Equipements automobiles: la fonderie MBF fixée sur son sort le 22 juin

Publié le 16/06/2021 - 07:35
Mis à jour le 16/06/2021 - 08:00

Le tribunal de commerce de Dijon se prononcera le 22 juin sur le devenir de la fonderie MBF Aluminium de Saint-Claude (Jura), ont annoncé mardi les syndicats de l'équipementier automobile, interpellant une nouvelle fois l'État pour éviter une liquidation pure et simple.

 © MBF aluminium
© MBF aluminium

La fonderie, née au sortir de la dernière guerre, fabrique des carters de moteurs et des éléments de boîtes de vitesse. Elle avait été placée en redressement judiciaire en novembre dernier, après avoir connu deux dépôts de bilan en 2012 et 2017.

Durant la période de redressement, le tribunal de commerce en avait retiré la gestion à sa direction, représentant les actionnaires – le groupe britannique CMV et un entrepreneur italien – pour la confier directement à l’administrateur judiciaire.

"C'était la dernière audience. Mardi prochain, ce sera le délibéré. Il n'y aura pas de report et le tribunal se prononcera sur la liquidation ou l'acceptation de l'offre de reprise", a indiqué Nail Yalcin, délégué CGT, à la sortie d'une ultime audience au tribunal de commerce de Dijon.

"Nous avons un message important auprès de l'État et de la région: ils donnent des milliards aux multinationales et ici, il faut quelques millions pour sauver les salariés dans un bassin déjà fortement dégradé", a-t-il ajouté devant la presse.

La présidente sortante de la région Bourgogne-Franche-Comté, la socialiste Marie-Guite Dufay, qui brigue un nouveau mandat aux élections régionales,avait émis le souhait, à travers un montage public-privé, de monter au capital de MBF et demandé pour ce faire l'accompagnement de l'État.

Mais ce dernier avait indiqué, selon Mme Dufay, qu'il ne suivrait pas l'unique offre de l'entrepreneur Michaël Azoulay, qui propose de conserver 210 salariés sur un total d'environ 270, évoquant un "passif fiscal" de l'entrepreneur et le refus de Renault de travailler avec lui.

L'offre de reprise de Michaël Azoulay, qui inclut la possibilité pour les salariés de monter au capital jusqu'à 21%, a été jugée "insuffisant", l'entrepreneur n'ayant "pas obtenu l'appui de Bercy" qui était nécessaire et devait se traduire par un concours financier de plusieurs millions d'euros, a rapporté Saverio Vadala, délégué CFDT.

"L'entreprise a un savoir-faire et le personnel une compétence. Il suffit de bonne volonté", a estimé M. Azoulay à la sortie de l'audience, mardi.  Son avocat, Alain-David Pothet, a quant à lui déclaré "rester optimiste". Il a reconnu que le procureur de la République ne faisait certes "pas confiance" à l'offre de M. Azoulay mais le président du tribunal, qui "décide", "soutient l'offre car c'est la seule".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.

La chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté demande l’abattage « systématique » du loup près d’un élevage

Suite à plusieurs attaques de loups sur des élevages de bétails, la chambre d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté, dans un communiqué du 23 juillet, demande aux pouvoirs publics de prendre "toutes les mesures nécessaires" pour stopper le retour du loup et l'abattage "systématique" de cet animal dès les premiers signes de présence à proximité d'élevages.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.85
partiellement nuageux
le 29/07 à 18h00
Vent
0.44 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
38 %

Sondage