Des militants anti-OGM arrachent une parcelle de Colza en Côte-d'Or

Publié le 15/04/2017 - 12:42
Mis à jour le 15/04/2017 - 15:59

Une centaine de militants anti-OGM ont pénétré, ce samedi 15 avril 2017,  sur une plate-forme d'essais de colza du géant allemand de l'agrochimie BASF à Villy-le-Moutier, en Côte-d'Or, pour "neutraliser cette parcelle d'une grande superficie", a-t-on appris de sources concordantes.

 ©
©

Des "faucheurs volontaires"

Les "faucheurs volontaires", entrés sur le site vers 9h, dénoncent l'utilisation d'une semence de colza "rendue tolérante à des herbicides par mutagenèse, technique clairement définie (par la législation européenne) comme produisant des OGM, mais exemptée des règles concernant les OGM", ont-ils annoncé dans un communiqué.

La gendarmerie, avertie de l'action, se rendait sur place ce samedi matin. "Notre but est de lancer un débat public sur toutes ces plantes qu'on retrouve dans nos assiettes sans étiquetage OGM", a précisé Jean-Luc Juthier, l'un des militants, qui expliquait être en train "d'arracher à main nue" les plants de colza.

Des "plantes rendues tolérantes aux herbicides"

"Nous demandons un moratoire immédiat sur ces plantes rendues tolérantes aux herbicides", a ajouté Guy Kastler, un militant de la Confédération paysanne.

"Ces techniques sont autorisées, ce ne sont pas des OGM", a réagi Jean-Marc Petat, directeur développement durable chez BASF. "C'est du pur vandalisme, basé sur la méconnaissance de l'agronomie et de la biologie", a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Reprise des rodéos urbains à l’approche de l’été… 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a adressé ce mercredi 16 juin 2021 une note au directeur général de la police, Frédéric Veaux, pour demander "cinquante" opérations de contrôles et de "saisir systématiquement les deux roues" dans les quartiers les plus touchés par le fléau des rodéos urbains. Dans un communiqué, Ludovic Fagaut, chef de file de l’opposition au conseil municipal de Besançon dénonçait une nouvelle fois ces comportements.

Belfort : prison avec sursis requise contre un policier accusé d’avoir tracé une croix gammée sur un toit

Le procureur de Belfort a requis mercredi 16 juin 2021 huit mois d'emprisonnement avec sursis à l'encontre d'un policier, poursuivi pour avoir représenté une large croix gammée avec des tuiles blanches sur le toit du garage de son père à Evette-Salbert, dans le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.36
légère pluie
le 23/06 à 15h00
Vent
2.29 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
83 %

Sondage