Affaire Grégory : Murielle Bolle entame une grève de la faim

Publié le 06/07/2017 - 15:59
Mis à jour le 06/07/2017 - 15:59

Murielle Bolle, témoin clé de l’affaire Grégory en 1984, aujourd’hui soupçonnée d’enlèvement et placée en détention provisoire, a entamé jeudi midi une grève de la faim pour « dire son innocence » et « protester contre son placement en détention », a indiqué l’un de ses avocats.

 ©
©

Mise en examen et écrouée depuis une semaine, cette femme de 48 ans "est très abattue" et a des "pensées suicidiaires", a précisé Me Christophe Ballorin, confirmant une information du quotidien régional le Bien Public. "Elle vit un calvaire, un cauchemar" en prison, où elle "est à l'isolement" pour sa propre protection, a ajouté son conseil, qui lui a rendu visite ce jeudi 6 juillet 2017 au matin. 

  • "Elle ne peut pas sortir: ce sont des insultes, des cris de haine, des menaces de mort", décrit Me Ballorin, selon lequel "elle ne peut pas ouvrir sa fenêtre, alors qu'il fait chaud", sous peine de recevoir des verres d'eau des occupants de la cellule du dessus.

Sa rétractation éclair, il y a plus de 32 ans, après son témoignage accablant Bernard Laroche pour le rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne, est au coeur des investigations. 

"Nous demandons au plus vite la confrontation avec le cousin"

Selon l'accusation, qui se base notamment sur un nouveau témoignage émanant d'un cousin, celle qui avait 15 ans à l'époque a été violentée par sa famille après l'inculpation de Laroche, ce qui serait à l'origine de sa volte-face. "Nous demandons au plus vite la confrontation avec le cousin", dont le témoignage est "un tissu d'inepties", a poursuivi jeudi Me Ballorin, qui compte demander dans la foulée la remise en liberté de sa cliente. "C'est un mythomane, nous avons des éléments objectifs" pour le prouver, a-t-il assuré. L'un de ces éléments porte notamment sur la présence, selon ce témoin, lors de cette fameuse soirée où Murielle Bolle aurait été malmenée d'un avocat décédé depuis, Me Paul Prompt. La défense assure pouvoir démontrer qu'il ne pouvait être là.

A la mi-juin, l'arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, avait relancé spectaculairement ce dossier des plus énigmatiques. Soupçonnés d'être les fameux "corbeaux" de l'affaire et mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort, les deux septuagénaires, jamais inquiétés jusqu'alors, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire strict.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.7
pluie modérée
le 18/05 à 18h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
65 %