Alerte Témoin

Affaire Grégory : "Je demande simplement à ce que Marcel Jacob puisse rentrer chez lui"

Publié le 25/10/2017 - 13:59
Mis à jour le 25/10/2017 - 13:59

La chambre de l'instruction de Dijon rendra sa décision vendredi sur la demande d'assouplissement, plaidée mercredi, du contrôle judiciaire de Marcel Jacob, mis en examen en juin pour l'enlèvement et la séquestration suivis de la mort de son petit-neveu Grégory, a annoncé le parquet général.

Capturedcran2013121816.50.03.png
©Alexane Alfaro

La décision est "mise en délibéré vendredi à 16 h 00", a indiqué le procureur général de Dijon Jean-Jacques Bosc.

La femme de M. Jacob, Jacqueline, a déposé une demande de mainlevée de son contrôle judiciaire qui doit être examinée ce même vendredi par la chambre de l'instruction.

L'audience, démarrée en milieu de matinée, s'est achevée avant midi. Marcel Jacob n'était pas présent, son avocat Stéphane Giuranna dénonçant "les conditions matérielles du contrôle judiciaire". "Il vit au milieu de nulle part ; il n'y a pas de transports en commun", a-t-il justifié.

"Je demande simplement à ce qu'il puisse rentrer chez lui"

L'arrestation du couple de septuagénaires en juin avait relancé une affaire qui n'a pas été élucidée en plus de 33 ans. Brièvement écroués, les époux Jacob ont été libérés mais ont l'obligation de résider séparément et loin de leur domicile vosgien. "Je ne demande pas à ce que mon client soit complètement sorti de cette affaire en l'état. Je demande simplement à ce qu'il puisse rentrer chez lui", a indiqué Me Giuranna à l'issue de l'audience, disant "présumer" que les juges rendraient une décision commune aux deux époux.

"Il n'en peut plus; il faut qu'il rentre chez lui, c'est aujourd'hui une question de survie. Je l'ai plaidé en demandant à la justice de faire, pour
une fois, preuve d'humanité", a ajouté le conseil. Le procureur général s'est opposé à la demande de M. Jacob, en arguant notamment que les deux époux, qui demandent à rentrer chez eux, doivent être entendus séparément en novembre. "Si les époux Jacob étaient impliqués, ils avaient tout le temps d'avoir une version commune : ils ont vécu (...) pendant 33 ans ensemble", a rétorqué Me Giuranna.

Soupçonnés d'avoir été les "corbeaux"

Jamais inquiétés auparavant, Marcel et Jacqueline Jacob sont soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire, mais aussi d'être impliqués dans le rapt et le décès du petit garçon de 4 ans, retrouvé pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne, dans le cadre d'un "acte collectif" qu'ils contestent. Jacqueline Jacob viendra à son tour, vendredi, devant la chambre de l'instruction, pour demander non seulement à rentrer chez elle, mais aussi la levée de toutes les dispositions de son contrôle judiciaire.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Dénonciations de « violences sexuelles » à l’ISBA :  victimes ou témoins appelés à se rendre au commissariat

Une enquête a été ouverte après que des élèves de l'école des Beaux-Arts de Besançon ont dénoncé des "violences sexuelles" sur une page Facebook intitulée "Balancetonecoledart". Etienne Manteaux, le procureur de Besançon invite "toute personnes qui aurait subi ou été témoin de faits de cette nature à venir en faire une déposition au commissariat."

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     14.11
    pluie modérée
    le 24/09 à 18h00
    Vent
    3.83 m/s
    Pression
    1005 hPa
    Humidité
    97 %

    Sondage