Dijon: jusqu’à 30.000 euros d’amende requis contre les pilleurs présumés de pièces gauloises

Publié le 20/09/2015 - 10:45
Mis à jour le 20/09/2015 - 10:45

Des peines allant jusqu'à 30.000 euros d'amende ont été requises vendredi à Dijon à l'encontre de cinq hommes, poursuivis pour des fouilles archéologiques illégales, durant lesquelles un trésor de 2.000 pièces gauloises avait été découvert.

Capturedcran2013121816.50.03.png
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Rappel des faits

En octobre 2012, plusieurs hommes, équipés de détecteurs de métaux, avaient fouillé de nuit un champ à Laignes (Côte-d’Or). Ils en avaient déterré environ 2.000 deniers gaulois en argent.

L’enquête n’avait débuté que fin 2013 après un signalement de la Direction régionale des Affaires culturelles (Drac) concernant des échanges sur Facebook de personnes qui avaient réalisé « des fouilles archéologiques interdites ». Elles s’étaient mises en relation avec d’autres afin d’arranger « des transactions » sur les biens archéologiques trouvés.

Amendes de 30.000 euros

Après l’interpellation des suspects, l’un d’eux avait révélé au cours de sa garde à vue l’existence du trésor de Laignes, qui avait été en partie vendu. Vendredi devant le tribunal correctionnel, la peine la plus sévère a été réclamée contre un retraité de 65 ans, accusé notamment de recel après avoir acheté la majeure partie des monnaies pour un montant total de 30.000 euros. Son avocat, Me Samuel Estève, a plaidé la relaxe, estimant que le sexagénaire, collectionneur en tous genres, avait été « sans doute ébloui par ce trésor, avec de l’imprudence ».

Deux autres prévenus, à qui il est reproché d’avoir mené les fouilles illégales, se sont vu demander 30.000 euros d’amende, dont la moitié avec sursis, correspondant au montant qu’ils ont retiré de la vente des pièces. Une amende de 15.000 euros avec sursis a été requise contre un autre prévenu, considéré comme le « troisième larron ».

« On cherchait des trésors et pour moi, c’était un rêve de petit enfant »

Le cinquième, qui avait guidé les pilleurs présumés jusqu’au lieu de la fouille et avait ensuite joué les intermédiaires pour la vente du trésor, s’est vu réclamer une amende de 30.000 euros, dont 10.000 euros avec sursis. « On cherchait des trésors et pour moi, c’était un rêve de petit enfant », a déclaré un des prévenus à la barre, reconnaissant le caractère « illégal » de leur activité. « La loi m’aurait permis de le mettre dans un musée pour éviter ça », a-t-il dit en désignant le tribunal, « Je l’aurais fait ».

Un autre, qui s’est défini comme « passionné de numismatie celtique », a estimé qu’une « dizaine » de pièces de ce trésor étaient « inédites ».

Pour le chef du service régional d’archéologie Michel Prestreau, ces deniers gaulois, découverts à « une heure de marche d’Alésia », ont pu appartenir à « des mercenaires gaulois à la solde de César revenant du siège d’Alésia ». « Mais quand un objet est sorti de son contexte, il perd 90% de sa valeur », a-t-il regretté. 

Le jugement a été mis en délibéré au 13 novembre.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.38
couvert
le 23/05 à 15h00
Vent
2.3 m/s
Pression
1016.23 hPa
Humidité
57 %

Sondage