Alerte Témoin

Espaces verts: il y a de sacrés changements dans le paysage

Publié le 28/11/2011 - 14:51
Mis à jour le 15/04/2019 - 16:50

En Franche-Comté, la création et l’entretien de jardins et espaces verts constituent un secteur économique qui a traversé la crise en se maintenant à flot. Au niveau national, il a même progressé en passant de 20000 à 26000 entreprises. 

Les entreprises du paysage ont décidé de sortir de l’ombre.  Regroupés au niveau de la Bourgogne et de la Franche-Comté, ces employeurs, qui représentent 3500 actifs dans les deux régions, 2250 pour la première et 1250 pour la seconde, veulent faire connaitre l’évolution de leur secteur qui n’a pas trop mal passer la crise et envisage même de recruter.

C’est l’UNEP (Union nationale des entreprises du paysage), seule organisation professionnelle reconnue par les pouvoirs publics, créée en 1963, qui représente les intérêts des 60 entreprises adhérentes en Franche-Comté. En tout, ce sont 380 entreprises qui sont implantées dans la région avec un chiffre d’affaire de 75 millions d’euros en 2010 comme en 2008. 62% d’entre elles se consacrent à la création et 38% au seul entretien. Les clients sont avant tout des particuliers (47%), suivis par les marchés publics (30%) et les sociétés privées (22%).

Une évolution rapide des métiers

L’entreprise type compte en moyenne deux salariés et est dirigée par un chef d’entreprise de 40 ans. Ses salariés sont essentiellement des hommes (89%), âgés de 31 ans et qui, pour 79% d’entre eux, bénéficient d’un contrat à durée indéterminée. 18 % des entreprises du paysage sont des entreprises à la personne dont le nombre a sensiblement augmenté en deux ans. Elles sont passées de 2700 en 2008 à 6700 an 2010 au niveau national.

« Nos métiers changent. Il y a vingt ans, on s’occupait essentiellement de gazon et de plantations. Aujourd’hui, on fait de la menuiserie pour des terrasses, de l’arrosage automatique, de l’éclairage, de la maçonnerie paysagère, de la toiture végétalisée, des baignades naturelles... Ce sont des métiers qui n’existaient pas il y a quelques années », explique Bernard Bouju, président de l’UNEP Bourgogne et Franche-Comté.

D’où l’importance accordée à la formation. « En dix ans, la qualification des salariés a connu une forte progression. Cette tendance concorde avec nos efforts pour optimiser les parcours de formation et instaurer un niveau minimum de qualification à l’embauche », précise le président régional.

L’arrivée en force de la notion de zen

Les conditions climatiques contribuent également à faire évoluer la manière d’’envisager les plantations. « Désormais, explique Bernard Bouju il faut compter avec des périodes de sécheresse et favoriser les plantations qui nécessitent moins d’arrosage comme les graminées ». La demande évolue également vers de paysages et des jardins zen qui mettent en scène végétaux, galets, fontaines. « On va au-delà des simples plantations. Notre métier c’est d’embellir », conclut-il. Les « experts jardins » font également leur les bonnes pratiques environnementales. Tri sélectif, recyclage, développement des alternatives à l’usage des produits phytosanitaires, préservation et développement de la biodiversité font partie des nouveaux réflexes de la profession.

Selon Emmanuel Mony, président national de l’UNEP, « les entreprises du paysage créent des emplois verts, embellissent nos villes, préservent et développent la biodiversité dans les jardins, sources de bien-être et de santé publique ».

 

 

  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Relocalisation du Meltblown pour la fabrication de masques en France :  une entreprise de Montbéliard se distingue…

Créée en juin 2020 à Montbéliard, la société Meltblo France a été retenue par l'État pour produire du meltblown, une matière filtrante utilisée pour la fabrication de masques chirurgicaux et de masques FFP2 et FFP3. Le projet d'investissement de Meltblo France s'élève à 4,5 M€. La Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de soutenir la société à hauteur de 1,1 M€. La future ligne de production de meltblown devrait être opérationnelle au printemps 2021.

Le marché automobile français continue de se redresser en juillet, aidé par les mesures de soutien

Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont progressé de près de 4% en juillet, a annoncé samedi le comité des constructeurs CCFA, se félicitant que les mesures de soutien déployées par le gouvernement en faveur du secteur "aient bien fonctionné". Si le groupe  Renault affiche de très bon chiffres (+33%), PSA est en recul de 5 %.

Comme un nouveau souffle chez le concessionnaire Savy à Besançon

PUBLI-INFO • Depuis le 1er juillet 2020, Jérôme Pruvot et Régis Guillon sont arrivés chez le concessionnaire Savy à Besançon. Respectivement directeur général et responsable commercial de Savy Franche-Comté, ces deux passionnés d'automobile qui en ont fait leur métier ont pour objectif de donner un nouveau souffle à la concession. L'occasion d'aborder les nouveautés BMW, Mini et BMW Motorrad.

Vrabiloc, une épicerie ambulante de produits en vrac, bio et locaux sillone le Grand Besançon…

Après avoir travaillé dans la restauration, Alexandra, 38 ans, a décidé de se mettre à son compte en septembre 2019 en ouvrant une épicerie itinérante dans le Grand Besançon : Vrabiloc. Son concept : proposer des produits locaux et artisanaux, frais ou sec et sans déchet. Le truc en + de son épicerie : elle est 100% autonome grâce à des panneaux solaires. Interview.

L’allocation de rentrée scolaire, majorée de 100€, sera versée le 18 août

Majorée "exceptionnellement" de 100 euros cette année, en raison "des conséquences sociales de la crise épidémique", elle sera versée le 18 août en Métropole, indique le ministère de la Santé et des Solidarités mercredi 29 juillet. Plus de trois millions de familles aux revenus modestes devraient en bénéficier cette année.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.21
    peu nuageux
    le 04/08 à 21h00
    Vent
    1.58 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    54 %

    Sondage