Après le Cousty ? "On va casser avec l'image actuelle du lieu pour se positionner différemment"

Publié le 12/06/2017 - 21:13
Mis à jour le 11/08/2017 - 08:56

Le Cousty à Besançon, c'est fini depuis le 28 mai 2017. Mais l'histoire du lieu continuera avec un nouveau nom, une nouvelle image, une nouvelle clientèle, et beaucoup de concerts… Pour cela, trois Bisontins déjà bien connus dans le milieu du rock à Besançon, reprennent le lieu, mais à leur façon. Il s'agit d'Antonin Borie, Cyrille Hentzen et François Michelet…

Antonin Borie et Cyrille Hentzen sont amis depuis plus de 10 ans. Le premier est programmateur et chargé de communication pour des soirées et des concerts (PDZ, l'ex-Crèmerie, Le Cousty, Le Cylindre, L'Usine à Genève, etc.). Le second est intermittent du spectacle en tant que technicien du son. Il a également travaillé pour NG Productions en tant que régisseur général, aux Eurockéennes de Belfort comme stage manager, il est co-gérant d'un studio d'enregistrement et est diplômé en architecture d'intérieur. Tous les deux, adeptes des soirées bisontines dans le milieu rock, souhaitent depuis plusieurs années, ouvrir leur propre commerce nocturne. À la recherche d'un troisième associé, ils rencontrent François Michelet, Bisontin, contrôleur de gestion et passionné de musique qui avait le même objectif qu'Antonin et Cyrille. "Nous avons tous les trois des compétences complémentaires pour ouvrir ensemble notre commerce", souligne Antonin Borie. 

"Une idée qui a germé lorsque je travaillais en Suisse" 

Après avoir tenté de reprendre les Passages du Zinc il y a quelques années, Antonin et Cyrille passent à autre chose sans quitter l'idée qu'un jour, ils arriveront à ouvrir leur bar. "À Genève, lorsque je travaillais à la salle de concert L'Usine à Genève, j'ai étoffé mon carnet d'adresses qui était déjà bien garni. C'est là-bas qu'a germée l'idée de reprendre le Cousty", nous confie Antonin. "Là-bas, avec le peu de subventions qu'on avait (divisé par cinq en comparaison avec la France), il fallait faire vivre cette salle de renommée européenne. C'est pourquoi nous organisions des "Disco all style" avec un droit d'entrée moins cher qu'en discothèque et une sélection à l'entrée qui n'était pas basée sur la montre Rolex et les chaussures pointues. Avec ces soirées, nous pouvions financer l'activité de concerts".

Pourquoi reprendre les locaux du Cousty ? 

François, Cyrille et Antonin ont lancé un sondage il y a plusieurs semaines sur les réseaux sociaux pour connaître les envies, les besoins, les goûts des Bisontins et Bisontines dans le domaine de la nuit à Besançon. Ils constatent alors que seulement 10% des participants disent être "satisfaits" de l'offre actuelle et 75% ont exprimé un manque de cafés-concerts à Besançon. "On a donc décidé de se positionner sur un créneau qui n'est pas exploité : un café concert de 20h30 à 1h00 qui laissera place au bar de nuit jusqu'à 5 heures les jeudi, vendredi et samedi."

Pour Antonin Borie, "le Cousty est le seul endroit à Besançon qui se prête à une activité de concerts et une activité de discothèque". Cyrille, Antonin et François souhaitent, on l'aura compris, "un lieu rock n'roll et alternatif", précise Antonin, "une proposition différente, destinée à celles et ceux qui ne reconnaissent pas dans l'offre de nuit bisontine actuelle." 

"Si tu aimes Black M et Kenji Girac, Jule ne viens pas…" 

Ce type d'accroche sera sans doute courante dans la communication du lieu, en tous cas, c'est que souhaitent les trois associés. "On va casser avec l'image actuelle du Cousty et des autres discothèques commerciales pour se positionner différemment", souligne Antonin Borie, "on aimerait avoir une com' provoc' et agressive dans les premiers temps" pour planter le décor : "Si tu aimes Black M, Kenji Girac et compagnie, ne viens pas, mais si tu aimes de Brel à Sepultura, du hardcore à l'electro pointu, tu seras chez toi", donne-t-il en exemple.

Un nouveau nom ? 

Il n'est pas encore décidé. Les trois associés hésitent encore entre quelques exemples qui restent encore secrets à ce jour. Pour les départager ou trouver de nouvelles idées, ils lancent dès à présent un sondage dans lequel les participants peuvent proposer des idées de nom pour la suite du Cousty. "La personne qui aura trouvé un nom que nous aimerons et que nous validerons pourra avoir accès au bar-discothèque-salle de concert gratuitement pendant un an", précise Antonin. C'est donc le moment de faire fonctionner les méninges sur le lien : https://fr.surveymonkey.com/r/unnouveaunompourunnouveaucousty

Quels prix ? 

En ce qui concerne le droit d'entrée, les prix varieront en fonction des groupes, des artistes qui se produiront sur la scène de l'ex-Cousty de 20 h 30 à 1 heure. Après 2 heures, le lieu passera à la tarification "discothèque" tout simplement, ainsi que les tarifs des consommations.

Quels concerts ?

La programmation intègrera, chaque fois que possible, l'intervention d'un groupe local ou régional en première partie de soirée, "c'est une réelle volonté", souligne Antonin. De plus, les associés souhaitent travailler avec la plupart des associations locales telles que Le Bastion, Mighty Worm, 1DSens, Le Citron Vert, etc. avec par exemple des cartes blanches régulières.

