Ueli Steck, la "machine suisse" de l'alpinisme, perd un compagnon sur le Mont-Blanc

Publié le 24/07/2015 - 09:04
Mis à jour le 24/07/2015 - 09:04

L'alpiniste suisse Ueli Steck, 39 ans, vainqueur de la face sud de l'Annapurna au Népal, a annoncé jeudi 23 juillet 2015 la mort d'un de ses compagnons, l'alpiniste néerlandais Martijn Seuren, lors d'une ascension commune sur le Mont-Blanc.

aiguille_verte_-_july.jpg
Image d'illustration ©Ximonic, Simo Räsänen-
PUBLICITÉ

« Il aurait été le premier Néerlandais à avoir grimpé les 82 (sommets de plus de) 4.000 (mètres) des Alpes », a écrit Ueli Steck, surnommé la « machine suisse », sur son compte Facebook. Se disant « profondément attristé » par « la mort tragique » de son compagnon, Ueli Steck a par ailleurs exprimé ses « profondes condoléances » à la famille et aux amis de la victime.

Martijn Seuren, 32 ans, a fait une chute de 300 mètres mercredi matin à 04h30 sur les arêtes de Rochefort, à environ 3.900 mètres d’altitude. Il a terminé sa chute dans une crevasse sur un glacier suspendu. Les secouristes du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix n’avaient pas souhaité révéler son identité.

L’alpiniste néerlandais avait rejoint Ueli Steck à l’occasion de cette course. M. Steck a pour projet de gravir tous les sommets de plus de 4.000
mètres des Alpes en 80 jours seulement, sans utiliser le moindre moteur entre les différentes étapes d’un parcours à travers la Suisse, la France et l’Italie.

L’alpiniste suisse avait été récompensé en 2014 d’un piolet d’or (prix international crée en 1991, par Montagnes Magazine et le Groupe de Haute
Montagne) pour l’ascension de la face sud de l’Annapurna (8.091 mètres) au Népal en 28 heures en solitaire par une voie extrêmement difficile, considérée comme un des derniers grands problèmes de l’Himalaya. L’alpiniste français Pierre Béghin y était mort en 1992 lors d’une tentative d’ascension avec Jean-Christophe Lafaille.

Adepte du « speed climbing » (ascension rapide), Ueli Steck a escaladé cette voie en un temps record, atteignant le sommet sans sac à dos, avec une simple corde et une gourde dans la poche. Mutant de la discipline, Ueli Steck a aussi réalisé en 2008 l’ascension des Grandes Jorasses (1.200 mètres de paroi), dans le massif du Mont-Blanc, en 2 heures et 21 minutes, quand il faut deux jours pour une cordée classique.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 34.77
ciel dégagé
le 26/06 à 9h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1021.93 hPa
Humidité
64 %

Sondage