Besançon : il vend des stupéfiants et en consomme pour 1.400 euros par mois

Publié le 16/06/2022 - 17:33
Mis à jour le 16/06/2022 - 16:52

De surveillance sur un point de deal, les policiers de la BAC ont observé un individu en train de vendre des produits stupéfiants à plusieurs personnes venant à sa rencontre rue Ravel à Besançon mardi dernier vers 19h00.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

En suivant l’individu, les policiers ont constaté que le vendeur se rendait dans les garages du bâtiment devant lequel il se trouvait. Ils l’ont alors surpris à récupérer les stupéfiants conditionnés à la vente derrière la roue d’un véhicule stationné.

Les policiers ont alors interpellé le dealeur et emmené au commissariat pour être placé en garde à vue. L’intéressé, âgé de 18 ans, était en possession de 62g de résine de cannabis et de 4g de cocaïne ainsi que de la somme de 230 euros. 

1.400 euros de consommation personnelle par mois

Auditionné, le jeune majeur a reconnu les faits en précisant vendre pour le compte d’une autre personne dont il a refusé de dévoiler le nom. Il a également précisé qu’il consommait lui-même des produits stupéfiants depuis 4 ans en dépensant 1.400 euros par mois.

6 mois de prison

La garde à vue s’est achevée ce mercredi. Il a été déféré devant le tribunal judiciaire de Besançon dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité devant la vice-procureure puis la juge des libertés et de la détention. Le jeune homme a été condamné à une peine de 6 mois d’emprisonnement assorti du sursis probatoire. Il a été laissé libre à l’issue de sa comparution.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.63
nuageux
le 15/04 à 18h00
Vent
7.41 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
63 %