Du "Mamirolle" fabriqué et récompensé au Québec

Publié le 11/06/2013 - 15:05
Mis à jour le 12/06/2013 - 12:45

Notre célèbre fromage à la peau orange né en 1935 à l’école nationale d’industrie laitière de Besançon – Mamirolle d’où il tient son nom est aussi fabriqué outre-Atlantique. Depuis 1996,  la petite fromagerie Éco-Délices inc. détient une licence de l’Enil pour l’appellation « Le Mamirolle » qu’elle distribue en exclusivité au Québec et au Canada. Notre fromage a d’ailleurs remporté en avril à Montréal un des 19 grands prix des fromages canadiens 2013.

 ©
©

Avec sa forme de lingot et sa couleur orange qu'il doit à une saumure colorée au Roco, la Mamirolle a exporté sa fabrication au Québec grâce à Éco-Délices Inc. de Plessisville. Cette fromagerie née en 1989 sur les fondations d'une ferme familiale depuis six générations. Gérard Dubois a décidé d'en faire en 1970 une ferme écologique. 

Désireuse de transformer sa propre production de lait, la famille Dubois entame l'activité fromagère au début des années 90 avec la raclette des Appalaches. C'est en 1996 qu'elle s'intéresse au Mamirolle qui progressivement a conquis le palais des Québécois et des Canadiens jusqu'à remporter le prix Sélection Caseus 1999 dans la catégorie "fromage artisanal" et jusqu'à la 8e édition du grand prix des fromages canadiens dans la catégorie "fromage à croûte lavée ou mixte (pâte molle, demi-ferme et ferme)". Aujourd'hui, la fromagerie Éco-Délices inc. fabrique quatre fromages et emploie huit salariés.


View Larger Map

 Pour des recettes avec plus de "caractère" 

Dans un article paru dans "La Presse",  la journaliste Violaine Ballivy précise que la version biologique du Mamirolle suit scrupuleusement la recette française née à  l'Enil de Besançon -Mamirolle en 1935 ! "Il est affiné sur des planches de bois, et son goût d'amande s'affirme en développant une légère amertume qui persiste en bouche" explique-t-elle pour ceux qui souhaitent intégrer un fromage avec un peu plus de caractère dans leurs recettes... 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vie locale

Le “Molière sans dealer” : un appel lancé aux habitants du quartier pour tenir une permanence dans le hall de l’immeuble

Le collectif de co-propriétaires de l’immeuble "Le Molière", situé au 5 place de l'Europe à Besançon, s’est déjà mobilisé le 18 janvier puis le 11 février 2024 dans le hall de l’immeuble pour s’opposer aux dealers. Ce lundi, une co-propriétaire lance un appel aux habitants. Une adresse mail a été mise en place pour celles et ceux qui souhaitent s’inscrire à la permanence.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

À Besançon, la place de la Révolution se transforme…

La Ville de Besançon a initié un projet de revégétalisation de la place de la Révolution afin de s’inscrire dans un processus de transition écologique et ainsi lui rendre sa verdure et sa fraîcheur. Lancés en septembre 2023, les travaux de cette “révolution végétale” ne cessent de faire évoluer la place. En ce mercredi 14 février 2024, où en sont ces transformations ?

Planoise : “le traitement de la situation place de l’Europe est une priorité” (préfet du Doubs)

Le collectif de co-propriétaires de l’immeuble "Le Molière" s’est installé depuis dimanche 11 février 2024 dans le hall du bâtiment, situé 5 place de l’Europe à Planoise pour s’opposer aux dealers. Interpellé lors de sa venue sur le sujet, Gérald Darmanin assurait que le préfet du Doubs allait se rendre sur place. C’est chose faite.

Bottière nouvellement installée à Besançon, Marine Fay partage ses astuces bichonnage

Arrivée de Paris, Marine Fay est une jeune bottière qui dispose depuis cet été d’un atelier dans les locaux du collectif Hop hop hop place Saint-Jacques à Besançon. Elle propose depuis le début d'année des ateliers de "bichonnage" pour chaussures en cuir tous les premiers samedis du mois de 15h à 16h15 à Besançon. 

Développement international, éducation, citoyenneté, solidarité… L’appel à projets 2024 de la Ville de Besançon est ouvert aux associations

La Ville de Besançon soutient les associations bisontines engagées dans un projet de solidarité internationale ou d’éducation à la citoyenneté mondiale, en leur apportant une aide financière d’un montant total de 15.000 euros répartis entre les différents projets retenus, par le biais d’un appel à projets. Les associations peuvent candidater avant le 1er avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.19
couvert
le 02/03 à 0h00
Vent
1.92 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
78 %