Un tigre de Sibérie naturalisé rejoint le parcours de l'évolution du Muséum de Besançon

Publié le 16/02/2014 - 18:20
Mis à jour le 03/12/2016 - 09:52

Boris, un tigre de Sibérie qui a vécu 16 ans au jardin zoologique de Besançon avant de mourir, a été naturalisé et il rejoint désormais les autres spécimens du parcours de l’évolution, situé au cœur de la Citadelle.

boris_3_citadelle_de_besancon_patrimoine_mondialsjustine_lemonni.jpeg
boris_3_citadelle_de_besancon_patrimoine_mondialsjustine_lemonni.jpeg
PUBLICITÉ

Boris était un mâle qui a passé plus de 16 ans de sa vie au jardin zoologique de la Citadelle. Décédé 2011, il trône désormais avec les 300 spécimens naturalisés présents dans le parcours de l’évolution, lieu de présentation des collections naturalisées du Muséum de Besançon. Le prestigieux félin installé en position de repos sera présenté dans une vitrine de plexiglas dans l’espace « mammifères » du parcours.?

Le Tigre de Sibérie est très rare dans la nature (360 individus recensés) et protégé par la « Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction ». Le travail effectué sur un individu de cette espèce est donc soumis à une législation stricte afin d’éviter son trafic. A la Citadelle, les tigres de Sibérie sont représentés par Boris au Parcours de l’évolution, mais aussi par Cliff et Saminka au jardin zoologique.

La naturalisation des animaux permet au Muséum de conserver les espèces les plus rares de notre patrimoine vivant. Celle de Boris a été un travail complexe nécessitant plusieurs étapes et mobilisant le travail de toute une équipe, sous la direction de Damien Barbary, taxidermiste de renommée internationale.


LES ÉTAPES DE LA NATURALISATION :

  • ?Etape 1 : L’équipe animalière du Muséum de Besançon a pris soin de l’animal après son décès afin de conserver au mieux la qualité de sa peau, de ses griffes et de ses vibrisses.?
  • Etape 2? : Le taxidermiste récupère l’animal, l’analyse de près (préservation de la peau, qualité du poil) et va ensuite préparer son corps à la naturalisation. Pour cela il faut tout d’abord retirer la peau de l’animal pour la confier à un tanneur. Le tannage doit être parfait car c’est de ce traitement de la peau que dépendra le résultat final.
  • Etape 3 : Le taxidermiste effectue un moule en résine du corps de l’animal afin de conserver tous les détails de sa musculature. Le moule en résine ainsi créé est comblé avec de la mousse en polyuréthane, après que le taxidermiste y ait introduit une sorte de squelette réalisé à partir de barres métalliques.
  • Etape 4 : Il s’agit de la pose de la peau sur le moulage, la fixation à la main est réalisé par une couturière spécialisée. Le coloriste, issu d’une formation en arts graphiques, intervient également pour rendre les couleurs parfois passées du pelage de l’animal, à l’aide de teintures minérales.
  • Etape 5 : La confection des yeux est une étape clé, les tailles étant très variables entre les espèces, il faut souvent créer des pièces uniques pour correspondre à l’espèce naturalisée. Cela a été le cas pour Boris, dont un souffleur de verre spécialisé a travaillé les yeux.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

tigre citadelle

Canicule à la Citadelle : comment les soigneurs procèdent-ils pour rafraichir les animaux ?

Canicule à la Citadelle : comment les soigneurs procèdent-ils pour rafraichir les animaux ?

Avec les fortes températures de ces derniers jours, il est difficile de se déplacer ou de garder un peu de frais. Les animaux de la Citadelle de Besançon sont aussi impactés par la canicule. Comment procèdent les soigneurs ? Nous avons posé la question à Margot Pizzo, la responsable du zoo.  

Citadelle de Besançon : les bébés tigres de Sibérie devenus grands, partent pour la Suède

Citadelle de Besançon : les bébés tigres de Sibérie devenus grands, partent pour la Suède

Les deux ma?les tigres de Sibe?rie ne?s en septembre 2016 a? la Citadelle de Besanc?on sont partis mercredi 21 février 2018 pour la Sue?de. Ayant atteint l’a?ge dit "de dispersion", les deux jeunes ont quitte? leurs parents et leur sœur pour continuer a? participer au programme de sauvegarde de leur espe?ce en danger.

Dans la catégorie

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Inondations de janvier 2018 : reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour Besançon

Inondations de janvier 2018 : reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour Besançon

Rappel • L’état de catastrophe naturelle vient d'être reconnu pour la commune de Besançon au titre des inondations par remontée de nappe phréatique survenues entre le 22 janvier 2018 et le 28 janvier 2018. Les assurés victimes de ces inondations ont dix jours pour reprendre contact avec leur assurance.

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.64
ciel dégagé
le 16/09 à 3h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1021.06 hPa
Humidité
90 %

Sondage