Alliance Solvay-Ineos : les salariés inquiets

Publié le 04/07/2013 - 17:11
Mis à jour le 04/07/2013 - 17:16

Inquiets quant au projet d’alliance avec le groupe Suisse Ineos et aux possibles suppressions d’emplois, plusieurs centaines de salariés de l’usine du groupe chimique Solvay à Tavaux, dans le Jura, ont débrayé aujourd’hui pendant quelques heures.

Dans le Jura

Ils ont profité d'une visite du PDG du groupe.  "Les salariés se sentent complètement trahis, ils ont l'impression d'avoir reçu un coup de bambou sur la tête" depuis l'annonce surprise de ce projet début mai, a déclaré à l'AFP Gilles Lecuelle, délégué syndical CFE-CGC. "Nous voulions exprimer aujourd'hui notre mécontentement envers la manière dont nous avons été traités. On a impression que l'homme n'est plus au centre des préoccupations de l'entreprise", a-t-il ajouté.

D'après les estimations, près de 50% du personnel présent sur le site aurait débrayé, soit l'équivalent de 400 à 500 salariés. Le projet d'alliance prévoit la découpage du site en deux entités distinctes, avec la partie de production de plastique PVC revenant à Ineos.

Les salariés se sont dits d'autant plus inquiets que Solvay a prévu de sortir de la coentreprise d'ici 4 à 6 ans, laissant Ineos seul maître à bord, et que la filière PVC en Europe est confrontée à un environnement difficile et des surcapacités.
"Le numéro 1 du secteur absorbant le numéro 2, le risque est bien réel de voir cet opérateur rationaliser rapidement ses nombreux sites de production européens. Dans ces conditions quelles seront les conséquences pour l'emploi ? À plus long terme, quel avenir pour la filière Chlore PVC en Europe, en France et à Tavaux ?", s'interroge l'intersyndicale CFDT, CGT et CFE-CGC du site dans un communiqué.

La coentreprise avec Ineos, destinée à créer l'un des trois géants mondiaux du PVC, devrait dégager un chiffre d'affaires de plus de 4,3 milliards d'euros et employer près de 5.650 personnes dans 9 pays.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Au régal de chouchou, nouveau salon de thé bisontin

Christine Demange habite Pouilley les Vignes et vient d’ouvrir un nouveau salon de thé, Au régal de Chouchou situé au 128 grande rue à Besançon. Issue de la finance, cette mère de famille de quatre enfants a décidé de changer de voie professionnelle durant le confinement et a désormais troqué son tailleur pour un tablier… sans regrets !

Sondage – Éteindre l’éclairage public de certains quartiers de Besançon pour faire des économies, qu’en pensez-vous ?

À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontin pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. La municipalité va progressivement éteindre les lumières entre 23 h et 5 h. Avec cette mesure, elle compte économiser 120.000 €. Selon vous, est-ce une bonne idée ? C'est notre sondage de la semaine.

On a goûté pour vous le calendrier de l’avent de laGrange à Marnay…

Chaque année, laGrange à Marnay propose un calendrier de l’avent version gourmande avec ses produits et des découvertes. Élodie et Alexane, journalistes pour maCommune.info et amatrices de boissons chaudes, ont testé pour vous les thés, tisanes et rooibos de ce calendrier particulier…

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.71
couvert
le 03/12 à 21h00
Vent
1.73 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
88 %