Bourgogne Franche-Comté : les femmes toujours moins nombreuses que les hommes aux fonctions de décision (Insee)

Publié le 08/03/2022 - 12:01
Mis à jour le 10/03/2022 - 15:02

En Bourgogne-Franche-Comté, fin 2019, un chef d’entreprise sur trois est une femme, l’une des proportions les plus basses de France de province selon une étude de l’Insee publiée ce mardi 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

 © Firmbee-Pixabay
© Firmbee-Pixabay

Les femmes sont cependant davantage présentes dans les postes à responsabilités de la fonction publique et parmi les élues, sans pour autant atteindre la parité. Le taux de féminisation dans les fonctions de décision diminue lorsque le niveau de responsabilité et l’âge augmentent. Les rémunérations perçues par les femmes sont toujours en moyenne inférieures à celles des hommes. Les écarts sont plus importants dans le secteur privé.

L’égalité entre les femmes et les hommes est un principe garanti par la Constitution. Elle représente aussi un enjeu économique et social. Malgré le plan interministériel en faveur de l’égalité professionnelle 2016-2020 visant notamment à promouvoir l’accès des femmes aux responsabilités professionnelles, les femmes restent peu nombreuses à occuper des postes de décision (emplois de direction dans la fonction publique, les fonctions d’élus, de chefs d’entreprises et de cadres dirigeants) au même niveau de responsabilité que les hommes. 

Moins de femmes à mesure que le niveau de responsabilité augmente 

En Bourgogne-Franche-Comté, fin 2019, les femmes représentent 33 % des chefs d’entreprises (hors micro-entrepreneurs). C’est l’un des taux de féminisation les plus faibles des régions métropolitaines, loin derrière la Bretagne à 37 % et juste devant l’Île-de-France à 32 %. Parmi les cadres dirigeants (emplois à haut niveau de responsabilité), seulement 23 % sont des femmes.

©
La réglementation fait bouger lentement les lignes. Bien que faible, la proportion de cadres dirigeantes augmente avec la taille de l’entreprise, en raison des dispositifs légaux qui s’appliquent aux plus grandes entreprises. Ainsi, dans la région, les femmes ne représentent que 19 % des cadres dirigeants dans les entreprises de moins de 500 salariés, contre 25 % dans celles de plus de 1 000 salariés.

Dans la fonction publique, les femmes sont majoritaires (68 %), mais elles restent néanmoins nettement moins nombreuses que les hommes aux postes de direction (41 %). Leur représentation dans les postes de décision est particulièrement faible dans la fonction publique territoriale, qui ne compte qu’un quart de femmes directrices, contre près d’un tiers en France de province. Dans la fonction publique hospitalière, les femmes sont plus souvent directrices de petites structures. Elles occupent 63 % des postes de direction dans les établissements médico-sociaux contre 48 % dans les hôpitaux. Dans la fonction publique d’État, 31 % des emplois de direction sont détenus par des femmes.

De plus, les 8 préfets de département dans la région sont des hommes à l’heure actuelle. 

Plus de femmes aux fonctions de décision parmi les jeunes générations 

Le niveau de diplôme augmente chez les jeunes et particulièrement pour les femmes. Grâce à ce niveau de diplôme et à l’évolution de la société, les jeunes femmes occupent plus fréquemment des fonctions de décision. Près de 35 % des cadres dirigeants de moins de 30 ans sont des femmes contre 17 % pour les 50 ans et plus. Ces chiffres reflètent aussi des écarts défavorables aux femmes s’agissant de l’avancement professionnel, qui nécessitent du temps pour se résorber. Dans la fonction publique, les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les générations de dirigeants de moins de 50 ans (54 %). 

Des rémunérations en moyenne moindres pour les cheffes d’entreprise ou cadres dirigeantes 

Les cheffes d’entreprises perçoivent en moyenne un revenu plus faible que celui des hommes quel que soit leur statut. Ce revenu est inférieur de 23 % pour les entrepreneuses individuelles et atteint 27 % chez les dirigeantes de sociétés anonymes. La Bourgogne-Franche-Comté est la région métropolitaine où l’écart salarial des cadres dirigeants est le plus important.

