"Castaner assassin !" : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Publié le 07/07/2020 - 17:41
Mis à jour le 07/07/2020 - 17:42

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine « 1.500 euros d’amende avec sursis » pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.

Le 2 juin 2020, Frédéric Vuillaume et son ex-compagne, Marie, comparaissaient devant la cour d'appel suite à leur condamnation en première instance le 15 mai 2019 à 1.500 euros d'amende avec sursis et cinq ans de mise à l'épreuve. En revanche, ils avaient été relaxés du motif de rébellion, mais avaient décidé de faire appel.

Le 13 mars 2019, lors d'une visite de Christophe Castaner à Besançon pour l'inauguration du commissariat du quartier de Planoise, ils avaient lancé avec un autre gilet jaune au ministre  "Castaner assassin !".  Kévin Binda avait lui été condamné à payer 900 euros d'amende en raison de son casier judiciaire. Ce dernier n'avait pas souhaité faire appel.

Ce mardi 7 juillet 2020, le jugement en appel a été confirmé alors que l'avocat Me Verdier avait plaidé la liberté d'expression. Frédéric Vuillaume aurait décidé de se pourvoir en cassation.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.02
ciel dégagé
le 25/06 à 3h00
Vent
2.26 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
95 %