Belfort : les syndicats assignent General Electric en justice

Publié le 20/06/2019 - 18:08
Mis à jour le 20/06/2019 - 18:08

L'intersyndicale du site General Electric (GE) de Belfort, menacé par des centaines de suppressions de postes, a assigné l'entreprise en justice au motif que GE n'a pas cherché de pistes de diversification avant de lancer le plan social, a-t-on appris ce jeudi 20 juin 2019 de sources concordantes.

general electric power belfort
© GE Power
PUBLICITÉ

L’audience, qui se tiendra dans le cadre d’une procédure de référé d’heure à heure, aura lieu jeudi 27 juin à 14H00 au tribunal de grande instance de
Belfort, a-t-on appris auprès de la juridiction.

« Si le travail avait été fait de manière loyale et complète, on aurait peut-être pas autant de licenciements »

Selon Evelyn Bledniak, l’avocate de l’intersyndicale CFE-CGC, Sud et CGT, la procédure est motivée par le fait que GE, contrairement à ce qu’elle avait
promis, n’a pas réellement recherché des pistes de diversification pour le site de Belfort avant d’annoncer son plan social, qui prévoit notamment la suppression de 800 des 1.900 salariés de l’entité turbines à gaz installée dans la cité du Lion.

« Si le travail avait été fait de manière loyale et complète, on aurait peut-être pas autant de licenciements », a déclaré l’avocate à l’AFP. « La question de la diversification est un préalable – et c’est un engagement dans le cadre des orientations stratégiques – au plan social« , a-t-elle ajouté.  Dans le référé, l’avocate demande la suspension de la procédure d’information-consultation et demande que l’on aille au bout du travail sur la diversification. Elle demande également au juge « de faire adjonction à GE de se comporter de manière loyale ».

Puisque l’audience est fixée à jeudi prochain, l’avocate appelle également à reporter la première réunion d’information-consultation, programmée
vendredi. « Un minimum de fair play de GE voudrait que l’on attende la décision de la justice », a estimé Me Bledniak. Mercredi, le maire (LR) de Belfort, Damien Meslot, hostile au plan social, a annoncé qu’il refusait de louer à GE une salle pour la tenue de cette réunion.

L’industriel américain envisage 1.050 suppressions d’emplois

GE emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l’entité qui fabrique des turbines à gaz. L’industriel américain envisage 1.050 suppressions d’emplois en France. L’annonce du plan de suppressions de postes, le 28 mai, a créé un électrochoc dans la région de Belfort, où un rassemblement est prévu samedi. Plusieurs milliers de personnes y sont annoncées, parmi lesquelles le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Lundi, plusieurs centaines de salariés de GE avaient empêché la tenue de la première réunion d’information sur le plan social, qui devait se tenir sur le site industriel.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.14
ciel dégagé
le 14/10 à 0h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.09 hPa
Humidité
80 %

Sondage