Alliance Solvay-Ineos : les salariés inquiets

Publié le 04/07/2013 - 17:11
Mis à jour le 04/07/2013 - 17:16

Inquiets quant au projet d'alliance avec le groupe Suisse Ineos et aux possibles suppressions d'emplois, plusieurs centaines de salariés de l'usine du groupe chimique Solvay à Tavaux, dans le Jura, ont débrayé aujourd'hui pendant quelques heures.

Dans le Jura

Ils ont profité d'une visite du PDG du groupe.  "Les salariés se sentent complètement trahis, ils ont l'impression d'avoir reçu un coup de bambou sur la tête" depuis l'annonce surprise de ce projet début mai, a déclaré à l'AFP Gilles Lecuelle, délégué syndical CFE-CGC. "Nous voulions exprimer aujourd'hui notre mécontentement envers la manière dont nous avons été traités. On a impression que l'homme n'est plus au centre des préoccupations de l'entreprise", a-t-il ajouté.

D'après les estimations, près de 50% du personnel présent sur le site aurait débrayé, soit l'équivalent de 400 à 500 salariés. Le projet d'alliance prévoit la découpage du site en deux entités distinctes, avec la partie de production de plastique PVC revenant à Ineos.

Les salariés se sont dits d'autant plus inquiets que Solvay a prévu de sortir de la coentreprise d'ici 4 à 6 ans, laissant Ineos seul maître à bord, et que la filière PVC en Europe est confrontée à un environnement difficile et des surcapacités.
"Le numéro 1 du secteur absorbant le numéro 2, le risque est bien réel de voir cet opérateur rationaliser rapidement ses nombreux sites de production européens. Dans ces conditions quelles seront les conséquences pour l'emploi ? À plus long terme, quel avenir pour la filière Chlore PVC en Europe, en France et à Tavaux ?", s'interroge l'intersyndicale CFDT, CGT et CFE-CGC du site dans un communiqué.

La coentreprise avec Ineos, destinée à créer l'un des trois géants mondiaux du PVC, devrait dégager un chiffre d'affaires de plus de 4,3 milliards d'euros et employer près de 5.650 personnes dans 9 pays.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

GE Belfort : "Une énième fois, je demande au président de la République de s'emparer du dossier" (MG Dufay)

La présidente socialiste de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay en appelle "une énième fois" à Emmanuel Macron pour qu'il s'empare du dossier de General Electric (GE), le groupe américain qui s'apprête à supprimer 300 nouveaux postes en France, dont 240 à Belfort.

Les commerces rouvrent ce samedi : quelles sont les nouvelles règles sanitaires à connaître ?

Suite à un allègement des mesures de confinement annoncé par le président de la République et le Premier ministre, les commerces (exceptés les restaurants, les bars et les discothèques) peuvent rouvrir dès ce samedi 28 novembre. Toutefois, un protocole sanitaire renforcé s'impose aux commerçants comme aux consommateurs… Quelles sont les mesures?
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.85
partiellement nuageux
le 29/11 à 18h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
55 %

Sondage