18 mois de prison avec sursis pour avoir fait l'éloge de Jonathann Daval, couteaux en main

Publié le 12/09/2019 - 17:10
Mis à jour le 12/09/2019 - 17:11

Mis à jour à 17h10 • Les faits s'étaient déroulés en juillet 2019 dans le quartier de Saint Claude à Besançon. Le père de famille est condamné à 18 mois de prison avec sursis, selon une information de nos confrères de l'Est Républicain.

tribunal palais de justice de besançon
Palais de justice Besançon © d poirier
PUBLICITÉ

Le tribunal correctionnel de Besançon a suivi les réquisitions du parquet à l’encontre de ce chargé d’affaires de 41 ans dont la condamnation s’accompagne
d’une obligation de soins et d’une interdiction de rentrer en contact avec sa femme, a précisé la même source à l’AFP.

Le père voulait tuer son fils et faisait l’éloge de Jonathann Daval. Les policiers avaient été confrontés à une scène violente lorsqu’ils s’étaient rendus en urgence au domicile. Cet homme d’affaires issu d’un milieu favorisé, était assis à table avec deux couteaux de cuisine en main. Son enfant avait assisté à « toute la scène ».

Un éloge de Jonathann Daval

L’homme avait alors évoqué le cas de Jonathann Daval.  (L’affaire avait fait reparler d’elle au mois de juin à la dernière reconstitution judiciaire. Le mari d’Alexia avait reconnu avoir procédé lui-même à la crémation du corps après les coups qui lui avaient portés).

« Lui, a eu le courage de se libérer de sa compagne castratrice », lançait le père de famille, couteaux en mains, devant les forces de l’ordre. Il leur avait alors annoncé vouloir exécuter son fils. Après quelques négociations (le fils et la femme se trouvant à proximité), les policiers avaient finalement pu profiter d’un moment d’inattention pour neutraliser l’individu.

A l’audience, la vice-procureure Margaret Parietti a relevé que le prévenu  vivait avec sa femme « depuis 10 ans » et qu’il « était son rocher, son point  d’encrage, ne voulait pas la laisser partir et avait peur de ne plus voir son fils », a-t-elle indiqué à l’AFP. Il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis.

Pour rappel, un travail est actuellement engagé dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales. Le préfet du Doubs avait annoncé vouloir « renforcer les capacités à travailler en réseau ».

Info +

  • Plateforme d’écoute : 3919
  • Numéro d’urgence : 17 ou 112

Sur le département du Doubs : 379 femmes ont été victimes de violences* (*menaces, violences physiques, atteinte sexuelle) sur les six premiers mois en 2019 dans le Doubs. C’est 25% de plus que l’année passée en zone police (soit + 79 femmes). En zone gendarmerie, cela correspond à une augmentation de 19 % (soit + 276 femmes).

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.3
ciel dégagé
le 16/09 à 6h00
Vent
0.86 m/s
Pression
1021.12 hPa
Humidité
89 %

Sondage