Des militants anti-OGM arrachent une parcelle de Colza en Côte-d'Or

Publié le 15/04/2017 - 12:42
Mis à jour le 15/04/2017 - 15:59

Une centaine de militants anti-OGM ont pénétré, ce samedi 15 avril 2017,  sur une plate-forme d’essais de colza du géant allemand de l’agrochimie BASF à Villy-le-Moutier, en Côte-d’Or, pour « neutraliser cette parcelle d’une grande superficie », a-t-on appris de sources concordantes.

 ©
©

Des "faucheurs volontaires"

Les "faucheurs volontaires", entrés sur le site vers 9h, dénoncent l'utilisation d'une semence de colza "rendue tolérante à des herbicides par mutagenèse, technique clairement définie (par la législation européenne) comme produisant des OGM, mais exemptée des règles concernant les OGM", ont-ils annoncé dans un communiqué.

La gendarmerie, avertie de l'action, se rendait sur place ce samedi matin. "Notre but est de lancer un débat public sur toutes ces plantes qu'on retrouve dans nos assiettes sans étiquetage OGM", a précisé Jean-Luc Juthier, l'un des militants, qui expliquait être en train "d'arracher à main nue" les plants de colza.

Des "plantes rendues tolérantes aux herbicides"

"Nous demandons un moratoire immédiat sur ces plantes rendues tolérantes aux herbicides", a ajouté Guy Kastler, un militant de la Confédération paysanne.

"Ces techniques sont autorisées, ce ne sont pas des OGM", a réagi Jean-Marc Petat, directeur développement durable chez BASF. "C'est du pur vandalisme, basé sur la méconnaissance de l'agronomie et de la biologie", a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.79
légère pluie
le 18/04 à 3h00
Vent
2 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
92 %