Covid-19 : les commerces demandent à rouvrir d’ici le 10 mai

Publié le 22/04/2021 - 09:50
Mis à jour le 22/04/2021 - 09:32

Le mois de mai est un mois « capital en termes d’activité« , selon un appel lancé ce mois d’avril 2021 par les principales fédérations du commerce et 150 patrons.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

Les principales fédérations du commerce et quelque 150 patrons, franchisés et affiliés de réseaux d'enseignes signent un "plaidoyer pour une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai", un mois "capital en termes d'activité" pour les 150 000 magasins fermés depuis le 3 avril.

Signée par 12 fédérations, dont celles de la franchise, la bijouterie, l'ameublement, le prêt-à-porter féminin, la chaussure, le commerce de centre-ville, et des dirigeants d'enseignes (Beauty Success, Brand Sisters, Burton, But, Casa, Celio…), cette tribune publiée par Le Parisien jeudi demande au gouvernement d'acter dès à présent cette date pour "tous les points de vente, quelles que soient leur taille et leur localisation".

"Nous prenons (…) notre part à l'effort collectif de lutte contre la Covid, mais cette situation de fermeture ne peut plus durer. Elle met gravement en péril nos entreprises et inquiète nos 800 000 collaborateurs", affirment les signataires, pointant aussi les conséquences pour tout l'écosystème (fournisseurs, franchisés, marques, bailleurs…) et les villes qui subissent une vacance commerciale. "Après avoir perdu plus de 20 % de chiffre d'affaires en moyenne en 2020, nous avons encore perdu plus de 30 % d'activité depuis le début de l'année et chaque semaine de fermeture appauvrit et fragilise nos réseaux".

Cela se traduit par "des problèmes importants de trésorerie, à un niveau de stock invendu croissant, l'annulation de nos investissements, la hausse de l'endettement de nos entreprises du fait des PGE… autant d'impacts qui aggravent le risque de suppression de magasins et d'emplois", détaillent les commerçants.

"Mai est plus important que mars ou avril"

Selon Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos, fédération représentante du commerce spécialisée, "les aides ont été mieux dimensionnées pour les petits commerçants, et c'est une bonne chose, mais on surestime la solidité des réseaux qui ont 200 ou 300 magasins : c'est en fait un ensemble de petites exploitations, et comme les aides ne peuvent pas compenser des périodes aussi longues de fermeture, il faut absolument rouvrir", a-t-il déclaré à l'Agence France-Presse.

"Mai est plus important que mars ou avril : il ne faut pas rouvrir trop tard, pour les acteurs du textile ou ceux qui dépendent des ventes générées par la fête des Mères", dit-il. Il a par ailleurs appelé le gouvernement, qui a "pris des engagements fermes sur l'indemnisation des charges fixes, des loyers et des stocks invendus", à "verser rapidement des compensations à la hauteur des enjeux".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.05
partiellement nuageux
le 20/04 à 6h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
92 %