Côté Cour aide les "jeunes citoyens en devenir" à s’interroger

Publié le 30/11/2013 - 10:14
Mis à jour le 30/11/2013 - 10:34

Labellisée scène conventionnée jeune public de Franche-Comté par le ministère de la Culture en juin 2013, Côté Cour, basé à Besançon et coordonné par l’Union régionale des Fédérations d’œuvres laïques (FOL) de Franche-Comté, mène depuis de nombreuses années une mission de diffusion du spectacle vivant auprès des enfants, notamment dans le cadre scolaire. Alors que la saison 2013-2014, riche de 18 spectacles, a été lancée cet automne, Cyril Devesa,, son directeur artistique Doubs et Haute-Saône, répond aux questions de maCommune.info. 

2013-11-28-montage_devesa_cote_cour.jpg
Cyril Devesa, directeur artistique Doubs et Jura de Côté cour ©dr

scène jeune public

PUBLICITÉ

maCommune.info : comment construisez-vous chaque saison la programmation de Côté Cour ?

Cyril Devesa : « Nous voyons plus de 200 spectacles avant de sélectionner la vingtaine qui composera la saison Côté Cour. Les spectacles sont choisis en fonction de la qualité artistique, de l’originalité de la proposition, et du sens que porte le spectacle, permettant aux jeunes citoyens en devenir de s’interroger sur le monde qui les entoure. » 
 

Le comédien Robin Renucci signe l’édito de votre plaquette 2013-2014 dans le cadre d’une collaboration avec Tréteaux de France qu’il dirige. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ? 

« Les Tréteaux de France nous ont sollicité afin d’accompagner leur dernière production « le Petit Violon » mise en scène par Alexandre Haslé d’après le texte de Jean-Claude Grumberg. Nous avons choisi de soutenir ce projet en le présentant à des professionnels et en le programmant dans notre saison. Nous partageons de nombreuses préoccupations autour du jeune public et sommes très honorés par l’édito de Robin Renucci.« 
 

La saison 2013-2014 révèle la présence de compagnies de Belgique, d’Italie, du Portugal. Y a-t-il une plus grande créativité dans les spectacles pour enfants au-delà de nos frontières ? 

« La Belgique reste incontestablement une terre propice à la création jeune public. Mais nous trouvons surtout intéressant que les enfants bénéficient d’une ouverture sur le monde, entendent d’autres langues, échangent avec des artistes venus d’autres horizons, soient confrontés à l’universalité des grandes questions de l’humanité. »
 

Toutes les écoles peuvent-elles bénéficier de vos séances scolaires ? 

« Côté Cour est une scène itinérante et peut donc programmer sur tout le territoire régional (y compris en salle non équipée). Chaque commune peut conventionner et permettre à ses établissements scolaires de bénéficier des spectacles. » 
 

Votre rôle ne se limite pas à proposer des spectacles aux classes. Comment accompagnez-vous les enseignants pour que leurs élèves ne fassent pas que « consommer » le spectacle ? 

« Nous proposons des « outils » aux enseignants pour préparer et prolonger le temps de la rencontre avec le spectacle : échange avec les artistes, atelier autour du spectacle, dossier d’accompagnement des spectacles, formation en direction des équipes éducatives, le livret « escale en scènes » proposant un parcours artistique tout au long de la scolarité de l’enfant… « 
 

Certaines séances sont-elles ouvertes au grand public ? Et si oui, pourquoi ? 

« Nous avons créé le réseau côté cour avec la volonté de permettre un égal accès à l’offre culturelle sur la région. Nous nous appuyons pour cela sur la mutualisation des moyens pour limiter les coûts et l’utilisation d’argent public. Dans certaines villes des associations profitent de la venue des compagnies pour organiser avec nous des séances familiales. Le temps scolaire est le vrai temps de l’égalité mais il est important que cette expérience sensible puisse également se faire en famille. » 
 

En plus de ces spectacles destinés au jeune public, vous intervenez auprès des lycéens. De quelle manière ? 

« Nous coordonnons « Lycéens au spectacle vivant ». Cette action permet chaque année à une vingtaine de lycées de s’inscrire dans un parcours de sensibilisation au spectacle vivant. Ces établissements accueillent une petite forme théâtrale, une même scène jouée de trois façons différentes afin d’aborder la question du choix de mise en scène. Puis les jeunes participent à un atelier de pratique, visitent un théâtre et assistent à au moins un spectacle dans une structure culturelle partenaire.« 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités revient pour une nouvelle édition samedi 10 juin 2017 à l'Espace du marais à Saône. Huit concerts gratuits sont prévus avec les artistes et groupes : Ashtray, Lily Riposte,Alfred Massaï, Black Bottle, Hi Levelz, Gunwood, Opsa Dehëli, Sorg. Raphaël Lazzeroni, responsable et programmateur du festival Saônorités, dévoile les coulisses du festival. Interview.

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Le Franc-Comtois Frédéric Parrenin, glaciologue et paléoclimatologue rattaché à l’Université de Grenoble, animera deux conférences sur les dérèglements climatiques à Audincourt le 25 septembre et à Ornans, le 26 septembre 2015. Ses recherches ont fait l'objet d'un article dans le New-York Times. Il répond aux questions de macommune.info.

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Filoo Justyn est tombé dans la magie lorsqu'il avait… 34 ans ! Il nous parle de son parcours, de son intégration au cercle magique comtois, de sa spécialité le "Close Up"  et du 49e congrès français de l'illusion et championnat de France de Magie à Besançon du 1er au 4 octobre 2015…

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Franck Bonneau s'est lancé dans un nouveau projet de land art. Après les merveilles de Vauban et un globe terrestre, il réalise, depuis le mois de mars, une oeuvre géante reprenant un motif de l'album "Equinoxe" de Jean-Michel Jarre à l'aérodrome de Thise. L'inauguration est prévue le 20 juin. L'artiste répond aux questions de Macommune.info.

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Du 12 au 15 mai 2015, l'entreprise franc-comtoise Platex participe au salon de décoration et de design Maison & Objets Americas à Miami (Etats-Unis). Occasion de découvrir cette entreprise des Fourgs dans le Haut-Dous qui cherche à se développer à l'international. Nous nous sommes entretenus avec Virginie Revelly, directrice commerciale de Platex. 

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Pour sa dernière tournée avec son spectacle "à l'état sauvage", Franck Dubosc a répondu à nos questions. L'humoriste qui se dit "plus corrosif, mais toujours gentil" sera à Micropolis ce jeudi 19 mars 2015. Il reste quelques places ne vente. Profitez-en car il l'a promis. Il va se lâcher à Besançon ! 

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Du 26 au 28 février, des films marquants, rarement (ou jamais) programmés à Besançon, seront présentés au petit Kursaal, au FJT des Oiseaux et au cinéma Victor Hugo, autour du "bien-vivre ensemble" et de la lutte contre les discriminations homosexuelles. Le collectif XYZ et l'association La Malle des Indes en sont à l'origine et nous en disent plus.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.53
légère pluie
le 21/10 à 18h00
Vent
1.06 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
97 %

Sondage