Coupes budgétaires: "gouverner", c'est "affronter l'impopularité" (Moscovici)

Publié le 24/07/2017 - 12:00
Mis à jour le 16/04/2019 - 13:35

Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a salué ce lundi 24 juillet 2017 la volonté affichée par le président français Emmanuel Macron de ramener le déficit sous la barre des 3%, estimant que "gouverner" impliquait aussi d'"affronter l'impopularité".

dsc_3819.jpg
©damien poirier
PUBLICITÉ

« Il y a une volonté. Emmanuel Macron est volontaire », a estimé, sur France Inter, M. Moscovici, interrogé sur l’attitude du chef de l’Etat, dont la popularité a fortement baissé, sur fond de polémique sur les coupes budgétaires annoncées par l’exécutif. « Gouverner, c’est compliqué. Gouverner, c’est aussi affronter l’impopularité, et la manière dont on affronte l’impopularité est aussi le signe de ce qu’un homme d’Etat est capable de faire », a-t-il poursuivi.

Le gouvernement a annoncé début juillet 4,5 milliards d’économies d’ici la fin de l’année, puis 20 milliards d’euros de baisse des dépenses publiques en 2018, afin de ramener le déficit sous la barre des 3% du Produit intérieur brut (PIB).

Ces mesures ont fait naître une série de critiques, notamment dans l’armée, touchée par 850 millions d’euros d’annulation de crédits en 2017, et chez les acteurs sociaux, inquiets de la baisse des aides au logement prévue à l’automne.

« Ce n’est pas moi qui vais lui dire quelles économies il doit faire »

« C’est au gouvernement français de voir comment il entend tenir ses engagements », a estimé Pierre Moscovici, refusant de prendre position sur les mesures budgétaires annoncées par le gouvernement.  « Ce n’est pas moi qui vais lui dire quelles économies il doit faire ou quels impôts il doit baisser ou augmenter », a poursuivi le commissaire européen, assurant que les Français étaient « libres de choisir leur politique économique ».

« Si la France veut et doit respecter la règle des 3% de déficit, ce n’est pas pour faire plaisir à Bruxelles. C’est un engagement que tous les pays de la zone euro ont pris ensemble », a assuré M. Moscovici. « Emmanuel Macron a une ambition, c’est d’être leader en Europe. Pour être leader en Europe, il faut être exemplaire chez soi », a conclu l’ancien ministre de François Hollande, invitant le gouvernement à mettre en oeuvre de « réformes structurelles ».

(source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Au Crédit Agricole, le sport comme école de la vie

Au Crédit Agricole, le sport comme école de la vie

publi-info • Le Crédit Agricole est une banque solidement ancrée dans les territoires et la Franche-Comté ne fait évidemment pas exception à cette règle. De ce fait, et de longue date, l’établissement bancaire s’est naturellement investi dans des activités sportives, parce que c’est une école de vie porteuse de valeurs allant de l’humilité au goût de l’effort.

Besançon, à vous de construire le bonheur qui va avec…

Besançon, à vous de construire le bonheur qui va avec…

Les 3 B • En devenant communauté urbaine au 1er juillet 2019, le Grand Besançon passe un cap et se dote d'une marque d'attractivité déclinable par les différents acteurs publics et privés du territoire qui ont participé à sa co-construction : "Besançon, Boosteur de bonheur", plus qu'une promesse mais un véritable art de vivre à la bisontine que les différents acteurs locaux vont s'approprier

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 33.17
ciel dégagé
le 26/06 à 9h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1021.93 hPa
Humidité
64 %

Sondage