Avez-vous vu la mante religieuse en Franche-Comté ?

Publié le 22/08/2022 - 14:28
Mis à jour le 25/08/2022 - 15:45

Le conservatoire botanique national et l’Office pour les insectes et leur environnement de Franche-Comté invite la population à repérer la mante religieuse sur le territoire et à la signaler...

 © Gilles Bailly
© Gilles Bailly

L’adjectif "religieuse" lui a été donné en raison de la manière dont elle replie ses pattes antérieures, ce qui lui donne l’impression d’être en train de prier.

L’observation d’une mante religieuse laisse peu de monde indifférent. Sa longue silhouette, sa tête très mobile qui pivote pour observer l’intrus, ses impressionnantes pattes antérieures ravisseuses munies d’épines qui immobilisent la proie retiennent l’attention !

Célébrité parmi les insectes, la mante religieuse est par ailleurs inconfondable dans la région, puisqu’elle y est l’unique représentante connue de sa famille. Les oothèques, nids protégeant les œufs pendant la période hivernale, sont également bien caractéristiques et reconnaissables !

D’août à octobre : menez l’enquête !

Afin de faire progresser la connaissance de la répartition de cette espèce en Franche-Comté, les scientifiques du Conservatoire botanique national de Franche-Comté – Observatoire régional des Invertébrés et de l’OPIE Franche- Comté se tournent vers le grand public, et lancent une opération de sciences participatives pour collecter des données autour de la mante religieuse.

Comment signaler ses observations ?

Il est possible de transmettre très simplement ses observations en les pointant sur une carte, grâce à un formulaire accessible en ligne sur le site du Conservatoire botanique de Franche-Comté cbnfc-ori.org, rubrique Invertébrés et enquêtes en cours.

Attention, une photo est toujours un plus pour aider les scientifiques à valider la donnée.

Quand peut-on la rencontrer ?

Vous pouvez l'observer en été, principalement de juillet à septembre. Au mois de juin, les minuscules larves de mante sortent de l’oothèque (nid fabriqué par la femelle l'automne précédent). Elles ressemblent à leurs parents, mais n’ont pas d’ailes et sont à peine plus grandes qu’une tête d’allumette. Après une série de mues, les larves deviennent des mantes adultes capables de se reproduire quelques semaines plus tard.

Où vit-elle ?

Elle a besoin de beaucoup de soleil et de chaleur. Vous pourrez donc l’observer par des journées ensoleillées dans les hautes herbes des prairies sèches, des friches, dans votre jardin ou encore dans les parcs urbains.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Les 10 conseils du Codever pour randonner sereinement

Cet été, un randonneur averti en vaut deux. À l’approche des grands départs en vacances, le Collectif de défense des loisirs verts (CODEVER) souhaite informer les touristes pour qu’ils profitent sereinement de leurs balades, à pied, à vélo, à VTT, à cheval, à moto, en quad etc… Que l’on crapahute en montagne, le long des côtes, en forêt, sur les sentiers ou les chemins, voici la charte de bonne conduite soumise par le CODEVER.

Météo : un week-end ensoleillé mais sous les normales de saison en Franche-Comté

Ce premier week-end de grandes vacances ne se déroulera pas partout en Franche-Comté sous les meilleures hospices. Samedi 12 juillet le soleil sera de la partie mais les températures ne sernt pas très élevées pour un mois de juillet. Le dimanche 14 juillet ce sera un peu mieux et au moins la pluie ne devrait pas s'inviter pour le feu d'artifice selon les prévisions de Météo France…

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Sécheresse 2023 : cinq communes de Haute-Saône reconnues en état de catastrophe naturelle

Par arrêté interministériel du 1er juillet 2024 publié au Journal Officiel du 2 juillet 2024, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour les communes d'Avrigney-Virey, Bussières, Chenevrey-et-Morogne, et Thiénans pour les dommages causés par des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur la période de janvier à mars 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.35
peu nuageux
le 17/07 à 21h00
Vent
2.01 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
79 %