Thanatopracteur, un métier « qui demande du sang froid » !

Publié le 31/10/2013 - 12:15
Mis à jour le 01/11/2013 - 13:20

Claire Sarazin est thanatopractrice depuis 15 ans et directrice du centre de formation Thanatopraxie Art et Technique à Belleherbes (Doubs) depuis 2011. C'est le premier et le seul établissement de l'Est de la France formant les futurs thanatopracteurs. Mais comment devient-on embaumeur ? Comment vient cette idée ? Quelles sont les principales qualités requises pour ce métier ? Claire Sarazin répond à toutes nos questions… même les plus étranges…

PUBLICITÉ

L’embaumeur, ou thanatopracteur, pratique des soins de conservation et de présentation sur les corps de personnes décédées afin de rendre au défunt une expression naturelle. Son travail est essentiel pour permettre aux proches d’avoir une dernière vision dédramatisée du défunt. Les soins d’hygiène consistent dans l’injection intra-artérielle de produits conservateurs et antiseptiques.

maCommune.info : Comment l’idée de devenir thanatopractrice vous est-elle venue ?

Claire Sarazin : Ca n’était pas une vocation dans mon cas, je suis arrivée dans le milieu du funéraire tout à fait par hasard, je ne suis absolument pas issue du sérail. J’ai démarré ma carrière en tant que gardien de cimetière et tout s’est enchaîné.

mC : Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

CS : L’idée d’être utile aux familles. Nous ne leur enlevons pas leur chagrin mais nous l’adoucissons et leur permettons de commencer leur travail de deuil sur une image apaisée et apaisante.

mC : Que trouvez-vous de plus dur dans votre métier ?

CS : Le travail en lui-même est très physique, nous n’avons aucun horaire, ni week-end ni jour férié et nous faisons énormément de route.

mC : Avez-vous déjà dû exercer votre profession sur un de vos proches ? 

CS : Oui, j’ai embaumé ma grand-mère, un de mes oncles et mon maître de stage, entre autres.

mC : Selon vous, quelles sont les principales qualités qu’il faut avoir pour devenir un bon thanatopracteur ?

CS : De l’empathie, du sang froid, de la patience, du courage, de la volonté, de la sensibilité et surtout de l’humanité. 

  • Le centre de formation Thanatopraxie, Art et Technique

mC : Quelles formations proposez-vous ?

CS : Nous préparons les élèves Thanatopracteurs au concours national théorique et nous organisons également ponctuellement des stages de reconstruction faciale, de moulage et des conférences. Le nom que nous avons choisi pour notre école sonne comme une ouverture, nous voulons créer un pont entre l’art et la Thanatopraxie. 

mC : Combien d’élèves sont inscrits dans votre école ?

CS : Il sont sept cette année. Le numerus clausus est fixé à 55 places pour 265 candidats en 2013. Il y a dix écoles en France et il serait irraisonnable et improductif de former davantage d’élèves. 

mC : Ce métier attire plutôt les hommes ou les femmes ?

CS : Il n’y avait quasiment que des hommes dans la profession lorsque j’ai débuté il y a 15 ans mais à présent, la tendance s’est totalement inversée. 

mC : Avez-vous des élèves « clichés » comme des gothiques par exemple ?

CS : Il y a eu une vagues d’aspirants gothiques il y a quelques années mais c’est de moins en moins le cas. De manière générale, on ne peut pas distinguer un étudiant thanato d’un autre.

mC : Pouvez-vous nous raconter une anecdote insolite qui vous serait arrivée ? 

CS : La fois où j’ai habillé un défunt en costume pailleté et qu’on m’a demandé de lui placer une baguette entre les mains : c’était un magicien.

 En Franche-Comté, on compte une dizaine de thanatopracteurs. En France, ils ne sont pas plus de 700 mais il y aura bientôt 2.000 diplômés.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités revient pour une nouvelle édition samedi 10 juin 2017 à l'Espace du marais à Saône. Huit concerts gratuits sont prévus avec les artistes et groupes : Ashtray, Lily Riposte,Alfred Massaï, Black Bottle, Hi Levelz, Gunwood, Opsa Dehëli, Sorg. Raphaël Lazzeroni, responsable et programmateur du festival Saônorités, dévoile les coulisses du festival. Interview.

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Le Franc-Comtois Frédéric Parrenin, glaciologue et paléoclimatologue rattaché à l’Université de Grenoble, animera deux conférences sur les dérèglements climatiques à Audincourt le 25 septembre et à Ornans, le 26 septembre 2015. Ses recherches ont fait l'objet d'un article dans le New-York Times. Il répond aux questions de macommune.info.

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Filoo Justyn est tombé dans la magie lorsqu'il avait… 34 ans ! Il nous parle de son parcours, de son intégration au cercle magique comtois, de sa spécialité le "Close Up"  et du 49e congrès français de l'illusion et championnat de France de Magie à Besançon du 1er au 4 octobre 2015…

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Franck Bonneau s'est lancé dans un nouveau projet de land art. Après les merveilles de Vauban et un globe terrestre, il réalise, depuis le mois de mars, une oeuvre géante reprenant un motif de l'album "Equinoxe" de Jean-Michel Jarre à l'aérodrome de Thise. L'inauguration est prévue le 20 juin. L'artiste répond aux questions de Macommune.info.

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Du 12 au 15 mai 2015, l'entreprise franc-comtoise Platex participe au salon de décoration et de design Maison & Objets Americas à Miami (Etats-Unis). Occasion de découvrir cette entreprise des Fourgs dans le Haut-Dous qui cherche à se développer à l'international. Nous nous sommes entretenus avec Virginie Revelly, directrice commerciale de Platex. 

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Pour sa dernière tournée avec son spectacle "à l'état sauvage", Franck Dubosc a répondu à nos questions. L'humoriste qui se dit "plus corrosif, mais toujours gentil" sera à Micropolis ce jeudi 19 mars 2015. Il reste quelques places ne vente. Profitez-en car il l'a promis. Il va se lâcher à Besançon ! 

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Du 26 au 28 février, des films marquants, rarement (ou jamais) programmés à Besançon, seront présentés au petit Kursaal, au FJT des Oiseaux et au cinéma Victor Hugo, autour du "bien-vivre ensemble" et de la lutte contre les discriminations homosexuelles. Le collectif XYZ et l'association La Malle des Indes en sont à l'origine et nous en disent plus.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.23
couvert
le 24/05 à 3h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %

Sondage