Doubs: non-lieu pour un policier soupçonné d'avoir blessé un mineur au flashball

Publié le 07/04/2015 - 18:40
Mis à jour le 08/04/2015 - 17:00

Un policier qui était soupçonné d'avoir éborgné un adolescent de 17 ans, en faisant usage d'un flashball en février 2011 à Audincourt (Doubs), a bénéficié d'un non-lieu, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

12PolicegendarmerieCRS011.JPG
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Un juge d’instruction de Montbéliard a rendu jeudi « une ordonnance de non-lieu à l’égard du fonctionnaire de police mis en examen pour avoir blessé (…) par un tir de flashball, le jeune Ayoub Bouthara », a indiqué dans un communiqué la procureure Thérèse Brunisso. « L’information judiciaire n’a pas permis d’établir à l’encontre du policier d’infraction pénale », a précisé Mme Brunisso.

Le 7 février 2011 à Audincourt, Ayoub Bouthara, 17 ans, avait été touché à un oeil par le projectile d’un flashball tiré par un policier lors d’une bataille rangée entre deux bandes d’une quarantaine de personnes chacune à Audincourt. Une quarantaine de policiers et de CRS étaient intervenus.

Le tir du policier ne peut être qualifié de « violences volontaires, la décision de tirer étant justifiée au regard des circonstances », ni « de blessures involontaires, aucune faute pénale d’imprudence, de négligence, d’inattention ou d’inobservation des règles n’étant caractérisée », a souligné Mme Brunisso.

L’adolescent, qui ne faisait pas partie des émeutiers, avait perdu son oeil après avoir été opéré en urgence.
Le parquet de Montbéliard avait ouvert une information judiciaire en janvier 2012 et une enquête préliminaire avait été diligentée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.14
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1015.6 hPa
Humidité
95 %

Sondage