permis de conduire tous les 15 ans. Le 19 février 2024, l’association "40 millions d’automobilistes" a lancé une pétition pour s’opposer à l’adoption de ce nouveau règlement. Et vous, qu’en pensez-vous ? C’est notre sondage de la semaine…

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Olivier Rietmann souhaite prolonger jusqu’à Jussey et Culmont-Chalindrey le service ferroviaire TER

Le sénateurs et des élus du département de la Haute-Saône ont adressé une lettre à Marie Guite-Dufay, la présidente de la Région, le 12 février 2024 afin de lui exposer la "nécessité d’étudier, de manière approfondie", la faisabilité d’une relation ferroviaire TER quotidienne entre les bassins de Vesoul et des Hauts du Val de Saône, au titre des liaison domicile- études, domicile-travail mais aussi domicile-services (hospitaliers tout particulièrement).

Les prévisions de Bison futé pour ce premier week-end de vacances d’hiver

Ce week-end du 16 au 18 février 2024 marque le début des vacances scolaires pour la zone A et la deuxième semaine de la zone C. Il s’agit également du début des vacances d’hiver des zones Nord et Centre des Pays-Bas et la fin pour la zone Sud des Pays-Bas et du Luxembourg. Ainsi, la circulation sera dense entre les frontières du nord et les stations de sports d’hiver des Alpes.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.02
couvert
le 25/02 à 9h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
83 %