Alerte Témoin

Été 2015 : le second plus chaud jamais enregistré dans le Doubs

Publié le 13/09/2015 - 17:46
Mis à jour le 13/09/2015 - 17:46

À la suite d'un printemps plutôt chaud et normalement pluvieux, la période estivale des mois de juin, juillet et août 2015 est la deuxième la plus chaude jamais enregistrée à la station météorologique de Besançon depuis sa mise en service, à la fin du XIXème siècle. Actuellement, la situation hydrologique des nappes et des rivières est la plus critique de cette année 2015. La limitation d'usages sont maintenues dans le départements.

1-dsc_6054.jpg
©Alexane Alfaro

Les services publics spécialisés se sont réunis en cellule sécheresse pour faire le point de la situation hydrologique de manière à proposer les mesure adéquates à mettre en oeuvre pour faire face à une aggravation de la baisse des cours d'eau dans le Doubs.

Après un mois de juillet caniculaire, des pluies très hétérogènes, accompagnées d'un temps provisoirement plus frais, ont entrecoupé un mois d'août lui aussi globalement déficitaire en précipitations. 

La situation hyrdologique des nappes et des rivières la plus critique 

À ce jour, les cumuls de précipitations sont insuffisants, et atteignent, sauf rares exceptions, un déficit de 25% en moyenne dans le département pour les trois derniers mois. Même si la baisse des températures peut atténuer la perception, la sécheresse reste très présente. Actuellement, la situation hydrologique des nappes et des rivières est la plus critique de cette année 2015 et dépasse parfois les niveaux historiques de 2003 (moins de 10 m3/s sur le Doubs à Besançon en cette fin de semaine).

Des pluies significatives, pouvant atteindre 50mm en montagne, sont prévues pour le weekend. Elles auront certainement un effet immédiat sur les débits des rivières, mais ne permettront pas de reconstituer complètement les réserves fortement entamées par cet étiage prolongé.

Les arrêtés préfectoraux des restriction des usages de l'eau toujours en vigueur

Dans le département, des difficultés ponctuelles d'alimentation en eau potable nécessitent des ravitaillements par camions ou des installations temporaires, en particulier sur les plateaux lorsque l'approvisionnement est assuré par des sources karstiques. Des arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau sont toujours en vigueur. Compte tenu de l'augmentation de la consommation en eau liée à la reprise d'activité, et même si la fin de l'été approche, il est donc rappelé à chacun la nécessité de maintenir une grande attention et d'éviter tout gaspillage d'eau. 

Les interdictions

Sont donc toujours interdites notamment les activités suivantes :

  • l'arrosage des pelouses, des espaces verts et publics et privés, des jardins, des greens et des stades enherbés entre 8 heures et 20 heures ;
  • L’utilisation de l'eau hors des stations professionnelles pour le lavage des véhicules, sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires) ou technique (bétonnière...) et pour les organismes liés à la sécurité ; 
  • Sur la Haute Chaîne et le bassin de l'Allan, le nettoyage des pistes d'athlétisme, tribunes, équipements de loisirs, voiries, terrasses, toitures, façades, l'arrosage des pistes de chantier..., sauf impératif sanitaire et travaux.
  • Les fontaines d'agrément doivent être fermées ;
  • Les entreprises doivent maintenir leur plan d'économie.

Le non-respect de ces interdictions peut être puni d'une contravention.

La cellule de veille sécheresse du département du Doubs reste mobilisée pour assurer un suivi très attentif de la situation, et, en fonction de son évolution, proposera si nécessaire la levée, le maintien ou l'extension des mesures prises.

Les arrêtés préfectoraux sont affichés dans toutes les mairies. Ils sont également consultables auprès de la préfecture et de la mission interservice de l'eau et de la nature (MISEN, direction départementale des territoires), et sur le portail des services de l'État : www.doubs.gouv.fr

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Peut-on faire pousser un palmier en Franche-Comté ?

Avec l'été qui approche à grands pas vient l'envie de retourner dans son jardin. Et même en Franche-Comté, certains d'entre nous rêvent pour leur espace vert de bambous, cactus, bananiers, palmiers et autres plantes exotiques. Problème : ces végétaux originaires de pays chauds pourront-ils s'adapter au climat régional peu clément une fois l'été passé ? maCommune.info vous donne ses conseils pour réussir à créer et garder en vie votre jardin exotique…

Touche pas au blaireau

EELV Bourgogne-Franche-Comté s'inquiète de la chasse sous terre au blaireau. Le parti explique que 49 consultations publiques sont en cours pour des projets d'arrêtés qui prévoient d'autoriser, pour la saison prochaine, la vénerie sous terre. Les départements de la Nièvre, la Côte d’Or, le Doubs et la Saône-et-Loire sont concernés 

Risque de sécheresse pour 53 départements

Plus de la moitié des départements français sont exposés à des degrés divers à un risque de sécheresse estivale, selon une prévision rendue publique jeudi par le ministère de la transition écologique et solidaire, qui veut ainsi améliorer l'anticipation à ce phénomène. La Haute-Saône fait partie des 11 départements où le risque est "très probable". Dans les autres départements de Bourgogne-Franche-Comté, le risque est "probable".

EELV Bourgogne Franche-Comté réclame l’arrêt des subventions à l’aéroport de Dole-Tavaux

Europe-écologie les Verts Bourgogne Franche-Comté estime que la crise sanitaire du Coronavirus "oblige à repenser l’avenir" et demande l’arrêt de toutes les subventions "à la gabegie financière, écologique et sociale de l’aéroport de Dole-Tavaux." Le parti pense qu'il serait "plus opportun de réaffecter ces subventions à l’amélioration des lignes ferroviaires..."
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.5
ciel dégagé
le 01/06 à 0h00
Vent
2.76 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
61 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune