Barber & Blake à Besançon : « La barbe n’est plus une mode, c’est désormais un style de vie »

Publié le 22/01/2019 - 14:40
Mis à jour le 22/01/2019 - 14:40

Après deux semaines de travaux, Aloïs Gain, 30 ans, Bourguignon, coiffeur et barbier, a ouvert son salon le 8 décembre 2018 rue d'Anvers à Besançon. Il a notamment appris son métier à The Old School Barber Academy à Rotterdam. Barber & Blake propose des soins destinés aux hommes, leurs cheveux et leur barbe !

PUBLICITÉ

Depuis quand êtes-vous coiffeur et barbier ?

« Je suis coiffeur depuis 5 ans, j’ai un Brevet professionnel coiffure, je me suis perfectionné aux techniques masculines et services barbiers lors de plusieurs stages notamment à Rotterdam à la « The Old School Barber academy », une école fondée par les Maitres Barbiers Bertus et Leen de « schorem haarsnijder en barbier ». »

D’où vous vient cette passion pour la coiffure et le soin de la barbe ?

« C’est à 25 ans que j’ai commencé à m’intéresser à l’univers de la coiffure masculine et de la barbe suite à des recherches pour entretenir ma propre barbe. De plus, j’ai toujours été attiré par l’art depuis tout petit. Créer, imaginer, façonner fait partie intégrante de ma vie.

J’ai d’ailleurs suivi un cursus professionnel au Conservatoire à rayonnement régional du Grand Chalon pour obtenir un Diplôme d’études musicales de musique électroacoustique.

Je fais partie du groupe de musique post-métal « Cendres » dans lequel je pratique la guitare, le groupe auto-produit ses albums et se produit régulièrement sur scène.

La finalisation d’une coupe, dont la partie coiffage est une des meilleures facettes que j’apprécie dans mon métier. C’est le moment où tout votre travail aboutit et prend son sens.

J’apprécie lire aussi la satisfaction dans le visage du client à cet instant. »

Pour parler un peu des tendances, en tant que professionnel, comment expliquez-vous cet engouement des hommes pour se laisser pousser la barbe depuis plusieurs années alors que deux générations en arrière, la mode était au rasage de près ?

« Plus qu’un simple phénomène de mode, barbes et moustaches sont depuis plusieurs années bien ancrées dans notre société. La barbe n’est plus une mode, c’est désormais un style de vie, la gent masculine a désormais trouvé sa place dans des salons qui leur sont exclusivement dédiés.

Ils peuvent profiter des soins qu’ils leurs sont proposés, ils viennent chercher des conseils auprès de coiffeur/barbier pour mettre en avant leur look.

Cet engouement explique peut-être pour l’homme une envie de remettre en avant l’aspect raffiné, élégant, gentleman oublié depuis plusieurs générations. »

Enfin quelles prestations proposez-vous ?

« Je propose les prestations de coiffure homme : shampooing – coupe – brushing – coiffage  

Et les prestations barbe :

  • taille de barbe traditionnelle (préparation de la peau – serviette chaude- rasage)
  • taille de la barbe classique
  • taille de la moustache
  • Rasage traditionnel »

Comment vous suivre ?

« Vous pouvez me suivre sur :

Et pour prendre rendez-vous ?

« Pour prendre rendez-vous, il vous suffit de téléphone au 03.81.65.43.36

Les rendez-vous peuvent éventuellement être pris via les réseaux sociaux pendant les horaires de fermetures, là où je suis disponible pour répondre. »

Infos pratiques

  • Barber & Blake
  • 6, rue d’Anvers – 25 000 Besançon
Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Soldes d’hiver 2019 à Besançon : une baisse du chiffre d’affaires de 10% par rapport à 2018

Les soldes d'hiver se sont achevés mardi 19 février 2019. Les commerçants de Besançon attendaient avec impatience l'arrivée de ces soldes pour retrouver une trésorerie saine après une période de Noël catastrophique… mais les clients n'étaient pas forcément au rendez-vous. Thierry Morton, adjoint au maire délégué au commerce, dresse un bilan plutôt négatif, mais tente de rester positif.

« Et si j’essayais ? », pour découvrir l’enseignement en lycée professionnel en Franche-Comté

Ouvert à tous • Du 8 au 11 avril 2019, l'opération "Et si j'essayais" se déroulera dans 10 lycées professionnels pour la première fois dans l'académie de Besançon. Qu'est-ce que c'est ? Dans quels buts ? Et pour qui ? Fabrice Peyrot, doyen du collège des inspecteurs de l'Éducation nationale en charge de la voie professionnelle et l'information et de l'orientation à l'académie de Besançon, répond à nos questions.

La Bourgogne-Franche-Comté candidate pour accueillir la première usine de batteries électriques de France à Sochaux

Dans un communiqué du 15 février 2019, la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay annonce sa volonté d'accueillir la première usine de batteries électriques de France. Elle pourrait d'ailleurs s'installer à Sochaux…

Croissance économique des entreprises en Bourgogne Franche-Comté : 2018, une année qui reste positive

Comme chaque année, la Banque de France publie les chiffres d'une enquête économique de la croissance des grandes entreprises en Bourgogne Franche-Comté. En 2018, l'année a été "bonne" quoique moindre qu'en 2017. François Sauvage, directeur départemental de la Banque de France du Doubs, nous livre ses commentaires et les perspectives pour 2019…

PSA : Le Maire se battra « pour l’avenir industriel » d’Hérimoncourt

Le ministre des Finances Bruno Le Maire a assuré ce mercredi 13 février 2019 qu'il se battrait "pour l'avenir industriel" du site de PSA à Hérimoncourt (Doubs), menacé de fermeture, assurant que le patron du constructeur automobile Carlos Tavares écrirait aux élus pour les "inviter" à en parler.

La montre imprimée en 3D disponible à l’espace Utinam de Besançon

Vidéo • Le projet qui a fait parler de lui jusque dans les colonnes du New York Times a été présenté au dernier salon Micronora en septembre 2018. Cette montre automatique imprimée en 3D a été développée par la société Stainless qui a fait appel au célèbre horloger bisontin Philippe Lebru. Découvrez comment a été imprimée en 3D cette montre automatique avec le concours de l'UIMM.

La Bourgogne-Franche-Comté enregistre la plus forte hausse de rupture conventionnelle en 2018

TRAVAIL • Dix ans après leur création, les ruptures conventionnelles séduisent toujours. En 2018, plus de 437.000 ruptures conventionnelles individuelles ont été enregistrées, soit une hausse de 3,9 % par rapport 2017. La Bourgogne-Franche-Comté caracole en tête de cette augmentation avec une hausse en 2018 de 7,6% devant la Corse (+6,4%) et l'Occitanie (+5,9%)

Hérimoncourt se mobilise contre le risque de fermeture de son usine PSA : 350 manifestants dans la rue

Près de 350 manifestants ont protesté lundi 11 février 2019 à Hérimoncourt contre la probable fermeture de l'usine PSA de la commune, berceau de la saga Peugeot, et qui compte 204 salariés. Dans le cortège qui s'est rendu de l'usine à la mairie de 13h30 à 15h00 figuraient des salariés de l'usine, des représentants syndicaux des sites PSA voisins, dont celui de Sochaux, des élus locaux et des habitants de la commune.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.93
ciel dégagé
le 21/02 à 9h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1005.34 hPa
Humidité
84 %

Sondage