©

Les femmes gagnent 33 % de moins, contre 29 % en France de province. Cet écart s’explique en partie par le fait qu’aux fonctions décisionnelles, les femmes sont plus jeunes que les hommes. Cependant, les différences s’accentuent également avec l’âge, passant en moyenne de 28 % pour les 30-49 ans à 33 % pour les 50 ans et plus. Par ailleurs, plus l’entreprise a de salariés, plus les écarts de revenus entre les cadres dirigeants des deux sexes sont importants. 

  • David Brion, Caroline Logeais (Insee) 

1 Commentaire

Et pourtant, l'homme propose, la femme dispose et Dieu s'interpose....MDR.
Publié le 9 mars 2022 à 20h54 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

Look, nouvelle collection, arrivée du printemps… Quoi de 9 chez IZAC ?

QUOI DE 9 ? • Pour la troisième année consécutive, Julie, Benjamin et Lucas se tiennent à votre disposition pour vous habiller, au quotidien mais aussi pour vos évènements festifs, printaniers et estivaux. À l’occasion de l’arrivée de la nouvelle collection, ils vous présentent une sélection de quatre tenues.

Découvrez le nouveau parcours client de la Cour des Matériaux de Leroy Merlin Besançon !

QUOI DE NEUF ? • L’équipe de Leroy Merlin à Besançon est fière de vous annoncer l'ouverture tant attendue de son tout nouvel espace dédié aux matériaux chez Leroy Merlin. Après de longs mois de travail et de réflexion, Leroy Merlin est ravi de vous présenter ce nouveau chapitre de son histoire.

Digital Surf recrute, soyez aux avant-postes de l’analyse microscopique

PUBLI-INFO • Envie de travailler pour la NASA ou pour la Silicon Valley ? C’est possible à Besançon au sein de Digital Surf, une pépite de l’industrie et de la recherche scientifique mondiale. Découvrez ici le produit qui porte son succès, les postes à pourvoir et postulez pour intégrer les équipes du leader mondial du logiciel de l’analyse des surfaces microscopiques.

Les commerçants de Besançon invités à participer à une nouvelle animation au centre-ville

L’Union des commerçants de Besançon (UCB) lance un nouveau projet d’animation dédié à la (re)découverte du centre-ville baptisé "Bonjour". Pour cette première édition qui aura lieu le 1er juin 2024, l’initiative est gratuite et ouverte à tous les commerçants du centre-ville de Besançon, adhérents ou non adhérents à l’UCB. 

La Ville de Besançon veut développer de nouveaux lieux culturels

Lors du prochain conseil municipal qui se tiendra ce jeudi 4 avril 2024 à Besançon, les élus seront notamment appelés à débattre du souhait de réhabiliter deux sites bisontins pour en faire des lieux d’accueil culturels. Il s’agit de la grande halle du site des Prés-de-Vaux et du hangar aux manoeuvres de la Citadelle. 

Effondrement rue de Vesoul : les commerçants demandent une aide exceptionnelle au Département du Doubs

Suite à l’effondrement d’une partie de la rue de Vesoul à Besançon le 25 février dernier, les commerçants ont vu leur chiffre d’affaires dégringoler… Un collectif a même été créé sous l’impulsion de Vincent Morel, gérant du magasin indépendant Bazarland. Ce mois d’avril 2024, il lance un appel au Département du Doubs…

La Ville de Besançon avance un budget “robuste” pour 2024

Alors que l’État français doit actuellement faire face à une crise des finances publiques, la Ville de Besançon assure de son côté conserver un modèle "robuste" de gestion financière comme l’a détaillé ce mercredi 3 avril en conférence de presse Anthony Poulin l’adjoint en charge des finances de la Ville de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.66
couvert
le 14/04 à 18h00
Vent
0.56 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
62 %