Baisse du remboursement des soins dentaires : "un hold-up à 500 millions d'euros par an"

Publié le 05/07/2023 - 16:34
Mis à jour le 05/07/2023 - 16:57

À partir du 1er octobre 2023, la prise en charge des soins dentaires par l'assurance-maladie passera de 70 % à 60 %. Une aberration pour le collectif de défense de la santé du Doubs (CoDéS 25).

 © lekoh/ Pixabay
© lekoh/ Pixabay

C'est "un hold-up à 500 millions d'euros par an qui fait reculer l'accès aux soins, accroît les inégalités et va faire bondir les tarifs des complémentaires santé qui vont devoir prendre en charge cette baisse", s'insurge le CoDéS 25.

Selon le collectif, cette baisse de la prise en charge pénalisera "11% des assurés" qui n'ont pas de mutuelle. Il explique que l'accès aux soins dentaires est marqué par de "profondes inégalités" : "45 % des ouvrier.e.s non qualifié.e.s déclarent au moins une dent manquante non remplacée contre 29 % des cadres".

Défendre le "100 % sécu"

Une chose est sûre pour le collectif de défense de la santé du Doubs : il faudra "s'opposer à cette nouvelle attaque en défendant le 100 % Sécu" pour les soins et la prévention bucco-dentaire. Il estime également nécessaire d'ouvrir des centres dentaires de services publics.

"Au même moment, le gouvernement annonce 10 milliards d'euros d'économies sur les dépenses sociales, les premières mesures concerneraient : la réduction des dépenses sur les arrêts-maladies et sur les autres frais de santé, notamment les médicaments", dénonce le collectif qui ne s'avoue pas vaincu : "Il faut une mobilisation qui réunira les usager.e.s et les professionnel.le.s de santé dans laquelle le Collectif de Défense de la Santé du Doubs s'inscrit".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.07
légère pluie
le 25/04 à 0h00
Vent
1.95 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %