"Le nouveau plan vélo de Besançon prête à confusion"

Publié le 21/11/2012 - 15:59
Mis à jour le 22/11/2012 - 07:06

Que pense l"Association Vélo Besançon " du nouveau plan vélo réédité à 10 000 exemplaires et disponible depuis lundi dans les points publics de la ville ? L'AVB regrette une concertation trop rapide, estime que tous les itinéraires en bleu ne sont pas toujours à conseiller et que le nouveau plan peut prêter à confusion.  Mail interview croisée entre Damien Bonnet et Adrien Caillot, respectivement président et secrétaire de l' "Association Vélo Besançon " (AVB). Occasion pour eux de donner quelques conseils auprès de ceux qui voudraient se mettre à pédaler durant les travaux du Tram...

avb_caillot_bonnet.jpg
Damien Bonnet (à droite) et Adrien Caillot (à gauche) président et secrétaire de l'Association Vélo Besançon
PUBLICITÉ

maCommune. info : avec de nombreuses voies en bleu, on a l’impression qu’une grande partie des voies de la ville sont cyclables… Est-ce vraiment le cas ?

Damien Bonnet : Le plan n’est pas mensonger, mais certains aménagements sont mal assimilés par le grand public. C’est le cas de la zone de rencontre (Boucle plus Battant en rose). C’est une zone à 20 km/h qui donne la priorité aux piétons et aux cyclistes… avec double sens cyclable dans les rues à sens unique pour les véhicules à moteur. La zone est donc en bleu, car même si les aménagements ne sont pas visuels, la réglementation de la zone prime. Mais peu de gens le savent et surtout le respectent !

C’est le cas de toutes les zones 30 aussi coloriées en sable/saumon. Les équipements ne sont pas forcément là, mais la réglementation prime ! Après on voit déjà beaucoup moins de bleu plein…

Adrien Caillot : Damien a raison. Mais il faut dire aussi que ce plan prête à confusion. L’utilisation d’une même couleur pour les axes structurants équipés et toutes les rues des zones apaisées est une idée discutable. D’une part, cela noie dans la masse les itinéraires cyclables structurants (alors que le plan devrait les faire ressortir), et d’autre part, les usagers ont l’impression qu’on se moque d’eux, qu’on a peint toutes les rues en bleu pour faire apparaître une ville totalement cyclable sur le papier alors qu’elle ne l’est pas en vrai.

Exemple : la rue des Jardins est en bleu foncé (parce qu’elle est classée en zone 30), alors que dans les faits peu de cyclistes oseront s’aventurer, en montée, dans le dangereux passage sous la voie ferrée !

DB: Sur le plan sont aussi indiqués des « itinéraires cyclables conseillés » qui permettent à un cycliste de visualiser son trajet hors axes à fort trafic, même si ce dernier n’est pas totalement aménagé.

AC: Oui, et sur le principe, c’est plutôt bien. L’ancien plan n’indiquait que les tronçons aménagés, et le cycliste devait se débrouiller de l’un à l’autre. Là, l’idée est de relier ces tronçons par des itinéraires conseillés. L’usager a surtout besoin de ça : un plan qui lui dise par où passer.

Malheureusement, ces itinéraires conseillés ne nous satisfont pas tous. Par exemple l’un d’entre eux passe par l’avenue du Commandant Marceau pour éviter la rue de Vesoul. En réalité, il est moins dangereux de monter cette dernière (dont la largeur permettrait de réaliser un aménagement cyclable, que nous demandons toujours…) que d’effectuer une difficile manœuvre de tourne-à-gauche pour rejoindre l’avenue Marceau (dont la largeur ne permet, en plus, pas une bonne cohabitation avec les voitures !) 

Nous avons vu ce plan peu avant sa sortie, et disposé d’un laps de temps très court pour formuler des remarques. Dans ces conditions, notre influence a été quasi nulle. Ce genre de document devrait se travailler en concertation avec les associations d’usagers tout au long de son élaboration. Pas une fois que tout est bouclé. 

Maintenant qu’il est sorti, je lis les différents commentaires sur les réseaux sociaux. La réaction des usagers est celle que j’attendais, mais en pire ! Les points critiqués sont ceux que j’avais soulevés, mais exprimés de façon bien plus virulente ! Autrement dit : ça ne passe pas. Si nous avions été associés à ce travail tout au long de sa réalisation, nous n’en serions pas là…

mC : Quelles améliorations ont été apportées et que reste-t-il à faire ?

AC: Depuis 1990, notre association a obtenu beaucoup de choses. Il faut se souvenir qu’avant, les zones piétonnes du centre étaient interdites aux vélos ! Et il y avait des sens uniques partout, sans alternatives pour les vélos. On a forcé les cyclistes, pendant des dizaines d’années à prendre les trottoirs malgré l’illégalité et le danger que cela représentait ! Aujourd’hui, on crée des zones apaisées comme au centre-ville. Beaucoup de sens uniques sont à double sens pour les vélos. Des grands axes tels que le boulevard Diderot, encore récemment hostile aux cyclistes, sont réaménagés intelligemment… Ça progresse.

DB: Par contre la ville a encore beaucoup de retard au niveau des aménagements surtout sur certains grands axes (rue de Vesoul, rue de Belfort…).

AC: Absolument. On va dans le bon sens, mais pas assez vite. On le voit bien en comparant à d’autres villes qui avancent beaucoup plus vite. 

mC : Avec le chantier du tram, de nombreux Bisontins optent pour le vélo. Mais peut-on vraiment rouler en sécurité ? 

AC: Sans hésitation, oui ! Mais il faut prendre le temps de choisir son itinéraire en fonction de ses capacités, et de sa connaissance du terrain et des automobilistes. Les itinéraires ne sont pas tous cyclables, loin de là.

DB: Opter pour le vélo est une bonne chose. Ça réduit les bouchons, on va plus vite et on garde la santé !  

Mais il faut raisonner en itinéraires vélo et non plus auto !  Les nouveaux cyclistes prennent souvent le même trajet qu’en voiture et rencontrent alors des situations stressantes. Prendre son vélo, c’est aussi revoir son trajet pour aller d’un point A à B. Ne plus chercher forcément le plus court, mais le plus plat et sans grands flux de circulation. Là, le plan vélo peut aider les cyclistes, mais l’AVB peut aussi aider à trouver des cheminements.

Par ailleurs, en pensant bien faire, ces jeunes cyclistes peuvent se mettre eux-mêmes en danger : trop se serrer pour laisser passer une auto, griller un feu, rouler sur le trottoir, serrer les voitures en stationnement sans prendre garde à une ouverture de portière, etc. Autant de dangers masqués pour un débutant, mais qui sont facilement évitables. Là aussi, l’AVB peut aider tous ces gens à reprendre le vélo de façon plus rassurante.

On ne peut pas dire qu’il n’y aura pas d’accident, mais on peut les réduire de façon conséquente… Personnellement, depuis plus de 25 ans de vélo, je n’ai eu que 3 ou 4 accrochages mineurs.

mC : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à ceux qui souhaitent se mettre au vélo aujourd’hui à Besançon ?  

DB: Déjà de se sentir à l’aise avec son vélo avant d’aller sur la chaussée. Vérifier l’état de son vélo et surtout les freins. Être visible ! Surtout lors de cette période de l’année où la nuit est assez présente. Bien penser à avoir de l’éclairage fixe sur son vélo (obligatoire), voire un gilet jaune. Être visible limite énormément les risques d’accident ! 

AC: J’ajouterai aussi de tenir compte de l’autre ! C’est essentiel. C’est valable pour les piétons : on ne les frôle pas, on ne prend pas les trottoirs. Et pour les automobilistes : on anticipe leurs manœuvres et leurs fautes d’inattention (qui sont très facile à déceler !). On vérifie qu’ils nous ont vus (en croisant leur regard). On les remercie quand ils sont courtois, pour les inciter à persévérer… Quand ils ne le sont pas, à vous de voir !  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités revient pour une nouvelle édition samedi 10 juin 2017 à l'Espace du marais à Saône. Huit concerts gratuits sont prévus avec les artistes et groupes : Ashtray, Lily Riposte,Alfred Massaï, Black Bottle, Hi Levelz, Gunwood, Opsa Dehëli, Sorg. Raphaël Lazzeroni, responsable et programmateur du festival Saônorités, dévoile les coulisses du festival. Interview.

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Le Franc-Comtois Frédéric Parrenin, glaciologue et paléoclimatologue rattaché à l’Université de Grenoble, animera deux conférences sur les dérèglements climatiques à Audincourt le 25 septembre et à Ornans, le 26 septembre 2015. Ses recherches ont fait l'objet d'un article dans le New-York Times. Il répond aux questions de macommune.info.

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Filoo Justyn est tombé dans la magie lorsqu'il avait… 34 ans ! Il nous parle de son parcours, de son intégration au cercle magique comtois, de sa spécialité le "Close Up"  et du 49e congrès français de l'illusion et championnat de France de Magie à Besançon du 1er au 4 octobre 2015…

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Franck Bonneau s'est lancé dans un nouveau projet de land art. Après les merveilles de Vauban et un globe terrestre, il réalise, depuis le mois de mars, une oeuvre géante reprenant un motif de l'album "Equinoxe" de Jean-Michel Jarre à l'aérodrome de Thise. L'inauguration est prévue le 20 juin. L'artiste répond aux questions de Macommune.info.

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Du 12 au 15 mai 2015, l'entreprise franc-comtoise Platex participe au salon de décoration et de design Maison & Objets Americas à Miami (Etats-Unis). Occasion de découvrir cette entreprise des Fourgs dans le Haut-Dous qui cherche à se développer à l'international. Nous nous sommes entretenus avec Virginie Revelly, directrice commerciale de Platex. 

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Pour sa dernière tournée avec son spectacle "à l'état sauvage", Franck Dubosc a répondu à nos questions. L'humoriste qui se dit "plus corrosif, mais toujours gentil" sera à Micropolis ce jeudi 19 mars 2015. Il reste quelques places ne vente. Profitez-en car il l'a promis. Il va se lâcher à Besançon ! 

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Du 26 au 28 février, des films marquants, rarement (ou jamais) programmés à Besançon, seront présentés au petit Kursaal, au FJT des Oiseaux et au cinéma Victor Hugo, autour du "bien-vivre ensemble" et de la lutte contre les discriminations homosexuelles. Le collectif XYZ et l'association La Malle des Indes en sont à l'origine et nous en disent plus.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.36
ciel dégagé
le 16/09 à 3h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1021.06 hPa
Humidité
90 %

Sondage