Espaces verts: il y a de sacrés changements dans le paysage

Publié le 28/11/2011 - 14:51
Mis à jour le 15/04/2019 - 16:50

En Franche-Comté, la création et l’entretien de jardins et espaces verts constituent un secteur économique qui a traversé la crise en se maintenant à flot. Au niveau national, il a même progressé en passant de 20000 à 26000 entreprises. 

Les entreprises du paysage ont décidé de sortir de l’ombre.  Regroupés au niveau de la Bourgogne et de la Franche-Comté, ces employeurs, qui représentent 3500 actifs dans les deux régions, 2250 pour la première et 1250 pour la seconde, veulent faire connaitre l’évolution de leur secteur qui n’a pas trop mal passer la crise et envisage même de recruter.

C’est l’UNEP (Union nationale des entreprises du paysage), seule organisation professionnelle reconnue par les pouvoirs publics, créée en 1963, qui représente les intérêts des 60 entreprises adhérentes en Franche-Comté. En tout, ce sont 380 entreprises qui sont implantées dans la région avec un chiffre d’affaire de 75 millions d’euros en 2010 comme en 2008. 62% d’entre elles se consacrent à la création et 38% au seul entretien. Les clients sont avant tout des particuliers (47%), suivis par les marchés publics (30%) et les sociétés privées (22%).

Une évolution rapide des métiers

L’entreprise type compte en moyenne deux salariés et est dirigée par un chef d’entreprise de 40 ans. Ses salariés sont essentiellement des hommes (89%), âgés de 31 ans et qui, pour 79% d’entre eux, bénéficient d’un contrat à durée indéterminée. 18 % des entreprises du paysage sont des entreprises à la personne dont le nombre a sensiblement augmenté en deux ans. Elles sont passées de 2700 en 2008 à 6700 an 2010 au niveau national.

« Nos métiers changent. Il y a vingt ans, on s’occupait essentiellement de gazon et de plantations. Aujourd’hui, on fait de la menuiserie pour des terrasses, de l’arrosage automatique, de l’éclairage, de la maçonnerie paysagère, de la toiture végétalisée, des baignades naturelles... Ce sont des métiers qui n’existaient pas il y a quelques années », explique Bernard Bouju, président de l’UNEP Bourgogne et Franche-Comté.

D’où l’importance accordée à la formation. « En dix ans, la qualification des salariés a connu une forte progression. Cette tendance concorde avec nos efforts pour optimiser les parcours de formation et instaurer un niveau minimum de qualification à l’embauche », précise le président régional.

L’arrivée en force de la notion de zen

Les conditions climatiques contribuent également à faire évoluer la manière d’’envisager les plantations. « Désormais, explique Bernard Bouju il faut compter avec des périodes de sécheresse et favoriser les plantations qui nécessitent moins d’arrosage comme les graminées ». La demande évolue également vers de paysages et des jardins zen qui mettent en scène végétaux, galets, fontaines. « On va au-delà des simples plantations. Notre métier c’est d’embellir », conclut-il. Les « experts jardins » font également leur les bonnes pratiques environnementales. Tri sélectif, recyclage, développement des alternatives à l’usage des produits phytosanitaires, préservation et développement de la biodiversité font partie des nouveaux réflexes de la profession.

Selon Emmanuel Mony, président national de l’UNEP, « les entreprises du paysage créent des emplois verts, embellissent nos villes, préservent et développent la biodiversité dans les jardins, sources de bien-être et de santé publique ».

 

 

  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.14
légère pluie
le 26/02 à 15h00
Vent
1.43 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
68 %