Affaire Léonarda : "Elle parlait bien français, elle avait quelques copines et elle était plutôt sympa"

Publié le 17/10/2013 - 10:11
Mis à jour le 18/10/2013 - 15:07

Après l’expulsion de Leonarda, ses amis se disent choqués et c’est l’émotion qui prime exacerbée par la polémique née à gauche sur les modalités de l’explusion.  Une pétition demandant le retour de Leonarda a recueilli près de 12.000 signatures. La députée PS du Doubs Barbara Romagnan l’a signée. Leonarda, scolarisée depuis son arrivée en France il y a près de cinq ans, est décrite comme une élève de 3e moyenne, mais impliquée et plutôt bien intégrée.

 ©
©

Témoignages

"Elle parlait bien français, elle avait quelques copines et elle était plutôt sympa", résume Céline, qui a du mal à comprendre pourquoi sa camarade de classe a été expulsée le jour de la sortie pédagogique. "Elle n’a même pas eu le temps de récupérer ses affaires chez la copine où elle avait dormi la veille".

La famille Dibrani a été déboutée de ses demandes de droit d’asile et elle était sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français. Le père, Resat, 44 ans, avait été expulsé le 8 octobre et le reste de la famille était assigné à résidence à Levier (Doubs).

"Ils avaient préparé leurs affaires"

D’après Gérard Guinot, porte-parole du comité de soutien aux sans-papiers du secteur de Pontarlier, la famille s’attendait depuis une quinzaine de jours à être renvoyée au Kosovo. "C’était irrémédiable, ils avaient préparé leurs affaires, mais ils espéraient un miracle et ils n’avaient pas été prévenus du jour de l’expulsion", remarque-t-il.

Selon le ministère de l’Intérieur, c’est "afin d’éviter que la famille ne soit séparée", et d’assurer des "départs aussi simultanés que possible", que la police aux frontières et les gendarmes se sont rendus le 9 octobre au domicile de la mère de Leonarda. "Il a été convenu entre la famille, le représentant de son comité de soutien, l’enseignante en charge de la sortie scolaire et les forces de l’ordre de laisser la jeune fille sortir du bus afin de lui permettre de rejoindre sa famille".

Gérard Guinot s’est "battu pour que la famille soit regroupée avant l’expulsion", mais il aurait "préféré que le préfet accorde une autorisation de séjour". Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a appelé à manifester vendredi à 17h30 devant la préfecture du Doubs pour le "retour immédiat de la famille Dibrani, expulsée dans des conditions ignobles".

 Emotion devant le collège 

Devant le collège André-Malraux de Pontarlier, les camarades de Leonarda témoignent. Romane et Marie se disent "choquées". "Ça nous évoque le racisme et les inégalités : ici Leonarda et sa famille avaient les moyens de se loger, de manger et d’étudier, alors qu’au Kosovo, elles n’ont rien", regrettent les deux jeunes filles de 14 ans, scolarisées au collège André Malraux.

Leonarda Dibrani était dans un bus scolaire avec ses camarades de classe, dans le cadre d’une sortie pédagogique, lorsqu’elle a reçu un appel sur son portable, le 9 octobre dernier : ses cinq frères et soeurs âgés de un à 17 ans, et sa mère venaient d’être pris en charge par la police pour être expulsés de France, direction leur pays d’origine, le Kosovo.
"Le bus s’est arrêté et Leonarda est descendue toute seule, elle a dit au revoir à la copine chez qui elle avait dormi la veille. Ca s’est passé très vite et on n’a pas tellement vu ce qui se passait, il faisait encore nuit. On a juste vu une voiture de police qui l’attendait", raconte Céline, qui se trouvait dans le car avec la jeune fille.

 "Sur le moment on n’a pas vraiment compris, on s’est posé des questions et notre professeure nous a dit que Leonarda était expulsée de France et renvoyée au Kosovo, qu’elle pleurait et qu’elle ne voulait pas retourner dans ce pays qu’elle ne connaît pas", ajoute-t-elle.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vu de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 21.3
nuageux
le 19/06 à 9h00
Vent
2.68 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
80 %