Dette publique : la Cour des comptes ne préconise pas "l'austérité" mais un effort de "redressement"

Publié le 30/06/2020 - 11:42
Mis à jour le 12/02/2021 - 17:42

La Cour des comptes ne préconise "en aucun cas l'austérité" pour apurer dans l'avenir la dette générée par la crise du Covid-19, a affirmé mardi 30 juin 2020 son nouveau premier président Pierre Moscovici, tout en appelant le gouvernement à redresser les finances publiques.

"La Cour préconise le sérieux (...), la prévisibilité, en aucun cas l'austérité", a déclaré Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse pour présenter le rapport annuel de l'instance sur la situation et les perspectives des finances publiques. "Lorsqu'il y a un choc majeur, la puissance publique joue, et c'est logique, son rôle d'assureur de l'économie et la dette augmente. Mais ce qui est important, c'est de parvenir ensuite à baisser celle-ci", a-t-il insisté.

"Nous sommes dans une démarche bienveillante, à l'écoute des fractures sociales du pays, ce qui n'est pas contradictoire avec le sérieux d'un redressement", a-t-il encore indiqué. Dans son rapport publié mardi la Cour s'inquiète particulièrement de la "soutenabilité" de la dette publique qui devrait gonfler à près de 121% du produit intérieur brut (PIB) cette année, avec une contraction du PIB de -11%, selon les prévisions du gouvernement.

"Le chemin qui doit être poursuivi, c'est de contrôler de manière crédible la dynamique de la dette". "Il faut qu'il y ait une trajectoire durable, équilibrée du redressement de nos finances publiques, avec une programmation des finances publiques dont nous souhaitons qu'elle soit mise en place rapidement", a défendu M. Moscovici.

La Cour attend notamment que le gouvernement ne tarde pas à définir cette trajectoire, par exemple dans le cadre de la future loi de programmation des finances publiques qu'elle attend "au plus tard" au printemps prochain. "Il ne nous appartient pas de dire à quel rythme" ce redressement devrait se faire, "mais je pense qu'il n'y a pas besoin d'attendre", a estimé le premier président.

Il a aussi refusé de commenter la volonté du gouvernement de séparer la dette issue du Covid-19, de la dette préexistant à la crise, comme l'a annoncé lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Nous n'avons pas expertisé" cette proposition, a simplement répondu M. Moscovici.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouvelle gouvernance et nouvelles ambitions pour la Vallée de l’énergie

Lundi 22 novembre 2021, le conseil d’administration de la Vallée de l’Energie a renouvelé ses instances de gouvernance. EDF prend la présidence de l’association qui a été confiée à Alain Daubas, d’EDF Bourgogne-Franche-Comté. Il succède à  Jean-Luc Habermacher, de General Electric. Le CA a ensuite élu au poste de vice-président Damien Delmont, dirigeant de la société 3DLM, ainsi que douze membres au bureau exécutif.

Noël à Besançon : des décorations lumineuses particulièrement écolo

Une entreprise qui a développé une matière 100 % biosourcée, fabriquée en circuit court en France, Greenfib, s'est associée à Leblanc Illuminations, concepteur d'éclairage et de décorations lumineuses, pour développer des décorations de Noël éco-responsables dans les villes de Besançon et Bordeaux, a-t-on appris ce mercredi 24 novembre.

La fondation Desperados commande 200 oeuvres à 4 artistes bisontins

Du 15 novembre au 12 décembre 2021, la Fondation Desperados pour l’Art Urbain reconduit son projet « Impressions partagées » pour une deuxième saison. L’opération, qui concerne Besançon du 29 novembre au 5 décembre, met en lumière le travail de quatre artistes : Justine Cadoual, Clown, Simone Découpe et Saturn, les invitant à créer une oeuvre originale, sérigraphiée en 65 exemplaires et offerts au grand public sur réservation, via le site web de la Fondation Desperados.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.2
nuageux
le 30/11 à 9h00
Vent
5.74 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
96 %

Sondage