Enfin, François, Cyrille et Antonin souhaitent travailler en collaboration avec d'autres lieux tels que La Rodia ou Les Passagers du Zinc "pour notamment éviter d'organiser des soirées qui se chevauchent". Antonin ajoute également que le nouveau lieu "tendra la main à des événements comme Détonation, Génériq ou encore Emergences…" 

Et côté boissons ? 

Côté boissons, les nouveaux propriétaires souhaitent satisfaire tous les porte-monnaie grâce à une carte des boissons "qui sera davantage comme celle d'un bar que celle d'une discothèque", précise Antonin. Avec une gamme de bières en pression artisanales régionale notamment de la brasserie CUC, une sélection de spiritueux et des cocktails "de qualité" avec "Hyperboisson comme partenaire sur certains produits atypiques ou introuvables", précise Antonin.

Pour les boissons sans alcool, les associés souhaitent développer les soirées "SAM" et proposer des sodas à 1€ par exemple. "Nous aimerions le plus possible recevoir les associations de prévention des risques liés à l'alcool, la drogue, la sexualité", indique Antonin. 

Côté emploi ? 

Il a été convenu entre l'ancien propriétaire et les nouveaux associés de garder deux membres de l'ancien personnel, soit une serveuse et un responsable de sécurité. "Nous envisageons d'embaucher un responsable de bar en plus, un barman en extra et, pour certaines soirées, des vigiles supplémentaires", nous explique Antonin, "et je servirai également au bar et je serai aux entrées". 

Une ouverture prochaine ? 

François, Cyrille et Antonin idéaliseraient une pré-ouverture avant travaux du lieu en juillet 2017 pour organiser notamment "la der' des der" de Gégé (Gérard Mercier, ancien propriétaire du Cousty) "car nous avons un profond respect pour cet homme et son travail pendant 40 ans", souligne Antonin.

L'ouverture officielle avec le nouveau nom, la nouvelle décoration, une programmation faite… pourrait être envisagée fin août-début septembre 2017. 

Infos +

Pour participer au sondage à la recherche du nouveau nom du Cousty : https://fr.surveymonkey.com/r/unnouveaunompourunnouveaucousty

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Concurrence déloyale : la CCI du Doubs et le Modem du Doubs interpellent le gouvernement

Le reconfinement, qui a commencé cette nuit, permet à des commerces et des entreprises de fonctionner pendant que d'autres n'en ont pas le droit alors que Noël approche à grand pas. la CCi du Doubs et le Modem du Doubs interpellent le gouvernement pour lutter contre la concurrence déloyale dans des communiqués du vendredi 30 octobre 2020.

Grand Besançon Métropole : « Tous mobilisés pour notre territoire, ses habitants et l’activité économique »

Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, a animé jeudi 29 octobre 2020 une réunion de Bureau de la Communauté urbaine en présence de l’ensemble des vice-présidents et conseillers communautaires délégués, lors de laquelle la situation sanitaire et ses conséquences économiques ont été évoquées, apprend-on dans un communiqué.

Confinement : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Ce jeudi 29 octobre, à quelques heures du début du deuxième confinement en France, le Premier ministre Jean Castex entouré de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, Elisabeth Borne ministre du Travail, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur et Olivier Véran, ministre de la Santé, a détaillé la feuille de route.

Confinement : l’U2P de BFC dénonce « des mesures peu compréhensibles et dangereuses »

Dans un communiqué de ce jeudi 29 octobre, l'Union des entreprises de proximité de Bourgogne Franche-Comté, même si elle se dit "spontanément solidaire du gouvernement dans son action contre le coronavirus et soucieuse de participer à l’unité nationale", elle tient néanmoins à manifester une certaine "incompréhension" face aux nouvelles mesures annoncées par le président de la République ce mercredi.

Chambre des métiers et de l’artisanat de BFC : « Nous ne lâchons rien »

Malgré la crise sanitaire, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Région Bourgogne Franche-Comté (CMARBFC) réaffirme dans un communiqué de ce jeudi 29 octobre poursuivre ses actions pour accompagner les artisans, les porteurs de projets et les apprentis, "nous ne lâchons rien".

Confinement : la Ville de Pontarlier et le Grand Pontarlier offrent des chèques cadeaux à dépenser dans les commerces

En vue d'un second confinement imminent qui prendra effet ce jeudi 29 octobre à minuit, la Ville de Pontarlier et le Grand Pontarlier souhaitent soutenir les commerces de proximité en offrant aux consommateurs des chèques cadeaux pour une valeur globale de 15.000 euros.

La Présidente de Région « pour » l’ouverture des écoles mais inquiète pour l’avenir des entreprises…

Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté a souhaité réagir  face aux mesures prises par le gouvernement ce mercredi 29 octobre 2020. Si elle salue la décision de maintenir ouvertes les écoles, elle s'inquiète toutefois de l'avenir des TPE...

Propane : l’UFC-Que Choisir saisit l’Autorité de la concurrence « pour mettre fin au grand bazar »

A l’approche de l’hiver, l’UFC-Que Choisir alerte sur la flambée des prix "aux justifications obscures" du propane en citerne (+ 17 % depuis 2017) touchant de nombreux ménages, généralement ruraux. Inquiète du faible nombre d’acteurs sur ce marché, l’UFC-Que Choisir saisit ce mercredi 28 octobre 2020 l’Autorité de la concurrence pour qu’elle enquête sur les véritables causes de cette inflation subie par les consommateurs.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.3
partiellement nuageux
le 31/10 à 21h00
Vent
2.34 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
90 %

Sondage