Des obsèques bientôt organisées pour Maëlys

Publié le 21/05/2018 - 09:52
Mis à jour le 21/05/2018 - 10:50

Le corps de la petite Maëlys va être remis à ses parents, son autopsie étant terminée, selon une information de BFM TV ce 21 mai 2018.

Maëlys ©DR ©
Maëlys ©DR ©

Disparue lors d'une noce à Pont-de-Beauvoisin (Isère) dans la nuit du 26 au 27 août 2017, Maëlys a été enlevée puis tuée par Nordahl Lelandais, un ancien militaire. Ce n'est que le 14 février dernier que le corps de la fillette a été retrouvé sur les indications du mise en cause. 

Les résultats de l'autopsie ne sont toujours pas connus, mais les ossements retrouvés ont montré que la mâchoire de la petite avait été fracturée "par une gifle" selon l'ancien militaire. C'est d'ailleurs ce geste qui aurait entraîné sa mort, selon ce dernier.

En parallèle, Nordahl Lelandais a aussi avoué avoir tué le caporal Arthur Noyer le 29 mars dernier. Le jeune homme de 24 ans avait disparu à Chambéry en Savoie le 12 avril 2017.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrant : Anne Vignot condamne “des actes criminels” commis durant le carnaval

Le dimanche 7 avril 2024, alors que la fête du carnaval de Besançon battait son plein, deux jeunes femmes se sont immiscées au milieu du cortège et ont brandi des pancartes anti-immigration. Un acte "immonde" pour la maire, Anne Vignot qui a dès ce lundi 8 avril déposé plainte pour incitation à la haine et condamné une fois de plus ce genre d’action lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi dans les bureaux de la Ville. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.56
nuageux
le 12/04 à 21h00
Vent
1.27 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
79 %