58 millions investis dans le réseau électrique en Franche-Comté

Publié le 01/08/2013 - 17:39
Mis à jour le 01/08/2013 - 17:55

Alors que les tarifs d’EDF augmentent de 5% en moyenne pour les particuliers ce jeudi 1er août 2013, maCommune.info a posé quelques questions à  Emmanuel Laderriere, Directeur Territorial d’ERDF pour le Doubs et le Territoire de Belfort.

 ©
©

maCommune.info : Quelle est la part des investissements conduits par ERDF en Franche-Comté en 2013 ?

Emmanuel Laderriere : En Franche-Comté, 58 millions d’euros sont destinés à la modernisation et au raccordement de nouveaux clients au réseau. Il est primordial de maintenir le réseau en état de marche, de le renforcer voire le renouveler. Ça passe par le changement de sections de câbles, voire le remplacement à l’identique par du matériel neuf des attaches, des isolants et des parafoudres qui vieillissent au fil du temps. Il faut aussi parfois, changer la puissance d’un poste car la structure du réseau ne suffit plus à alimenter la population amenée à augmenter lorsqu’un lotissement se construit dans une commune par exemple.

MCI : D’un point de vue économique, que pèse ERDF dans notre région ?

EL : ERDF compte 703 salariés et embauche une centaine de candidats par an. Environ 7.200 chantiers sont entrepris chaque année auxquels sont associés une quarantaine d’entreprises prestataires. Nos équipes sont réparties sur 18 sites dans les quatre départements au service de 647.40 clients. Le réseau se compose de 13.000 Km de moyenne tension et 13.600 km de basse tension. On dénombre 14325 transformateurs.

MCI : qu’est-ce que le taux "CMA"?

EL : en basse tension un client est dit "mal alimenté" lorsque la tension à son point de livraison sort, au moins une fois par an, de la plage de variation admise (+10% ou – 10 % par rapport à la tension nominale entre 207 et 253 volts). Ce taux CMA atteint 0.5 % dans le Doubs et 0.2 % dans le Territoire de Belfort. Ces taux très bas traduisent l’efficacité du réseau basse tension. En 2012, le temps moyen de coupure par client atteignait 73.9 minutes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.62
couvert
le 01/03 à 18h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
71 %