Six hommes victimes de coups de matraque sur le parking du QG à Besançon

Publié le 02/02/2023 - 10:24
Mis à jour le 25/04/2023 - 15:09

Samedi 10 décembre 2022, un groupe d'individus ont signalé avoir été victimes de violence suite à une altercation avec les occupants d'un véhicule sur le parking du QG. 

 © Élodie R.
© Élodie R.

Dans la nuit du samedi 10 décembre, six hommes se sont fait agresser par trois occupants d'un véhicule sur le parking du QG. D'abord insultés, cinq d'entre eux ont reçu des coups de matraque par le conducteur d'un véhicule VL. À l'aide des caméras de vidéosurveillance, les enquêteurs ont pu identifier le véhicule et l'un des mis en cause, placé en garde à vue le 31 janvier.

Lors de son audition, le suspect a reconnu l’altercation et les violences causées avec une barre, gardée dans sa voiture. Il a indiqué "avoir été chauffé par le groupe des victimes et que lorsqu’il avait quitté les lieux, un coup avait été porté sur sa voiture, ce qui l’avait mis hors de lui". Il a identifié partiellement l'un de ses amis ayant participé au fait, domicilié à Paris, puis un second logé à Besançon, placé en garde à vue lui aussi le 31 janvier.

Entendu, il a reconnu avoir été présent mais a nié avoir porté des coups. Dans son téléphone, une vidéo dévoile une photographie d'un troisième individu se vantant de la bagarre. Convoqué le 1 février, le troisième individu a reconnu avoir donné des coups de matraque et a été placé en garde à vue.

Info +

Les trois hommes sont sortis de garde à vue et les victimes ont reçu des ITT allant de 1 à 3 jours.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.83
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %