Des entreprises favorables au rapprochement d'Alstom avec GE...

Publié le 27/05/2014 - 09:15
Mis à jour le 27/05/2014 - 14:14

La majorité des entreprises du secteur de l'énergie, dans le nord Franche-Comté, se dit favorable au rapprochement d'Alstom avec General Electric (GE), plutôt qu'avec Siemens, selon une lettre du président de la CCI du Territoire-de-Belfort ce lundi 26 mai à François Hollande.

1222966150_alstom_logo_tenue.jpg
En Franche-Comté, Alstom compte deux sites de production à Belfort et à Ornans
PUBLICITÉ

La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du Territoire de Belfort a consulté les PME et PMI du nord de la Franche-Comté implantées dans le secteur de l’énergie, au sujet du rachat d’Alstom par GE. Parmi la centaine de patrons du secteur de l’énergie qui a répondu, une « écrasante majorité » soutient la solution de GE et exclut celle de Siemens, a indiqué le président de la CCI, Alain Seid, dans une lettre envoyée lundi au président François Hollande et dont l’AFP a eu copie.

Le chef de l’Etat, doit rencontrer une nouvelle fois mercredi à l’Élysée, le P-DG de GE, Jeffrey Immmelt, candidat à la reprise du pôle énergie d’Alstom. « Cette solution est la seule pourvoyeuse d’emplois, d’activité, d’investissements et de développement », estime M. Seid, soulignant que « les synergies existant entre GE et Alstom (…) permettront d’obtenir la taille critique suffisante pour se développer dans la concurrence mondiale ».

D’après la CCI, Alstom et GE, implantés dans le cluster « la Vallée de l’Énergie » de Belfort, représentent actuellement plus de 15.000 emplois directs dans le secteur, 34.000 emplois induits et 4 milliards d’euros de chiffres d’affaires.

Selon Alain Seid, les PME constituant l’écosystème de la filière de l’énergie de puissance sont « convaincues que le rapprochement entre GE et Alstom consolidera l’activité industrielle locale car ces deux entreprises sont complémentaires », ce qui n’est pas le cas de « Siemens, qui concurrence frontalement le groupe français ». Avec l’option Siemens, il craint un « démantèlement de la partie française de ce nouveau consortium européen » avec les évidentes conséquences pour notre tissu industriel local ».

Le choix d’un autre opérateur (que GE) pour acquérir Alstom ferait « prendre le risque de voir aussi partir GE et de la Vallée de l’Énergie, et de la Franche-Comté » et ainsi « faire disparaître tous les investissements » et projets en cours, prévient M. Seid.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.76
couvert
le 16/07 à 21h00
Vent
1.44 m/s
Pression
1016.92 hPa
Humidité
84 %

Sondage