Été 2022 en Bourgogne Franche-Comté : pour la première fois, la fréquentation des hôtels a dépassé son niveau d’avant-crise 

Publié le 19/12/2022 - 16:06
Mis à jour le 24/12/2022 - 16:42

Selon une étude de l’Insee Bourgogne Franche-Comté, au troisième trimestre 2022, la reprise du secteur touristique s’est confirmée. La fréquentation des hôtels de Bourgogne-Franche-Comté a dépassé pour la première fois son niveau d’avant-crise.

Avec 2,4 millions de nuitées, elle est en hausse de 1,3 % comparée au même trimestre en 2019. Secteur fortement pénalisé par la crise sanitaire, l’hôtellerie était encore en déficit de fréquentation au premier et deuxième trimestre, respectivement - 11,8 % et - 4,3 %. Cette légère hausse de fréquentation est du même ordre qu’au niveau national. L’amélioration de l’activité hôtelière concerne la plupart des régions métropolitaines, à l’exception de l’Occitanie et la Corse en raison de la forte baisse des touristes en provenance de l’étranger. La Normandie enregistre la plus forte hausse, la fréquentation de ses hôtels progresse de 5,2 %. 

Évolution de la fréquentation hôtelière par département entre l'été 2019 et l'été 2020. © Insee en partenariat avec les Comité régionaux de tourisme, enquête sur la fréquentation dans l'hôtellerie.

Les nuitées des touristes européens sont en nette hausse 

La période estivale a attiré de nombreux touristes en provenance de l’étranger dans les hôtels de Bourgogne-Franche-Comté. Au troisième trimestre 2022, la fréquentation de la clientèle non-résidente augmente ainsi de 5,6 % dans la région alors qu’elle se contracte légèrement au niveau national. 

Les mois vacanciers de juillet et août ont connu un regain d’activité avec une hausse respective des nuitées non-résidentes de 10,3 % et 7,2 % par rapport à 2019. Elles sont toutefois en léger recul en septembre (- 2,2 %). 

Parmi les non-résidents, ce sont les touristes belges, néerlandais et allemands qui sont les plus nombreux dans les hôtels de la région. La fréquentation de la clientèle néerlandaise croît le plus fortement. Leurs nuitées sont supérieures de près de 50 % à leur niveau de 2019. Bien que moins importantes, les nuitées des touristes scandinaves augmentent de plus d’un quart. Depuis la crise sanitaire, la clientèle chinoise demeure presque totalement absente de la région, du fait des restrictions de déplacement qui perdurent dans plusieurs pays d’Extrême-Orient. Les nuitées américaines restent elles aussi en recul mais de manière beaucoup moins prononcée que lors du deuxième trimestre (- 10,5 % contre - 29,3 %). 

En revanche, la Bourgogne-Franche-Comté est l’une des deux seules régions où la fréquentation de la clientèle résidente est en retrait ce trimestre, avec Grand Est. 

La Côte-d'Or dépasse nettement son niveau d’avant- crise, le Doubs reste en dessous

Avec 65.000 nuitées supplémentaires par rapport à 2019, la Côte-d’Or est le seul département où la fréquentation touristique dépasse nettement son niveau d’avant-crise. Dans le Jura, les nuitées en provenance de France restent stables tandis que celles des non-résidents s’accroissent. En Saône-et-Loire et dans l’Yonne, la forte augmentation de la fréquentation en provenance de l’étranger compense le recul des nuitées résidentes, pourtant majoritaires. Dans le Territoire de Belfort, la Nièvre et le Doubs, la fréquentation reste toujours sensiblement en dessous de son niveau de 2019. 

Fréquentation hôtelière selon le département © Insee

Le taux d’occupation des hôtels est en légère hausse 

En Bourgogne-Franche-Comté, le taux d’occupation moyen des hôtels s’établit à 67,5 % au troisième trimestre 2022. Il croît de 2,4 points par rapport au même trimestre en 2019. Le Territoire de Belfort est le seul département où le taux d’occupation est en net recul (- 7 points). 

Le tourisme d’affaires représente une nuitée sur deux. La part de cette clientèle est en retrait de 1,5 point par rapport à son niveau de 2019. Cette baisse est particulièrement sensible dans le Jura et dans la Nièvre, avec un recul de plus de 10 points. À l’inverse, elle progresse de 11,4 points dans l’Yonne. 

Source : Frédéric Biancucci (Insee) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Économie circulaire : plusieurs entités publiques comtoises récompensées

Chaque année, la plateforme de ventes aux enchères de matériels d'occasion Agorastore, publie les résultats de son programme "Meilleur vendeur". Parmi les 306 entités publiques et collectivités territoriales récompensées pour leur "engagement exceptionnel dans une gestion plus responsable des ressources" figurent plusieurs acteurs locaux. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.88
pluie modérée
le 22/02 à 0h00
Vent
8.66 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
78 %